Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 septembre 2016 6 24 /09 /septembre /2016 09:19

Dimitri BULAN est votre hypnothérapeute sur

Le Havre (06 17 55 32 69 ) et sa région

« Un inconscient sous influence consciente »

Le Figaro
Anne Prigent observe dans Le Figaro que « le traitement sémantique inconscient d'un mot est soumis à de fortes influences conscientes. Cette découverte ouvre des perspectives pour explorer l'état cognitif de malades incapables de communiquer ».
La journaliste explique ainsi que « depuis plusieurs années le Pr Lionel Naccache, neurologue à la Pitié-Salpêtrière (Paris) et chercheur à l'Institut du cerveau et de la moelle épinière (ICM), sonde avec son équipe la profondeur et la diversité des opérations mentales qui sont réalisées à notre insu, c'est-à-dire inconsciemment ».
Le Pr Naccache indique en effet que « pour comprendre ce qui se passe dans notre cerveau lorsque nous sommes conscients, nous devons étudier l'inconscient d'un point de vue cognitif ».
« Ces recherches ont deux objectifs : mieux comprendre le fonctionnement général de notre esprit et son ancrage cérébral, mais surtout appliquer ces connaissances en pratique clinique chez des patients dont la conscience est altérée », 
relève Anne Prigent.
Elle note qu’« avec le Dr Benjamin Rohaut, neurologue et également chercheur à l'ICM, ils viennent de franchir une nouvelle étape en démontrant que le traitement sémantique inconscient d'un mot existe, mais qu'il est soumis à des influences conscientes très fortes ».
Anne Prigent explique que « les chercheurs, dont les résultats sont publiés dans Neuroscience of Consciousness, ont croisé les neurosciences avec la psycholinguistique de la langue française. […] Ils ont utilisé des mots polysémiques, c'est-à-dire ayant au moins deux sens. […] Lorsque nous sommes confrontés à l'un de ces mots, nous percevons consciemment une seule signification à la fois. Le sens du mot qui nous vient consciemment à l'esprit sera évidemment influencé par le contexte dans lequel il est utilisé, et aux mots auxquels il est associé ».
La journaliste note ainsi que « les auteurs ont présenté aux volontaires des triplets de mots les uns à la suite des autres. Le premier mot était toujours visible et permettait de définir un contexte sémantique particulier (exemple : oiseau ou tracteur). Le second était le mot polysémique (exemple : grue). Il était présenté soit de manière subliminale, trop brièvement pour être perçu de façon consciente, soit consciemment visible. Le troisième mot, toujours visible, était soit un vrai mot (exemple : chantier), soit une suite de lettres dépourvue de sens. Les participants devaient appuyer sur un bouton pour dire si ce troisième mot «cible» avait un sens ou non ».
Anne Prigent observe que « lorsque le mot du milieu était relié sémantiquement au mot cible, les sujets répondaient plus rapidement. On parle d'effet d'amorçage, mesuré par l'activité cérébrale des sujets. Ici, lorsque le mot polysémique était visible, un effet d'amorçage n'était présent que lorsque la signification du premier mot était cohérente avec le contexte. […] La signification non contextualisée du mot polysémique n'était tout simplement pas analysée par les personnes. Le traitement sémantique conscient est donc bien influencé par le contexte conscient ».
« Plus étonnant, les résultats étaient identiques lorsque le mot polysémique était présenté de manière subliminale », 
poursuit la journaliste. Le Pr Naccache remarque que « cette série d'expériences démontre ainsi que la cognition inconsciente se montre extrêmement sensible aux influences conscientes. À chaque instant, notre posture consciente influence la nature des opérations mentales qui se déroulent en nous inconsciemment ».
Anne Prigent retient que « ces résultats ouvrent de nouvelles perspectives pour explorer l'état de conscience de patients incapables de communiquer. […] En détectant si le traitement cérébral inconscient d'un mot ayant plusieurs sens est influencé par le contexte dans lequel il est délivré, le chercheur espère pouvoir obtenir des marqueurs plus sensibles pour explorer l'état cognitif des malades dont on a du mal à déterminer l'état de conscience ».

Vous souhaitez vivre mieux votre vie,

contactez moi au 06 17 55 32 69

 

ensemble nous avons la solution

 

SITE : http://www.hypnobulan.fr

 

LIRE AUSSI : les 21 jours du cerveau

Published by HYPNOTHERAPEUTE - dans actualité Hypnose HypnoseEricksonienne
24 septembre 2016 6 24 /09 /septembre /2016 09:14

Dimitri BULAN est votre hypnothérapeute sur

Le Havre (06 17 55 32 69 ) et sa région

« Une information ‘fiable’ et ‘indépendante’ sur les médicaments du psychisme »

La Croix
Pierre Bienvault fait savoir dans La Croix que « pour mieux informer les patients et les médecins, le site Psycom vient de publier des brochures réalisées avec la revue Prescrire. Le but est de limiter les mauvais usages des antidépresseurs et des neuroleptiques ».
Le journaliste note ainsi qu’« il est difficile de trouver des informations fiables et de qualité sur les antidépresseurs pourtant répandus », et indique que « l’objectif est ambitieux : délivrer une information «fiable» et «indépendante» sur les antidépresseurs et les neuroleptiques. L’initiative émane de Psycom, un organisme public sur la santé mentale qui, via notamment son site Internet (1), fait un excellent travail d’information et de lutte contre les stigmatisations ».
Pierre Bienvault rappelle que « selon une enquête de l’Ordre des médecins, 71% des Français consultent Internet pour rechercher des informations sur leur santé ». Aude Caria, directrice de Psycom, indique cependant que « très souvent, ils ne vérifient pas la source des informations ».
« Le risque, alors, est de tomber sur des données largement influencées par l’industrie pharmaceutique ou sur des discussions de forum de patients où circulent parfois des propos assez fantaisistes », 
observe le journaliste.
Il remarque que « l’enjeu est considérable. En 2014, plus de 5,8 millions de personnes se sont fait rembourser au moins une boîte d’antidépresseurs. Un chiffre important, alors que plusieurs études ont mis en évidence le fait que ces médicaments sont souvent mal utilisés. Ils sont d’abord délivrés à des personnes qui ne souffrent pas de dépression réelle, mais de simple déprime passagère ».
Pierre Bienvault explique que « la brochure détaille les symptômes de la dépression. [...] Élément essentiel : il faut, pour poser le diagnostic de dépression, que ces symptômes soient présents pendant «pratiquement toute la journée, presque tous les jours et pendant plusieurs semaines». Le problème étant que certains patients vraiment dépressifs ne sont pas traités, ou pour des durées trop courtes ».
Le journaliste souligne en outre que « les neuroleptiques sont largement prescrits contre les troubles bipolaires mais aussi, en dehors des indications de l’autorisation sur le marché (AMM), pour des troubles anxieux, de l’humeur ou des démences ».
« Et les chercheurs de l’Inserm constatent un «phénomène paradoxal» : les risques des molécules anciennes sont «perçus comme rédhibitoires même s’ils sont bien documentés et relativement bien maîtrisés». Alors que les «risques liés à l’usage des nouvelles molécules sont minimisés et leur prescription banalisée» », 
poursuit Pierre Bienvault.

Vous souhaitez vivre mieux votre vie,

contactez moi au 06 17 55 32 69

ensemble nous avons la solution

SITE : http://www.hypnobulan.fr

LIRE AUSSI : les 21 jours du cerveau

Published by HYPNOTHERAPEUTE - dans actualité Hypnose Dépression
14 août 2016 7 14 /08 /août /2016 09:26

Lire pour vivre plus longtemps ?

 

Le 8 août 2016.

Lire au moins 3h30 par semaine serait un bon moyen de préserver son cerveau des maladies dégénératives. Une étude américaine prouve même que les lecteurs assidus gagnent considérablement en espérance de vie.

La lecture prolonge l’espérance de vie

La lecture est une activité en perte de vitesse chez les Français. Mais elle pourrait bien retrouver de nouveaux adeptes, lorsqu’ils auront pris connaissance de cette nouvelle étude. Selon les recherches de l’Université américaine de Yale, la lecture serait en effet responsable d’une plus longue espérance de vie.

Il suffirait en fait de 3h30 de lecture hebdomadaire pour que les premiers effets de cette activité se fassent ressentir sur la santé. Pour parvenir à ces conclusions, ces scientifiques ont interrogé 3 635 personnes âgées de 50 ans et plus. Ces participants ont été répartis en trois groupes : les lecteurs assidus qui affirment lire plus de 3h30 par semaine, les lecteurs moyens qui lisent jusqu’à 3h30 par jour et ceux qui ne lisent pas ou très peu.

La lecture pour réduire le risque de maladies dégénératives

Les chercheurs ont remarqué que les personnes qui ne lisaient pas avaient 23 % de risques supplémentaires de mourir prématurément par rapport aux lecteurs assidus, contre 17 % par rapport aux lecteurs moyens. « Les gens qui déclarent lire peu, même une demi-heure par jour, avaient un avantage significatif de survie par rapport à ceux qui ne lisent pas », note ainsi le Pr Becca Levy, auteur de cette étude, pour le Daily Mail.

Cette nette différence n’a pas été totalement expliquée par les chercheurs, qui estiment cependant que, comme l’activité physique protège la santé physique, la lecture protègerait la santé mentale. Ainsi, la lecture serait un bon moyen de ralentir le déclin cognitif et de préserver la mémoire, permettant ainsi de réduire le risque de développer une maladie dégénérative.

À lire aussi : Faire la lecture à son enfant, un gage de succès

Mieux vivre avec le perfectionnisme
 
 
Sybille de la Rocque
Published by HYPNOTHERAPEUTE - dans actualité Hypnose hypnocoaching HypnoseEricksonienne
23 juillet 2016 6 23 /07 /juillet /2016 11:49

Dimitri BULAN est votre hypnothérapeute sur

Le Havre (06 17 55 32 69 ) et sa région

« La musique booste (durablement) les capacités cognitives »

Sciences et Avenir juin 2016
A l’occasion du mois de « La Fête de la musique », Sciences & Avenir aborde « les vertus de la musique sur le cerveau ». « Une éducation musicale "intensive" commencée avant 14 ans et poursuivie pendant 10 années retarderait le déclin cognitif une fois atteint un âge avancé », « selon une étude menée par l'Institut de recherche Rotman au Canada », révèle le magazine.
« Pour mener à bien leur étude, les scientifiques ont recruté 20 adultes en bonne santé âgés de 55 à 75 ans sans défaillance auditive : 10 musiciens et 10 personnes sans formation musicale. Des fragments de discours, parfois très succins, pouvant même se résumer à des "ooo" ou des "ahhh" leur étaient envoyés à travers des écouteurs. Dans le même temps, les chercheurs analysaient l’activité neuronale par électroencéphalogramme, une technique d’imagerie capable de mesurer avec une grande précision le "timing" exact de l’activité électrique qui survient dans le cerveau en réponse à des stimuli extérieurs », explique l’article.
Résultat ? « Le cerveau des musiciens âgés a fait preuve de réponses neurophysiologiques mieux assurées et plus efficaces », rapporte Sciences & Avenir. « Nous avons observé une réponse du comportement cérébral qui était deux à trois fois plus performante chez les musiciens âgés que chez les non-musiciens. En d’autres termes, le cerveau des premiers procure à ceux-ci une description beaucoup plus nette, précise et détaillée d’un discours, ce qui explique probablement pourquoi ils comprennent mieux un message », explique Gavin Bidelman, premier auteur de l'étude.
Pour les chercheurs, « le sens et les nuances de ce message étaient mieux compris par les musiciens en raison de la plasticité cérébrale acquise durant leur formation », note l’article. Ainsi, « une éducation musicale permet d'être mieux armé contre un déclin cognitif lié à l'âge », résume-t-il. « Les chercheurs insistent ainsi sur l’importance d’en bénéficier dans les écoles ou dans le cadre de programme de rééducation pour les personnes âgées. Reste qu'un "entraînement intensif" instrumental de dix années consécutives est loin d'être une sinécure et nécessite un encadrement qu'une école lambda n'est pas forcément en mesure de fournir », souligne le magazine.
« Or l'étude se fonde sur des musiciens (amateurs ou professionnels ?) ayant clairement une longue pratique de leur instrument », conclut-il.
 
Date de publication : 13 Juillet 2016

Vous souhaitez vivre mieux votre vie,

contactez moi au 06 17 55 32 69

 

ensemble nous avons la solution

 

SITE : http://www.hypnobulan.fr

 

LIRE AUSSI : les 21 jours du cerveau

20 juillet 2016 3 20 /07 /juillet /2016 09:31

Dimitri BULAN est votre hypnothérapeute sur

Le Havre (06 17 55 32 69 ) et sa région

Divorcer : est ce une nécessité vitale ?

Divorce t on de ses enfants ?

A l’envers, se marie t on avec la famille ?

Dans le cas de patients venant exprimer leur souffrance liée au divorce, ou lors de conversation entre confrères ; il ressort des similitudes liées à la notion d’humanité.

Commençons déjà par éliminer le concept homme femme et concentrons-nous sur l’essence même de la créature :

l’Etre Humain.

Un Etre Humain est une créature douée de raison et de passions (plaisir/douleur…).

Elle cherche donc à vivre, se développer et s’épanouir.

Comme dans la nature, la vie évolue et se transforme.

La larve devient chenille qui devient chrysalide qui devient papillon.

Que d’étapes pour en arriver là.

L’Etre Humain est pareil, il tend à évoluer pour s’accomplir en tant qu’Etre vivant.

Peut-on à 40 ans se comporter comme à 16 ans ?

Il est certes difficile dans des problématiques de cette configuration d’amener le partenaire à évoluer pour maintenir l’harmonie du couple. Souvent celui ou celle qui est devant tend la main pour aider l’autre à s’accomplir.

Il n’est pire sourd que celui qui ne veut entendre ?

Cela fait du premier (première) un locomotive.

Cette locomotive va commencer par tirer un wagon, puis deux et finalement c’est le train de la vie qui devient un lourd convoi.

Une partie de vie passe et la machine casse.

Là arrive le carrefour de vie.

Celui où tous les fondamentaux sont remis en question :

Que fais-je dans cet environnement ?

Que dois-je faire ?

Est-ce que je peux faire…

En quoi est ce que je crois ?

Qui suis-je ?

Qui serai-je demain ?

Le verrou de sécurité saute (le cerveau reptilien se met en grève) et les notions de plaisir, sécurité… tout est en panne.

Souvent la case TS est là.

A ce moment là le réflexe survit est le divorce.

Doit-on mourir pour l’autre qui finalement ne comprend plus rien et qui trouve la situation confortable.

Genre : » je prends toutes les couvertures et te regarde avec un sourire angélique. «

La période suivante est un passage au noir, tabula rasa, où tout est brûlé. L’avocat, les biens, le notaire, les enfants qui choisissent, et la famille qui s’en mêle.

Il est peut être évident que souvent la famille fourmille de mille turpitudes non résolues (loyauté pathologique) vecteurs de tensions lors de la vie conjugale. Cela explosant en même temps, chacun se mêlant de la vie de l’autre alors que soi même c’est pire.

Joyeuses montagnes russes.

Sur le bord, les enfants observent. Le parent toxique à l’origine de la crise qu’il ne comprend pas, mobilise des enfants soldats qu’il embrigade en kamikaze de l’amour pour tuer l’autre.

Espérant ramener la case TS

La vie qui à ce moment n’est pas un long fleuve tranquille devient un tumulte où finalement les masques tombent et la vérité des actes et des faits n’est pas toujours très jolie à regarder.

Celui ou celle qui a eu l’audace de demander la grâce à son bourreau par le divorce se trouve damné et condamné à l’infamie.

Les enfants, pas aussi innocents qu’ils le prétendent, en profitent pour tirer les marrons du feux.

Usant de l’un contre l’autre en se plaignant de façon pernicieuse pour le plaisir des avocats…

Un soutient psychologique est un vrai kit de survie dans ce conflit… qui doit être vu de plus en plus… loin.

Le passé est derrière, la page se tourne vers la rédaction d’un nouveau chapitre. Là où peut être les acteurs seront mieux choisis. Le présent doit être une source de plaisir constant et demain toujours porteur de rêves à venir.

Le Phénix renait toujours de ses cendres

Vous souhaitez vivre mieux votre vie,

contactez moi au 06 17 55 32 69

 

ensemble nous avons la solution

 

SITE : http://www.hypnobulan.fr

 

LIRE AUSSI : les 21 jours du cerveau

16 juillet 2016 6 16 /07 /juillet /2016 13:07

Dimitri BULAN est votre hypnothérapeute sur

Le Havre (06 17 55 32 69 ) et sa région

Science et Vie fait savoir qu’« une étude vient d’identifier des ondes cérébrales d’un nouveau type, jamais vues auparavant, chez 20% des usagers des textos (SMS) ».
« L’idée que la technologie numérique modifie profondément notre écosystème cognitif n’est donc plus une hypothèse. Et selon l’étude [parue dans Epilepsy & Behavior], cela concerne non seulement les jeunes qui sont nés le doigt sur l’écran (les “digital natives“) mais tout le monde, quel que soit l’âge et le genre »
, poursuit le magazine.
Science et Vie explique que « les chercheurs du Mayo Clinic College of Medicine et de l’université de Floride ont découvert un nouveau mode dans la dynamique cérébrale qu’ils ont nommé “rythme de textotage” (texting rhythm) ».
L’article précise que « c’est en procédant à des mesures d’ondes cérébrales par électroencéphalographie (EEG) pendant une longue période (observations durant 16 mois) sur 129 personnes saines et atteintes de formes d’épilepsie que les auteurs de l’étude sont tombés sur ce phénomène : des trains d’onde électriques dont la forme ne coïncide avec aucune autre connue ».
« Ils ont ainsi constaté que chez les volontaires sains, entre 16% et 20% présentaient ce rythme si particulier, de manière reproductible : il s’exprime durant l’écriture d’un texto sur smartphone ou tablette et peut durer entre 2 secondes et plus de 10 secondes
», relève le magazine.
Science et Vie ajoute que « ce rythme de textotage (RT) ne s’est également pas manifesté quand les volontaires ont été soumis à d’autres activités sollicitant l’attention, la concentration, le calcul ou le raisonnement mathématique, l’usage des doigts, le mouvement des yeux, la parole ou le langage ».
Le magazine s’interroge : « De quels composants élémentaires ce nouveau geste cognitif est-il formé ? Quelles sont fonctions ou aires cérébrales sollicitées dans ce nouveau circuit d’activation ? Pourquoi cela ne s’est manifesté que sur 1/5e des volontaires ? ».
« Cette première étude ne permet pas de répondre clairement, notamment parce que la technique d’EEG (une vingtaine d’électrodes posées sur le crâne) n’a pas un grand pouvoir de résolution. Et l’utilisation de l’IRM fonctionnelle sur quelques volontaires n’a pas apporté d’informations supplémentaire
s », relève l’article.
Il indique toutefois que « les chercheurs ont d’ores et déjà quelques hypothèses, qui serviront de base de travail pour des recherches ultérieures. Selon eux, ce nouveau circuit d’activation cérébrale “reflète la combinaison d’un haut niveau de concentration [peut-être lié à la taille réduite d’un écran de smartphone] associé à une influence affective accrue” ».
Science et Vie continue : « Il est vrai que l’envoi d’un sms n’est jamais anodin en termes de relations humaines et demande une belle concentration motrice pour réussir à écrire sur un si petit et virtuel clavier… Dans tous les cas, les chercheurs en tirent déjà un enseignement : la mise en évidence de ce nouveau circuit, focalisant les ressources cérébrales, justifierait l’interdiction de l’usage des sms en voiture – activité qui requiert de garder la concentration sur l’environnement ».

Date de publication : 11 Juillet 2016

Vous souhaitez vivre mieux votre vie,

contactez moi au 06 17 55 32 69

 

ensemble nous avons la solution

 

SITE : http://www.hypnobulan.fr

 

LIRE AUSSI : les 21 jours du cerveau

Published by HYPNOTHERAPEUTE - dans actualité Hypnose hypnocoaching HypnoseEricksonienne
25 juin 2016 6 25 /06 /juin /2016 10:08

Dimitri BULAN est votre hypnothérapeute sur

Le Havre (06 17 55 32 69 ) et sa région.

Vous souhaitez vivre mieux votre vie,

contactez moi au 06 17 55 32 69

 

ensemble nous avons la solution

 

SITE : http://www.hypnobulan.fr

 

LIRE AUSSI : les 21 jours du cerveau

28 mai 2016 6 28 /05 /mai /2016 13:32

Dimitri BULAN est votre hypnothérapeute sur

Le Havre (06 17 55 32 69 ) et sa région.

FIBROMYALGIE: Prévenir et traiter par thérapie cognitivo-comportementale


Actualité publiée SANTELOG

BMC Musculoskeletal Disorders

C’est la première grande étude ayant pour objectif de prévenir la fibromyalgie, de développer de nouveaux traitements pour la prévention de la douleur chronique, et de poser les bases étiologiques de son développement. Cet essai, lancé par une équipe britannique, parie sur la thérapie cognitivo-comportementale pour prévenir le développement de la maladie chez des patients identifiés comme à risque élevé. A lire dans la revue BMC (BioMed Central) Musculoskeletal Disorders.

La fibromyalgie, une affection reconnue tardivement qui touche plus de 2% de la population des pays riches, est responsable de douleurs variables, diffuses et chroniques, souvent handicapantes au quotidien, sans traitement “standard” et fréquemment associées à une fatigue profonde. La douleur généralisée affecte plusieurs régions du corps. C’est une douleur diffuse sans source définie et apparente. Au point que se pose la question d’une hypersensibilité centrale ou des petites fibres nerveuses. Enfin, on sait que la fibromyalgie est également associée à unehypersensibilité aux événements « non douloureux » et aux troubles du sommeil.

L’équipe de l'Université d'Aberdeen et de l'Université de Manchester lance le premier essai clinique randomisé jamais mené dans le but de prévenir l'apparition de la douleur chronique généralisée dans la fibromyalgie. Les participants recrutés sur leur risque élevé de développer la fibromyalgie seront répartis au hasard pour recevoir soit les soins habituels, soit 8 séances de thérapie cognitivo-comportementale délivrée par téléphone. Ce risque élevé, difficile à appréhender, est défini par des modèles de prédiction développés pour l’étude. Les chercheurs font le pari que la thérapie cognitivo-comportementale peut contribuer à améliorer voire prévenir les symptômes des patients fibromyalgiques, difficiles à gérer, une fois établis.

Des conséquences lourdes, la nécessité de traitements personnalisés :

-         l'équipe rappelle que la fibromyalgie est associée à un mauvais équilibre psychologique, une qualité de vie dégradée, à des consultations à répétition, et, enfin, à une perte de productivité mais aussi des dépenses de santé considérables. Ainsi, il a été calculé, aux États-Unis, que les dépenses moyennes par patient fibromyalgique, dans les six mois suivant le diagnostic de fibromyalgie, atteignent près de 3.500 $. Des coûts comparables aux dépenses de santé associées à la polyarthrite rhumatoïde.

-         Sur le plan de l’arsenal thérapeutique, les lignes directrices actuelles recommandent les traitements pharmacologiques, physiques et psychologiques, dont des interventions spécifiques, comme la thérapie cognitivo-comportementale qui a déjà fait ses preuves dans la prise en charge de la douleur.

 

Les promesses de la thérapie cognitivo-comportementale : une étude récente, financée par l’Association Arthritis Research UK a suggéré que la thérapie, même délivrée par téléphone, ou encore la pratique d’un exercice adapté, peuvent réduire sensiblement les symptômes de la fibromyalgie mais également les prévenir. Des modèles de prévision développés à partir des données épidémiologiques existent, en effet, pour identifier les patients à risque élevé.

Ce nouvel essai doit donc démontrer l’efficacité d’une telle stratégie, prévenir la fibromyalgie par la thérapie cognitivo-comportementale, chez les patients à risque. Et valider le rapport coût-efficacité positif d'une telle intervention préventive.

Le principe de l’étude :  il s’agit d’un essai randomisé à deux bras testant un programme de thérapie cognitivo-comportementale vs soins habituels pour la prévention de la fibromyalgie. Les participants admissibles seront identifiés par questionnaire puis répartis au hasard dans les 2 groupes de l’étude. L’objectif étant de recruter un peu plus de 470 participants pour chaque bras l’étude. Les participants du groupe « thérapie cognitivo-comportementale » bénéficieront d’une évaluation initiale avec un thérapeute par téléphone, puis de 6 séances hebdomadaires, avec des séances de rappel à 3 et 6 mois après le début du programme. Les participants du groupe « soins habituels » ne recevront aucune intervention supplémentaire. Des questionnaires de suivi évalueront les symptômes éventuels à 3, 12 et 24 mois après le début du programme.

Source: BMC Musculoskeletal Disorders 2016 Apr 26 DOI: 10.1186/s12891-016-1037-4 The Maintaining Musculoskeletal Health (MAmMOTH) Study: Protocol for a randomized trial of cognitive behavioural therapy versus usual care for the prevention of chronic widespread pain

Vous souhaitez vivre mieux votre vie,

contactez moi au 06 17 55 32 69

 

ensemble nous avons la solution

 

SITE : http://www.hypnobulan.fr

 

LIRE AUSSI : les 21 jours du cerveau

Published by HYPNOTHERAPEUTE - dans Douleur Hypnose HypnoseEricksonienne actualité
28 mai 2016 6 28 /05 /mai /2016 11:36

Dimitri BULAN est votre hypnothérapeute sur

Le Havre (06 17 55 32 69 ) et sa région.

sevrage tabac, tabac hypnose, le havre hypnothérapeute

sevrage tabac, tabac hypnose, le havre hypnothérapeute

Vous souhaitez vivre mieux votre vie,

contactez moi au 06 17 55 32 69

ensemble nous avons la solution

SITE : http://www.hypnobulan.fr

LIRE AUSSI : les 21 jours du cerveau

28 mai 2016 6 28 /05 /mai /2016 09:52

Dimitri BULAN est votre hypnothérapeute sur

Le Havre (06 17 55 32 69 ) et sa région.

Gaucher ou droitier… pourquoi pas les deux ?

Environ 9 personnes sur 10 sont plus habiles de la main droite. Voire carrément maladroites de la main gauche. Pourquoi ne pouvons-nous pas utiliser nos deux mains avec la même dextérité ?

L’explication se trouve dans le cerveau. A première vue, il présente deux hémisphères symétriques. Mais en y regardant de plus près, on constate que certaines fonctions cérébrales sont commandées par un hémisphère, et non par l’autre. On parle d’asymétrie, ou de latéralisation cérébrale.

La motricité et le langage sont deux des fonctions les plus latéralisées chez l’homme. C’est-à-dire que l’un des deux hémisphères cérébraux prend plus en charge que l’autre le mouvement ou la parole. On le décrit comme « l’hémisphère dominant » pour cette fonction.

Revenons à notre préférence manuelleNous savons que la main dominante est contrôlée par l’hémisphère opposé. L’hémisphère dominant pour la motricité de la main sera donc le gauche pour les droitiers, et le droit pour les gauchers. Mais la réalité n’est pas aussi catégorique :

  • Les personnes ambidextres, aussi habiles d’une main que de l’autre, présentent un cerveau partiellement ou pas du tout latéralisé pour la motricité de la main. Les deux hémisphères participent au mouvement.
  • De même, on parle de latéralité croisée quand le côté dominant pour la main est différent du côté dominant pour l’œil ou pour le pied.

Pour certains chercheurs (en anglais), il n’existe d’ailleurs pas de « gauchers » ni de « droitiers » au sens strict. Pour une action manuelle précise (se brosser les dents, lancer une balle…), chacun montre unepréférence pour l’utilisation d’une main, qui n’est pas toujours la même.

ADN : nait-on gaucher ou le devient-on ?

Etre plus habile de sa main gauche que de sa main droite : est-ce écrit dans nos gènes ? En tous cas, l’enfant de deux parents gauchers a une probabilité presque 3 plus élevée de l’être à son tour. Avec des parents droitiers, il n’a plus qu’une chance sur 10 d’être gaucher1.

Cela veut-il forcément dire que la préférence manuelle est héréditaire ? Non, car les chiens ne font pas des chats. L’enfant apprend par mimétisme, en reproduisant les gestes et les comportements de son entourage. On peut penser que si les parents utilisent préférentiellement leur main gauche dans les actes du quotidien, leur enfant les imitera. Est-ce pour cette raison que l’on a plus de chances d’être gaucher si notre mère l’est, que si c’est notre père ?

Pour déterminer la part de l’innée et de l’acquis, une solution consiste à étudier la préférence manuelle des vrais et faux jumeaux. Elevés ensembles, les vrais jumeaux ont un patrimoine génétique identique, contrairement aux faux jumeaux.

Une étude a montré que les vrais jumeaux avaient une probabilité significativement plus élevée d’avoir lamême main dominante que les faux jumeaux2. Cet élément suggère que les gènes jouent un rôle dans la latéralité. De là à déterminer un gène ou un modèle génétique en particulier, il y a une zone d’ombre que les chercheurs n’arrivent pas à éclaircir.    

Face à ces difficultés, une équipe de recherche a émis l’hypothèse que la latéralité pourrait s’expliquer de 10 à 20 % par des facteurs génétiques, et de 80 à 90 % par des facteurs environnementaux3. D’autres études pointent du doigt une série de plusieurs gènes qui influenceraient la latéralité. De plus amples recherches sont nécessaires pour identifier ces gènes avec précision.

Ces gauchers « contrariés » par la culture et la religion

Nombreux sont les témoignages de gauchers qui se sont vu empêcher, dans l’enfance, de se servir spontanément de leur main gauche.

Ils racontent les punitions des professeurs et les méthodes d’autrefois pour entraver ou sanctionner la main du délit (main attachée au pied du bureau, règle en fer…). Une discipline d’un autre âge qui n’est pas restée sansconséquences. Certains se décrivent comme des « handicapés manuels », mauvais en écriture et en dessin.

Pourquoi tant de haine contre les gauchers ? Depuis l’antiquité, leur différence est chargée d’une symbolique lourde. Alors que la droite représente la rectitude, la vertu et le bien, la gauche incarne l’inverse… L’adjectif « gauche » a d’ailleurs remplacé l’ancien français « senestre », issu du latin sinister qui a donné le mot « sinistre », c’est-à-dire de « mauvais augure, de funeste présage ». De là à considérer la main gauche commela main du diable, il n’y a qu’un pas.

Mais les gauchers n’ont pas toujours été victimes d’intolérance au cours de l’histoire. « Le ciel des gauchers s’est assombri à partir du moment où l’on a scolarisé les enfants, où on leur a appris à écrire. Parce qu’il fallait que le gaucher se conforme à l'usage général, c'est-à-dire tenir son stylo dans la main droite » explique Pierre-Michel Bertrand, auteur de l’Histoire des gauchers (ed. Imago, 2008), au micro de France Culture.

Fort heureusement, les gauchers ne sont plus « contrariés » dans la plupart des écoles en occident. A la fin des années 1990, une étude a observé une évolution de l’usage de la main gauche pour l’écriture chez les adultes en France. Le même phénomène a été observé notamment au Brésil et en Italie. Ces données témoignent d’un changement d’attitude de l’éducation face aux gauchers au cours de la seconde moitié du vingtième siècle1.

Par comparaison, en 1983 au Japon, seuls 0.7 % de la population se servait de sa main gauche pour écrire et 1.7 % pour manger2. Preuve que la pression culturelle qui s’exerce sur les gauchers à travers le monde est toujours une réalité.

Les multiples talents des gauchers

Leonard de Vinci, David Bowie ou encore Barack Obama : trois gauchers aux parcours hors-du-commun. Tous les gauchers ont-ils réellement un « truc en plus » ?

C’est ce que tentent de découvrir les scientifiques depuis les années 1980. Dans une revue de la littérature publiée en 2009 (en anglais), Violaine Llaurens et deux de ses collègues de l’Institut des Sciences de l’Evolution de Montpellier, rapportent les conclusions des études qui montrent que les gauchers pourraient être avantagés face aux droitiers.  

Les gauchers ont une meilleure coordination entre les deux mains

Quand il s’agit d’exécuter une tâche qui demande une coordination entre les deux mains, les gauchers sont en moyenne plus performants que les droitiers. Peut-être parce qu’ils vivent dans un monde de droitiers, les gauchers sont moins fortement latéralisés. Certains chercheurs ont émis l’hypothèse que les gauchers bénéficient d’un meilleur transfert d’information entre les deux hémisphères du cerveau, ce qui leur permettait de mieux coordonner leurs mouvements des deux mains. Une théorie controversée dans la communauté scientifique.

Les gauchers seraient plus créatifs

C’est en tous cas ce que révèle une étude publiée en 1981. 14 ans plus tard, une autre étude affirmait que lacorrélation entre créativité et gaucherie était plus importante chez les hommes.

Les gauchers sont-ils plus intelligents ?

Selon une étude publiée en 1980 (en anglais), on trouve plus de gauchers chez les enfants surdoués (QI supérieur à 131) que chez les autres enfants. En 2008, Charlotte Faurie, de l’Institut des Sciences de l’Evolution de Montpellier, et ses collègues écrivaient (en anglais) que la gaucherie était plus fréquente dans les populations avec des scores très hauts ou très bas aux tests cognitifs. Selon ces chercheurs, il est difficile de mettre en évidence une relation claire entre capacités intellectuelles et latéralité.   

Plus doués en musique et en maths ?

Plusieurs études ont considéré que les gauchers pourraient avoir des talents spécifiques, comme une prédisposition à la musique ou aux mathématiques plus marquée que les droitiers. Une hypothèse consiste à dire que c’est la contribution plus importante de l’hémisphère droit du cerveau chez les gauchers qui favorise ces habilités.

Pourquoi les gauchers sont-ils meilleurs en sport ?

Il y a un domaine où l’on trouve plus de gauchers qu’ailleurs : le sport. Dans des disciplines comme le tennis, le baseball ou encore l’escrime, il n’est pas rare de voir un gaucher monter sur le podium. Quel est le secret de leur réussite ?

« L’avantage des gauchers dans de nombreux sports peut s’expliquer d’un point de vue tactique, et non neurologique » avancent Violaine Llaurens et ses collègues de l’Institut des Sciences de l’Evolution de Montpellier1. L’explication est toute simple. Etant donné que les droitiers sont plus nombreux dans la population (environ 9 adultes sur 10), un sportif aura plus de chance d’être confronté à un adversaire droitier. Et d’être déstabilisé par les gestes d’un gaucher. A contrario, les gauchers connaissent sur le bout des doigts le jeu des droitiers, qu’ils sont habitués à avoir en face d’eux. L’effet de surprise est total.

C’est ce qui explique que la proportion de gauchers soit plus importante dans les sports de combat ou d’interaction (escrime, boxe, tennis, baseball, cricket…) que dans les sports tels que la natation, l’athlétisme ou la gymnastique, où l’on ne trouve pas plus de gauchers que dans la population générale.

Pour Violaine Llaurens et ses collègues anthropologues, cet avantage stratégique au cours des combatspourrait expliquer pourquoi les gauchers semblent avoir toujours existé dans l’histoire de l’humanité. « Cet avantage stratégique apporterait un bénéfice direct en termes de survie pendant les combats ou des bénéfices indirects à travers l’acquisition d’un statut social plus élevé, facilitant l’accès aux partenaires » avance l’équipe de recherche. Une hypothèse évolutionniste qui pourrait expliquer pourquoi nous ne sommes pas tousdevenus droitiers au fil du temps.

Vous souhaitez vivre mieux votre vie,

contactez moi au 06 17 55 32 69

 

ensemble nous avons la solution

 

SITE : http://www.hypnobulan.fr

 

LIRE AUSSI : les 21 jours du cerveau

Published by HYPNOTHERAPEUTE - dans actualité coaching hypnocoaching Hypnose

Présentation

  • : HYPNOSE ERICKSONIENNE et EMDR Le Havre Honfleur Fécamp Yvetôt Deauville
  • HYPNOSE ERICKSONIENNE et EMDR Le Havre Honfleur Fécamp Yvetôt  Deauville
  • : Hypnose éricksonienne, PNL (Programmation Neuro Linguistique ), EMDR et psychothérapie hypnotique sur Le Havre / Fecamp / Honfleur / Deauville / Pont Audemer / Jumièges / Yvetot...soutien téléphonique tarifé également.Programme " joueur", alcoolisme, drogue, victime, de pervers (e) narcissique ... (à votre service depuis 1995)
  • Contact

Profil

  • HYPNOTHERAPEUTE
  • Hypnothérapeute, Praticien Programmation Neuro Linguistique (Coaching). Diplômé de l'IFHE en Hypnose Ericksonienne, Nouvelle Hypnose et Hypnose Humaniste, PNL. A votre domicile et à votre service depuis 1995. LE HAVRE HONFLEUR DEAUVILLE FECAMP YVETOT 0617553269. (autres villes dans le secteur)
  • Hypnothérapeute, Praticien Programmation Neuro Linguistique (Coaching). Diplômé de l'IFHE en Hypnose Ericksonienne, Nouvelle Hypnose et Hypnose Humaniste, PNL. A votre domicile et à votre service depuis 1995. LE HAVRE HONFLEUR DEAUVILLE FECAMP YVETOT 0617553269. (autres villes dans le secteur)

Recherche