Dimitri BULAN est votre hypnothérapeute sur

Le Havre (06 17 55 32 69 ) et sa région

« Les blessures morales du soldat mesurées »

Le Figaro
Le Figaro constate qu’« on ne mesure pas toujours les risques pris par les soldats, au-delà de leur intégrité physique. Les blessures morales ont ainsi longtemps été méconnues. D’abord parce qu’elles sont invisibles. Ensuite parce que le syndrome de stress post-traumatique est mieux connu. Depuis une quinzaine d’années, les psychiatres militaires s’efforcent pourtant de mieux définir cette entité qui accompagne souvent le syndrome de stress post-traumatique ».
Le Dr Harold Koening, professeur de psychiatrie et de sciences du comportement à l’université Duke (États-Unis), écrit ainsi dans le Journal of Religion & Health que « la blessure morale est un syndrome caractérisé par des symptômes de conflit intérieur psychologique et religieux ou spirituel ».
Le journal explique que le spécialiste « vient, avec ses collègues de plusieurs centres d’accueil de vétérans américains, d’établir un questionnaire reposant sur 45 questions destinées aux militaires, le Miss-M (Moral Injury Symptom Scale-Military Version) ».
Le Figaro rappelle que « les événements susceptibles de transgresser les codes moraux d’un soldat sont nombreux, sinon fréquents : tuer, exercer ou être témoin de violence, déshumaniser l’ennemi, assister à la violation de codes moraux par d’autres, ne pas pouvoir protéger (lors de certaines opérations strictement humanitaires notamment) ».
« C’est ainsi que le questionnaire Miss-M considère autant le «sentiment de honte éprouvé pour des actes que l’on a faits», que celui ressenti pour «des actes que l’on n’a pas faits» (alors qu’on aurait dû !), le fait d’être moralement perturbé par le fait d’avoir commis des actes violant son sens moral, comme celui d’avoir assisté à des actes immoraux, les sentiments de culpabilité, de trahison, la difficulté à se pardonner, à faire confiance, la perte de sens, l’autocondamnation (sentiment d’échec) et, enfin, la perte de la foi et les conflits religieux intérieurs », 
explique le journal.
Il note que « dans l’étude américaine, menée sur 373 vétérans et 54 militaires d’active, dont 69% ont été engagés au combat, près des trois quarts déclaraient que la religion était importante ou très importante pour eux. L’étude montre que les blessures morales ne sont pas rares ».
Les auteurs écrivent ainsi que « près de 90% des participants rapportaient un indice de gravité de 9 ou 10 (sur une échelle allant jusqu’à 10) pour au moins l’un des symptômes de blessure morale et 50% indiquaient ceci pour plus de 5 symptômes ».
Le Figaro indique que « les concepteurs espèrent que la prise en charge des blessures morales sera plus précoce grâce au questionnaire Miss-M, et que celui-ci permettra un meilleur suivi de l’évolution des soldats traités. Ils pensent aussi que la prise en charge pourra faciliter la récupération des syndromes de stress post-traumatique ».
 
 
 

Vous souhaitez vivre mieux votre vie,

contactez moi au 06 17 55 32 69

 

ensemble nous avons la solution

 

SITE : http://www.hypnobulan.fr

 

LIRE AUSSI : les 21 jours du cerveau

Retour à l'accueil