Dimitri BULAN est votre hypnothérapeute sur

Le Havre (06 17 55 32 69 ) et sa région

« La parole des personnes schizophrènes se libère »

La Croix
C’est ce que constate La Croix, qui relève que « de plus en plus de malades se racontent sur des blogs. Pour sortir d’un trop long silence et briser les clichés ».
Pierre Bienvault évoque ainsi « une sorte de lame de fond : depuis quelques années, on assiste à une libération sans précédent de la parole des personnes vivant avec une schizophrénie ». Aude Caria, directrice du site spécialisé Psycom, remarque qu’« il y a de plus en plus de témoignages et de récits de vie sur des blogs, sur Facebook ou dans des forums. C’est un véritable fait social ».
« Un phénomène qui, selon elle, présente une certaine analogie avec les « romans d’asile » de la seconde moitié du XIXe siècle », 
note le journaliste. Aude Caria observe que « ces livres dénonçaient les conditions inhumaines des traitements psychiatriques. Et ils ont permis une prise de conscience du public et des politiques, ce qui a entraîné une remise en cause de la loi de 1838 sur l’internement ».
Pierre Bienvault continue : « Des malades qui se confient dans des blogs… L’événement pourrait sembler banal à une époque où tant de gens racontent sur le Net leur moindre petit souci de santé. Mais pour la psychiatrie, c’est presque un séisme ».
Tim Greacen, directeur du laboratoire de recherche de l’établissement public de santé mentale Maison-Blanche à Paris, remarque ainsi : « Cela fait tellement d’années que tout le monde parle à la place des malades. Les soignants, les professionnels, les familles. Avec une parole dont je ne remets pas en cause l’intérêt, ni la légitimité. Mais qui n’est pas la parole des personnes directement concernées ».
« C’est comme si ces malades avaient retrouvé une parole jusque-là discréditée par l’institution psychiatrique ou éteinte par le poids des tabous véhiculés par la société », 
continue Pierre Bienvault.
Laurence Martin, qui tient un blog, observe pour sa part qu’« il y a une très forte infantilisation des patients en psychiatrie. Les médecins pensent que vous n’êtes pas capable de savoir ce qui est bien pour vous. Et donc encore moins de le dire ».
Emmanuelle Jouet, chercheuse en sciences de l’éducation à Maison-Blanche, relève que « ce très long silence des malades s’explique aussi par les représentations sociales de la folie et le discrédit quasi naturel de la parole du fou. Avec cette idée qu’on ne peut pas faire confiance ou juste entendre la parole d’une personne dont la raison dysfonctionne. Pendant longtemps, la parole du fou n’a été considérée comme audible que dans le cadre d’une relation duale avec un professionnel ».
Laurence Martin ajoute : « Grâce à mon blog, j’ai rencontré des gens dans la vie réelle, je suis allée à des conférences. Moi, la jeune fille muette, je suis devenue une femme qui parle, s’exprime, est écoutée ».
« Cela m’a aidée, le jour où j’ai parlé de ma maladie à tout le monde, d’avoir ce blog. Je savais que les gens pouvaient bien réagir, que j’avais une parole à porter, que tout ça n’était pas vain. Alors je pouvais me présenter comme schizophrène. Pas pour me réduire à une maladie, mais pour dire à mon entourage : voilà une schizophrène, c’est votre amie, votre collègue, n’ayez pas peur, laissez tomber vos préjugés, c’est juste moi », 
poursuit-elle.
 
https://www.algoscoop.net/

Vous souhaitez vivre mieux votre vie,

contactez moi au 06 17 55 32 69

 

ensemble nous avons la solution

L'hypnose et l'hypnothérapie ne se substituent en aucun cas et en aucune façon à un avis ou traitement médical.

sur cette thématique nous ne ferons pas d'hypnose mais un travail conversationnel 

SITE : http://www.hypnobulan.fr

 

LIRE AUSSI : les 21 jours du cerveau

Retour à l'accueil