Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 septembre 2011 1 19 /09 /septembre /2011 13:19

Le Figaro 


Le Figaro remarque dans son supplément du week-end que, « soumis à toujours plus de contraintes administratives et de pratiques codifiées, critiqués pour leurs dépassements d'honoraires, s'estimant mal considérés, les médecins dépriment et s'interrogent sur l'évolution de leur métier ». Le quotidien s’interroge : « Quotas, tarifs conventionnés, risques, assurances, charges, paperasserie... et changements sociologiques auront-ils raison de la vocation de notre corps médical ? ».


Le Figaro note que « pour cette profession qui fut libérale par excellence, l'intervention croissante de l'Etat et de l'assurance-maladie signe le malaise », et revient sur la « récente convention » : « Sera-t-elle le bon remède au malaise de la profession, tant celui-ci semble devoir être traité en profondeur. Ou va-t-elle au contraire renforcer le sentiment de dépendance des médecins par rapport à leur tutelle ? ».


Le journal remarque qu’« il n'est pas aisé de répondre aux attentes d'une profession disparate. […] Une véritable armée des Indes qui ne semble plus avoir en commun qu'un long cursus d'études, le serment d'Hippocrate et la vocation affirmée de soigner ». Le Dr André Deseur, du Conseil de l'Ordre, évoque en outre « une lassitude grandissante face aux lourdeurs administratives. […] Le sentiment profond de perdre sa liberté d'exercice et d'être au service d'un système administratif au détriment de la qualité des soins ».


Le Figaro souligne qu’« à cela s'ajoute un vrai bouleversement générationnel entre médecin d'aujourd'hui, encore majoritaire, et médecin de demain. Le premier est un homme âgé de plus de 50 ans, attaché au mode d'exercice libéral, à son indépendance et à la relation intuitu personae entretenue avec son patient ».


« Il ne ménage pas son temps. […] Ses revenus restent honorables. […] Les charges de son cabinet représentent près de la moitié de ses revenus et les tâches administratives, une grande partie de son temps de travail ou de ses loisirs. Privilégiant son rapport avec le patient, il perçoit la Sécurité sociale non comme un organisme payeur, mais comme un persécuteur », 
poursuit le journal.


Le quotidien remarque que « la jeune génération a des aspirations bien différentes. Elle estime que le paiement à l'acte est sous-évalué, la profession moins reconnue et elle n'entend pas sacrifier sa qualité de vie. Elle se tourne vers les disciplines les moins pénibles, les moins stressantes et opte pour le salariat ».


Le Figaro continue : « Autre phénomène significatif de cette évolution, le nombre de médecins remplaçants s'élève aujourd'hui à 9.903 médecins. Ce stade autrefois transitoire entre le diplôme et l'installation est devenu un statut à part entière. […] Mais au-delà de l'exercice libéral, que tous ne veulent pas délaisser, les jeunes médecins formés au sein de staffs à l'hôpital veulent partager savoir et responsabilités pour le bien du malade ».


L’économiste de la santé Claude Le Pen note que « les jeunes médecins ont une méconnaissance complète de l'exercice libéral dont ils redoutent la gestion comptable et administrative. La médecine libérale, traditionnellement assimilée à l'autonomie, à l'indépendance vis-à-vis de la tutelle et de la clientèle, n'est plus une valeur essentielle pour eux. L'indépendance, aujourd'hui, pourrait même devenir une marque de mauvaise qualité de soins ».


De son côté, le Pr Guy Vallancien, cancérologue, remarque qu’« une autre médecine se dessine, moins artisanale, plus industrialisée. Le médecin de demain ne sera pas moins performant. Bien au contraire. Il va travailler en équipe dans des maisons de santé et s'il y a une réelle réforme de la hiérarchie et de la tarification des actes, il n'aura plus à s'user à les multiplier pour s'assurer des revenus corrects. […] Il pourra reprendre du temps pour se consacrer à l'écoute du patient, au diagnostic et prodiguer un avis d'expert ».


Le Figaro se demande par ailleurs « combien gagnent vraiment les médecins ? », notant que « le mythe du médecin riche a vécu, à quelques rares exceptions près. Les rémunérations restent honorables mais très inégales. Du simple au triple ». (plus de détails sur le site du Figaro)

MS

 contactez moi pour une consultation à domicile ou au téléphone  :


au 06 17 55 32 69 ou

par mail à hypnobulan@gmail.com

Dimitri BULAN

.

hypnobulan.fr

Dimitri BULAN / 06 17 55 32 69

hypnobulan.fr

Partager cet article

Repost 0
Published by hypnotherapeute 76 - dans Risques psychosociaux

Présentation

  • : HYPNOSE ERICKSONIENNE et coaching de vie Le Havre Honfleur Deauville Fécamp Yvetôt
  • HYPNOSE ERICKSONIENNE et coaching de vie Le Havre Honfleur Deauville Fécamp Yvetôt
  • : Hypnose éricksonienne, PNL (Programmation Neuro Linguistique ), EMDR et psychothérapie hypnotique sur Le Havre / Fecamp / Honfleur / Deauville / Pont Audemer / Jumièges / Yvetot...soutien téléphonique tarifé également.Programme " joueur", alcoolisme, drogue, victime, de pervers (e) narcissique ... (à votre service depuis 1995)
  • Contact

Profil

  • HYPNOTHERAPEUTE
  • Hypnothérapeute, Praticien Programmation Neuro Linguistique (Coaching). Diplômé de l'IFHE en Hypnose Ericksonienne, Nouvelle Hypnose et Hypnose Humaniste, PNL. A votre domicile et à votre service depuis 1995. LE HAVRE HONFLEUR DEAUVILLE FECAMP YVETOT 0617553269. (autres villes dans le secteur)
  • Hypnothérapeute, Praticien Programmation Neuro Linguistique (Coaching). Diplômé de l'IFHE en Hypnose Ericksonienne, Nouvelle Hypnose et Hypnose Humaniste, PNL. A votre domicile et à votre service depuis 1995. LE HAVRE HONFLEUR DEAUVILLE FECAMP YVETOT 0617553269. (autres villes dans le secteur)

Recherche