Dimitri BULAN, Hypnothérapeute, travaille en consultation à votre domicile sur Nancy, Le Havre, Octeville sur Mer, Etretat, Fécamp, Cany Barville, Yvetot, Duclair, Vatteville La Rue, Lillebonne, Notre dame de Gravenchon, Pont Audemer, Pont Lévêque, Deauville, Trouville sur Mer, Villerville, Honfleur...

SUICIDE: Avec 200.000 TS par an, la prévention s'impose

Actualité publiée A.S.
 
CESE


Le CESE
  recommande d’agir autour de 2 axes, la création d’un observatoire national du suicide, chargé de centraliser, d’exploiter et d’enrichir les données disponibles pour mieux identifier les facteurs de risque, la mise en œuvre de dispositifs d’alerte, de suivi de la crise suicidaire et l’accroissement des moyens des réseaux de santé impliqués dans leur prise en charge, sur le terrain.
Un Français sur 20 y a pensé dans l’année. En dépit d’une baisse de 25 % en 25 ans, et de 50% chez les jeunes, le taux de suicide en France, reste l’un des plus élevé d’Europe, alerte le Conseil économique social et environnemental (CESE), qui rendait le 12 février, son « Plaidoyer pour une prévention active ».


En France, le suicide reste un véritable problème de santé publique :
 chaque année 220.000 tentatives de suicide entraînent plus de 10.000 décès. Près de 10.400 décès par suicide ont ainsi été enregistrés en France en 2010. Le taux français standardisé de 14,7 pour 100 000 habitants, met la France dans le peloton de tête des incidences de suicide en UE (moyenne 10,2).  (
Voir courbe Inserm ci-contre). Un problème de santé publique qui touche particulièrement les hommes (75 % des suicides) et si le taux de suicide augmente avec l'âge, 10 % concernent de jeunes adultes âgés de 25 à 34 ans.

Indicateur de souffrance et poids financier : Selon le dernier bilan de l’Institut de veille sanitaire (InVS), un Français sur 20 y a pensé dans l’année et 8% des femmes et 3% des hommes déclarent avoir déjà fait une tentative de suicide au cours de leur vie. Indicateur de souffrance mentale et sociale, le suicide a son poids économique, soit celui de 90.000 hospitalisations. Ainsi, près de 400.000 séjours pour TS ont été comptabilisés en médecine et chirurgie de 2003 à 2007, correspondant à près de 280.000 patients. 15% des patients vont récidiver et une hospitalisation sur 6 se finit par un décès.

Une détection et une prise en charge complexes : De la détection de l’idée suicidaire à la prise en charge d’une TS, le suicide reste un geste complexe même pour des spécialistes très expérimentés. Comment percevoir les signaux d’alerte? Comment prévenir la récidive ? Les proches et les amis ne perçoivent pas toujours les signaux d'avertissement. Cette situation chargée d'émotion, autour de personnes qui ne recherchent pas le soutien médical, nécessite de mieux comprendre tout le processus psychologique qui mène à la TS. Le Cese appelle à renforcer non seulement la prévention, en créant et en formalisant de nouveaux dispositifs d’alerte et à mieux la cibler mais aussi les moyens humains et professionnels pour accompagner les personnes touchées et leur entourage.

Une question qui risque de prendre encore plus d’ampleur avec la crise. Comme le suggérait une étuderécemment parue dans le British Medical Journal, chaque augmentation de 10% du nombre de chômeurs s’avère associée à une augmentation de 1,4% des suicides.

Sources : CESE Le Cese rend son avis sur la prévention du suicide, INSEE, InVS BEH 13 décembre 2011 / n° 47-48

 

Vous souhaitez vivre mieux votre vie,

contactez moi au 06 17 55 32 69 ( région Havraise )

ou au 06 13 26 39 92 ( NANCY) pour un rendez vous.

SITE : http://www.hypnobulan.fr

Retour à l'accueil