Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 mai 2016 6 21 /05 /mai /2016 08:51

Dimitri BULAN est votre hypnothérapeute sur

Le Havre (06 17 55 32 69 ) et sa région.

« Rire ? Un drôle de médicament »

Le Parisien remarque en effet : « Aux éclats, en cascade, en grelot, à en avoir mal au ventre, à se rouler par terre, avec ou sans raison, lâchez le rire qui sommeille en vous : votre corps vous remerciera ».
Le journal explique que « preuves et études à l’appui, rigoler régulièrement se révèle aussi efficace - gratuit et sans effets secondaires - que nombre de pilules vite avalées, pour dormir, digérer ou chasser le stress. Mais si enfant on se bidonne jusqu’à 300 fois par jour, adulte, on ne s’esclaffe plus, au mieux, qu’une vingtaine de fois. Et encore. Un tiers des grandes personnes n’atteindrait même pas la minute de rire quotidien ».
Le Dr Henri Rubinstein, spécialiste de l’exploration du système nerveux, souligne que le rire est « une véritable onde musculaire, qui part du visage et se diffuse dans tout le corps, suivie d’une période de relaxation, telle que certains doivent s’asseoir ».
« Dans le seul visage, il actionne déjà une soixantaine de muscles, dont les célèbres zygomatiques. Au milieu du thorax, il contracte le diaphragme. Ce muscle en coupole chapeautant tous les organes de l’abdomen, il leur impose sa gym, qui libère les sucs gastriques, et les masse, favorisant la digestion. Le diaphragme étant aussi LE muscle de la respiration, les poumons, situés au-dessus, en profitent
», poursuit le quotidien.
Le Parisien ajoute que le rire est « beaucoup plus efficace pour oxygéner le corps entier, jusqu’au cerveau, qu’une respiration «normale». En riant, on déplace «jusqu’à 2,5 l d’air, contre 0,5 l habituellement» : jusque dans les recoins d’alvéoles pulmonaires rarement aussi bien irriguées, ce qui en augmente les défenses immunitaires. Un raz de marée d’air qui contribue aussi à éliminer du cholestérol ».
« Brièvement accéléré par la petite décharge d’adrénaline au moment où vous vous mettez à pouffer, le cœur, lui, fait mieux circuler le sang, les risques de caillots et la tension artérielle diminuent
», poursuit le quotidien. Il note en outre que « si ça fait autant de bien au moral, si l’on ne dort jamais aussi bien qu’après un repas dans la bonne humeur ou sortant d’un spectacle comique, c’est que le rire déclenche aussi un orage cérébral bienfaiteur ».
« A lui seul, outre l’adrénaline, il est capable de faire sécréter plusieurs hormones indispensables au fragile équilibre de la transmission entre neurones. La dopamine et la sérotonine, qui régulent l’humeur et pour la seconde également le sommeil ; les endorphines qui, lorsque leurs taux augmentent, abaissent la douleur », relève le journal.
Le Parisien souligne enfin que « dans les services hospitaliers pour enfants où interviennent les clowns de l’association le Rire Médecin, les soignants observent ainsi une baisse de 30% de consommation d’antidouleur après leur passage ».

Date de publication : 17 Mai 2016

Vous souhaitez vivre mieux votre vie,

contactez moi au 06 17 55 32 69

 

ensemble nous avons la solution

 

SITE : http://www.hypnobulan.fr

 

LIRE AUSSI : les 21 jours du cerveau

Repost 0
Published by HYPNOTHERAPEUTE - dans actualité HypnoseEricksonienne Hypnose hypnocoaching coaching
14 mai 2016 6 14 /05 /mai /2016 12:09

Dimitri BULAN est votre hypnothérapeute sur

Le Havre (06 17 55 32 69 ) et sa région.

« Suicide des jeunes : près d'un millier de morts par an »

Le Point
Le Point constate que « le suicide d'une jeune femme qui s'est jetée sous un train tout en se filmant sur Periscope remet en lumière le drame du suicide des jeunes ».
Le magazine rappelle ainsi que « selon les dernières estimations, entre 600 et 1.000 adolescents mettraient fin à leurs jours chaque année en France. Le suicide représente actuellement la deuxième cause de mortalité entre 15 et 24 ans (après les accidents de la route), selon l'Union nationale pour la prévention des suicides ».
« Si les tentatives se comptent en dizaines de milliers, leur nombre est en revanche impossible à préciser. Les études montrent que les tentatives qui aboutissent à la mort sont plus fréquentes chez les garçons »
, continue l’hebdomadaire.
Le Point rappelle en outre que « des violences sexuelles ou psychologiques sont fréquemment retrouvées chez les jeunes qui veulent mettre fin à leurs jours. D'une façon générale, les deux principaux facteurs de risque sont des problèmes familiaux et sentimentaux. Une récente étude réalisée dans trois pays du nord de l'Europe (Danemark, Finlande et Suède) montre aussi que le suicide de l'un des parents, pendant l'enfance, double les risques pour la génération suivante, notamment si le drame s'est produit quand l'enfant avait moins de 6 ans ».
Le magazine indique que « pour aider au mieux les ados en plein désarroi, les spécialistes conseillent d'abord de prendre au sérieux les causes à l'origine de leurs pensées suicidaires. Il ne faut surtout pas les minimiser, encore moins en rire ».
« Il faut au contraire aborder le sujet, engager la discussion, valoriser le jeune, ne pas fuir le sujet du suicide et surtout faire appel à un professionnel de santé si la situation perdure. Les spécialistes mettent en garde contre toute amélioration trop soudaine de l'état affiché par l'ado car cela précède parfois le passage à l'acte », 
continue l’article.

Vous souhaitez vivre mieux votre vie,

contactez moi au 06 17 55 32 69

 

ensemble nous avons la solution

 

SITE : http://www.hypnobulan.fr

 

LIRE AUSSI : les 21 jours du cerveau

Repost 0
Published by HYPNOTHERAPEUTE - dans actualité Adolescents Soutien psychologique suicide
7 mai 2016 6 07 /05 /mai /2016 08:51

Dimitri BULAN est votre hypnothérapeute sur

Le Havre (06 17 55 32 69 ) et sa région.

Pour la première fois en France, le tribunal des prud'homme de Paris doit examiner un cas d'épuisement par ennui, un syndrome aussi appelé "bore-out".

 

 

Aujourd'hui se tient le tout premier procès en France du bore-out. Frédéric Desnard accuse son ancien employeur Interparfums, une entreprise spécialisée dans les parfums de luxe, de l'avoir mené à l'épuisement par l'ennui en le mettant "au placard". L'homme, salarié de l'entreprise depuis 2006, réclame notamment des dommages et intérêts pour harcèlement moral et licenciement abusif.

Un ennui lourd de conséquence. A la suite de la perte d'un contrat par l'entreprise, Frédéric Desnards se serait vu attribuer des tâches de plus en plus petites, et n'ayant pas de rapport avec son poste d'origine de responsable des services généraux. Ce manque d'activité va le conduire à ce qu'il décrit comme étant une "descente aux enfers". Ulcère, prise de poids et dépression, c'est finalement un accident de voiture à la suite d'une crise d'épilepsie, en mars 2014, qui le poussera à trouver un nom à sa condition : le bore-out. L'homme posera plusieurs arrêts maladies qui conduiront à son licenciement en septembre 2014 pour "absence prolongée".

Interparfums contre ces accusations en mentionnant les premières plaintes de Frédéric Desnard, datant d'octobre 2014, qui dénonçait cette fois-ci un burn-out. L'avocat de l'entreprise souligne également qu'entre 2010 et 2014, période de sa "placardisation", l'homme n'avait jamais signalé de problème particulier à son employeur.

La mise au placard, un problème réel. Une mise au placard correspond à une mise à l'écart volontaire d'un salarié par son employeur. Souvent dans le but de le pousser au licenciement. Selon le spécialiste du droit du travail Sylvain Niel, interrogé par l'AFP, 244 arrêts de la chambre social de la cour de Cassation portent sur "des faits de mise au placard ou de déshérence professionnelle intentionnelle". Ils sont décrits comme des cas d'harcèlement moral. De plus, en ne fournissant pas de travail à son employé, un patron va à l'encontre des termes du contrat qui les lie. 

Des syndromes non reconnus. Le burn-out correspond à un épuisement professionnel du à une surcharge de travail. Le bore-out, c'est tout l'inverse. Il s'agit d'un épuisement professionnel causé par l'ennui au travail. Bien qu'être "payé à ne rien faire" paraisse être une situation rêvée pour certains, le manque de stimulation intellectuelle au travail entraîne chez certaines personnes une diminution de l'estime de soi, un sentiment de culpabilité, et la sensation d'être inutile. A l'heure actuelle, les syndromes de burn-out et bore-out ne sont pas reconnus comme maladies professionnelles. 

Vous souhaitez vivre mieux votre vie,

contactez moi au 06 17 55 32 69

 

ensemble nous avons la solution

 

SITE : http://www.hypnobulan.fr

 

LIRE AUSSI : les 21 jours du cerveau

Repost 0
Published by HYPNOTHERAPEUTE - dans Burn out HypnoseEricksonienne hypnocoaching
14 avril 2016 4 14 /04 /avril /2016 09:41

Dimitri BULAN est votre hypnothérapeute sur

Le Havre (06 17 55 32 69 ) et sa région.

5 changements scientifiquement prouvés qui se produisent dans toutes les relations amoureuses à long terme
 
Plus qu’un état relationnel, le fait d’être couple a un impact certain sur les amants. On peut alors parler d’effets physiques, linguistiques ou même mentaux, qui modifient peu à peu le comportement des conjoints.
Le développement d’un langage particulier
 
Il vous est sûrement déjà arrivé de recevoir un texto de votre conjoint qui ne veut rien dire en soi, mais dont vous seul comprenez le sens. Ce langage « d’initié » est l’un des premiers signes qu’il existe une synchronisation entre les deux amants, d’après Joshua Wolf Shenk, auteur du livre « Powers of Two ». Selon une étude de Robert Hopper, professeur de communication à l’université du Texas, une communication secrète a deux effets : elle permet d’abord d’approfondir un lien existant, qu’il soit romantique ou platonique. Egalement, ce langage privé établit une identité unique et partagée entre les deux protagonistes qui le pratiquent.
Un langage privé peut être fait de tout et n’importe quoi, de blagues ou de surnoms par exemple, selon la psychologue Carol Bruess de l’université d’Etat de l’Ohio. Sa recherche suggère même un lien entre la fréquence de l’usage de mots « privés » entre deux partenaires et leur niveau de satisfaction relationnelle. Bruess a ainsi constaté que plus des couples utilisaient ce type de communication, plus ils se déclaraient heureux dans leur relation.
 
 
 
L’absence de retenue
 
Pour la plupart des gens, la manière de parler avec des étrangers, des connaissances ou des amis proches est nettement différente de celle adoptée en présence de leur partenaire. Ainsi, en présence d’autres personnes, la plupart des gens ont tendance à se censurer eux-mêmes, une manière d’adapter leur comportement pour s’acclimater aux autres. Mais en présence d’un partenaire intime, ce type de comportement a tendance à s’estomper et à être remplacé par « un langage fluide et naturel » tel que le décrit Shenk. En d’autres termes, en couple, la censure auto-imposée disparait et la communication est plus franche et ouverte.
 
Le psychologue Daniel Kahneman, de l’université de Californie Berkeley, témoigne d’ailleurs d’une expérience en ce sens : « Comme la plupart des gens, je suis assez prudent sur le fait de dévoiler mes pensées provisoires aux autres. » Mais après avoir passé quelques années à travailler avec son partenaire de recherche, le psychologue cognitif Amos Tversky, « cette prudence avait complètement disparu », explique-t-il.
 
La ressemblance physique
 
Dans une étude datant de 1987, le psychologue Robert Zajonc a constaté qu’il y avait une raison très évidente au fait que les couples mariés commencent peu à peu à se ressembler physiquement : ils utilisent les mêmes muscles si souvent que, au fil du temps, il commencent à s’imiter l’un l’autre. Joshua Wolf Shenk, pour sa part, explique que cette coordination de mouvements n’est pas accidentelle mais reflète ce que les psychologues appellent « une structure de coordination partagée » qui inclut la façon dont nous harmonisons notre regard, le balancement du corps et les petites manies et particularités dans notre façon de parler.
 
La ressemblance verbale
 
En plus d’avoir leur propre vocable privé, les couples à long terme « commencent à s’harmoniser dans les rythmes et les structures syntaxiques de leur langage » selon Joshua Wolf Shenk. En résulte un phénomène que les psychologues appellent la « contagion émotionnelle », c’est-à-dire que lorsque deux personnes passent suffisamment de temps ensemble, elles commencent à faire correspondre leurs schémas d’expression. Elles adoptent alors, du moins partiellement, l’accent de l’autre personne, ou encore la durée des pauses qu’elle marque entre les mots et phrases.
 
Certaines preuves suggèrent même que ces changements dans la manière de parler peuvent servir d’indicateur sur la durée potentielle durant laquelle un couple peut rester uni. Ainsi, une partie d’une étude menée en 2010 sur l’étude du langage chez les couples via les textos qu’ils s’échangent, a notamment montré que lorsque deux personnes semblaient s’exprimer de la même manière (dans les mots et la structure de la langue utilisée dans les messages), elles avaient aussi plus de chances que les autres d’être encore en couple trois mois plus tard.
 
La manière de penser similaire
 
Les recherches suggèrent que les couples sont plus susceptibles d’imiter le langage corporel de l’autre – ce qui les fait se ressembler – car ces signes sont le résultat de connaissances que seuls les deux conjoints partagent. Ces informations, qui contiennent l’ensemble des expériences et souvenirs communs, influent les gestes, la posture et le langage utilisé par les deux membres du couple. Une étude datant de 2007 a par exemple constaté que les individus étaient plus susceptibles d’avoir le même regard lorsqu’ils avaient tous les deux entendu la même information préalable avant leur conversation.
 
 

Vous souhaitez vivre mieux votre vie,

contactez moi au 06 17 55 32 69

ensemble nous avons la solution

SITE : http://www.hypnobulan.fr

LIRE AUSSI : les 21 jours du cerveau

Repost 0
Published by HYPNOTHERAPEUTE - dans Hypnose HypnoseEricksonienne Couple hypnocoaching
5 avril 2016 2 05 /04 /avril /2016 08:47

Dimitri BULAN est votre hypnothérapeute sur

Le Havre (06 17 55 32 69 ) et sa région.

Sans que vous ne le sachiez, la langue que vous parlez influence votre façon de percevoir le monde

La façon dont nous voyons le monde est déterminée par un nombre infini de facteurs, et notre langage en fait partie ! En effet, le langage matérialise ce que nous voyons, entendons, pensons et imaginons. Plusieurs études ont prouvé que le sens que nous donnions aux choses était influencé par la ou les langues que nous parlions.

De nombreuses recherches ont démontré que pratiquer plusieurs langues modifiait notre cerveau. Être bilingue est une réelle stimulation cognitive, et protégerait contre la démence.

En effet, pratiquer régulièrement des langues différentes entraîne notre cerveau et le rend plus flexible. Et cette flexibilité mentale permet d’ailleurs aux bilingues de retarder jusque 5 ans le vieillissement cognitif, notamment l’arrivée de maladies dégénératives liées à l’âge telles que la démence ou Alzheimer.

Plus loin encore, des études ont prouvé que les bilingues voyaient le monde différemment en fonction de la langue qu’ils utilisaient. Des chercheurs ont tenté de comprendre comment les différents modèles de langage pouvaient affecter le regard que nous posions sur le monde. L’étude, publiée sur le journal Psychological Science, a été faite sur des bilingues allemands/anglais et sur des monolingues.

Les chercheurs ont montré aux sujets des clips vidéo qui mettaient en scène des personnes dans des mouvements particuliers : une femme marchant en direction d’une voiture, et un homme qui faisait du vélo en direction du supermarché. Ils leur ont demandé de décrire les scènes.

En résultat, les monolingues allemands ont pour la plupart décrit l’action, mais aussi le but de l’action. Par exemple, ils ont décrit : « une femme qui marche vers sa voiture », ou « un homme qui va vers le supermarché ». Les anglais monolingues ont quant à eux uniquement décrit l’action, en décrivant « une femme qui marche » ou « un homme qui fait du vélo », sans mentionner le but de l’action.

La vision des personnes qui parlent allemand serait doncholistique, c’est-à-dire globale : ils pensent l’évènement dans leur entité. La vision des personnes qui parlent anglais aurait plus tendance à zoomer sur des éléments intérieurs à l’évènement : ils ont tendance à se concentrer uniquement sur l’action.

Ces tendances semblent être directement liées aux bases linguistiques de leur langage. En effet, notre rapport au temps semble influencé par les différents outils grammaticaux que notre langue utilise pour déterminer les actions dans le temps.

Par exemple, les Anglais marquent grammaticalement les évènements qui sont en cours en appliquant le morphème -ing. Ainsi ils diront « I am playing the piano and I cannot come to the phone » (quand nous dirons “Je joue du piano et je ne peux pas répondre au téléphone”) ou « I was playing piano when the phone rang » (quand nous dirons “Je jouais du piano quand le téléphone a sonné”). Ce qui n’est pas le cas dans la langue allemande.

Les recherches sur les personnes qui pratiquent un second langage ont montré la relation entre la langue dans ses constructions grammaticales et la fréquence avec laquelle les personnes mentionnaient les objectifs de l’évènement.

L’étude a aussi montré que ces différences ne se limitaient pas à l’usage d’une langue elle-même, mais s’étendait à la catégorisation non verbale des évènements. Les chercheurs ont montré aux monolingues anglais et allemands une série de vidéos qui montraient des gens qui marchaient, faisaient du vélo, couraient ou conduisaient.

A chaque série de trois vidéos, ils ont demandé aux sujets si une scène avec des buts ambigus (une femme qui marche sur une route en direction d’une voiture garée) ressemblait le plus à une scène au but déterminé (une femme qui entre dans un bâtiment) ou à une scène sans orientation (une femme qui marche sur une chemin de campagne).

Sans surprise, les locuteurs allemands ont mis en relation les scènes ambigües avec des scènes au but orienté plus fréquemment que les monolingues anglais l’ont fait. On peut en conclure que les germanophones sont plus aptes à se concentrer sur les issues possibles des actions alors que les Anglais se concentrent plus sur l’action.

Concernant les bilingues, ils semblaient être partagés entre ces différentes perspectives. Les Allemands qui parlaient couramment anglais étaient tout aussi focalisés sur l’objectif de l’action que les locuteurs allemands natifs testés dans leur propre pays. Un autre groupe d’Anglais et d’Allemands bilingues a été mis à l’épreuve en Angleterre, et étaient tout aussi concentrés sur l’action que les Anglais natifs.

Une autre expérience a été faite, toujours sur un groupe bilingue anglais/allemand. Les chercheurs leur ont fait répéter des chiffres à voix haute en anglais ou en allemand. Quand les sujets utilisaient la langue allemande, ils ont réagi comme des Allemands monolingues : ils voyaient les vidéos aux buts ambigus comme des vidéos au but orienté. A l’inverse, quand les bilingues utilisaient la langue anglaise pour répéter des chiffres, ils ont réagi comme les monolingues anglophones : ils ont vu les scènes ambigües comme des scènes à fins ouvertes.

Quand les chercheurs ont pris au dépourvu les sujets en changeant la langue des numéros à mi-chemin de l’expérience, la concentration des sujets sur les buts par rapport à l’action s’est inversée.

Ainsi, parler une langue ou une autre a changé les perspectives des sujets. D’autres études ont montré que les comportements des bilingues variaient en fonction de la langue qu’ils utilisaient. Par exemple, les Arabes israéliens sont plus susceptibles d’associer des noms arabes comme Ahmed et Samir à des mots positifs en utilisant une langue arabe qu’en utilisant de l’hébreu.

Les personnes étudiées ont rapporté qu’elles se sentaient différentes en fonction du langage qu’elles utilisaient, et que les expressions de certaines émotions avaient différentes résonances selon la langue qu’elles utilisaient.

Enfin, il a été démontré que, lorsqu’ils sont confrontés à des risques, les bilingues avaient tendance à avoir des décisions plus rationnelles quand ils utilisaient leur second langage. Leur première langue leur donnerait une vision pleine de préjugés affectifs et donc plus faussée, qui influencerait la perception des risques et des avantages d’une situation.

Il n’y a donc pas de doute : la langue que vous parlez peut vraiment affecter la façon dont vous pensez. 

Vous souhaitez vivre mieux votre vie,

contactez moi au 06 17 55 32 69

 

ensemble nous avons la solution

 

SITE : http://www.hypnobulan.fr

 

LIRE AUSSI : les 21 jours du cerveau

Repost 0
Published by HYPNOTHERAPEUTE - dans HypnoseEricksonienne Hypnose hypnocoaching actualité
31 mars 2016 4 31 /03 /mars /2016 08:46

Dimitri BULAN est votre hypnothérapeute sur

Le Havre (06 17 55 32 69 ) et sa région.

Effets thérapeutiques de la musique sur le cerveau

Par son action globale sur l’ensemble des zones du cerveau, la musique produit de nombreux effets bénéfiques. Elle peut être utilisée en rééducation, pour stimuler la mémoire, ou encore pour atténuer la douleur.

Rééducation cérébrale

Selon les spécialistes, la musique stimule la plasticité du cerveau en activant la production dedopamine : elle a le pouvoir de contribuer à la restauration des neurones, et peut être utile après un traumatisme crânien, un AVC, ou en cas de maladie de Parkinson.
La musique et le rythme permettent de rééduquer la motricité et de traiter les troubles de l’équilibre et rigidités musculaires. L’écoute de musique peut également être employée dans le cadre de troubles du langage (aphasie) : certains patients sont capables de fredonner ou de répéter les paroles.

Effets sur la mémoire

L’écoute et la pratique de la musique produisent des effets positifs sur la mémoire, tant chez les personnes saines que chez les personnes atteintes d’une affection neurologique. L’activité musicale s’avère bénéfique en prévention ou en tant que traitement.
Ainsi, les musiciens stimulent de nombreuses zones de leur cerveau, ce qui accentue leur créativité et leur capacité à stocker les informations.
D’excellents résultats ont également été observés grâce à la musique chez des patients atteints de la maladie d’Alzheimer : certains sont capables d’apprendre de nouveaux chants, et d’associer un contexte musical à des mots ou des souvenirs.

Effets antalgiques

Parmi ses vertus, la musique permet de réduire les douleurs. Une étude britannique a récemment démontré que le fait d’écouter ses chansons préférées avant, pendant ou après une intervention chirurgicale pouvait contribuer à mieux supporter l’opération. Les patients ayant écouté de la musique dans ce contexte se sont montrés moins anxieux et ont eu moins besoin de médicaments, et ce même en cas d’anesthésie générale. Les résultats seraient d’autant plus positifs si le patient peut choisir ce qu’il écoute.
Il est toutefois important de garder à l’esprit que la musique ne suffit pas pour atténuer complètement les douleurs, et qu’elle ne permet pas de réduire la durée d’un séjour à l’hôpital.

Pour aller plus loin

Vous souhaitez vivre mieux votre vie,

contactez moi au 06 17 55 32 69

 

ensemble nous avons la solution

 

SITE : http://www.hypnobulan.fr

 

LIRE AUSSI : les 21 jours du cerveau

Repost 0
3 mars 2016 4 03 /03 /mars /2016 15:54
Repost 0
Published by HYPNOTHERAPEUTE - dans actualité coaching
13 février 2016 6 13 /02 /février /2016 11:31

Dimitri BULAN est votre hypnothérapeute sur

Le Havre (06 17 55 32 69 ) et sa région.

Depuis notre tendre enfance, notre imaginaire se nourrit de mythes sur les relations amoureuses qui s’éloignent souvent de la réalité. L’âme soeur qui court à toute vitesse dans un aéroport plein à craquer, la lettre d’amour reçue chaque jour pendant 10 ans, le sacrifice de sa vie pour son ou sa bien-aimé(e). De quoi nous donner l’air paresseux en affaire de coeur… L’artiste coréenne Puuung entend bien changer notre vision des choses. Avec son superbe coup de pinceau, elle brosse un portrait plein de douceur du vrai amour au quotidien. 

Vous souhaitez vivre mieux votre vie,

contactez moi au 06 17 55 32 69

 

ensemble nous avons la solution

 

SITE : http://www.hypnobulan.fr

 

LIRE AUSSI : les 21 jours du cerveau

Repost 0
Published by HYPNOTHERAPEUTE - dans Couple Hypnose hypnocoaching HypnoseEricksonienne coaching
12 février 2016 5 12 /02 /février /2016 10:25

Dimitri BULAN est votre hypnothérapeute sur

Le Havre (06 17 55 32 69 ) et sa région.

La phobie sociale désigne une hypersensibilité au jugement d’autrui. Contrairement à la timidité, elle altère considérablement la qualité de vie. Comment se manifeste-t-elle et comment la traiter ? 

Causes et facteurs de risques

La phobie sociale repose sur plusieurs types de facteurs. Elle peut être la conséquence d’une expérience sociale humiliante, ou d’un événement traumatisant : moqueries, agression, mise à l’écart. La phobie sociale peut également trouver son origine dans l’enfance, avec des parents isolés socialement ou surprotecteurs. 
Cette forme d’anxiété affecte le plus souvent les adolescents, et davantage les femmes que les hommes. 
Parmi les situations qui déclenchent l’apparition des symptômes : la nouveauté, la prise de parole en public, et l’exposition au regard des autres 

Symptômes

Les symptômes caractéristiques de la phobie sociale sont des crises d’angoisse, un sentiment de honte, le repli sur soi, la peur d’être jugé, des pensées négatives et une mauvaise estime de soi. La phobie sociale se traduit également par des comportements d’évitement et de dissimulation : refus d’invitations voire de promotion professionnelle pour éviter la prise de parole, éviter de regarder les autres personnes dans les yeux, éviter de donner son avis. 
La phobie sociale peut aussi s’exprimer physiquement : tremblementsvertigesaugmentation du rythme cardiaquetranspiration, rougissement. 
La phobie sociale ne doit pas être confondue avec la timidité qui s’exprime par une simple gêne et qui évolue favorablement avec le temps. La phobie sociale est une situation extrêmeayant de forts retentissements sur la scolarité, la vie professionnelle, et la vie sociale. Dans les situations où une personne timide parvient à surmonter ses peurs, la personne qui souffre de phobie sociale en est incapable. 

Traitements

Les traitements habituellement préconisés pour soigner la phobie sociale sont la thérapie cognitive et comportementale (TCC) et les médicaments
En groupe ou individuelle, la thérapie consiste à confronter le patient à ses peurs et à l’entrainer progressivement à s’affirmer. Des techniques de relaxation et de méditationpeuvent également être employées. 
Le traitement médicamenteux consiste en une prise d’antidépresseurs pour soulager les symptômes de la phobie sociale, notamment les manifestations physiques. Leur effet est rapide, mais l’efficacité ne se maintient généralement que sur le court terme. 
Les deux traitements peuvent être prescrits de manière distincte ou combinée, au cas par cas. 

Pour aller plus loin

Les phobies sociales, Association Française des Troubles Anxieux et de la Dépression (PDF) 

Vous souhaitez vivre mieux votre vie,

contactez moi au 06 17 55 32 69

 

ensemble nous avons la solution

 

SITE : http://www.hypnobulan.fr

 

LIRE AUSSI : les 21 jours du cerveau

Repost 0
Published by HYPNOTHERAPEUTE - dans Phobies Hypnose HypnoseEricksonienne
12 février 2016 5 12 /02 /février /2016 10:23

« Santé : l’inquiétante explosion des dérives sectaires »

Le Parisien
Le Parisien indique en effet que « le président de la Mission contre les dérives sectaires, Serge Blisko, sonne l’alarme : les charlatans prospèrent sur le dos des malades vulnérables ».
Le journal publie un entretien avec le médecin, président de la Miviludes (Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires), qui « constate l’inquiétante montée en puissance des dérives sectaires dans le domaine de la santé ».
Serge Blisko déclare notamment que « sur les 2.500 à 3.000 signalements qui nous sont faits chaque année, 40% concernent désormais le domaine de la santé, une proportion qui a doublé en 3 ans. C’est d’autant plus préoccupant que par essence, nous n’avons qu’une vision partielle du phénomène, beaucoup de victimes se sentant trop honteuses pour en parler ».
« Cela va de la charlatanerie, qui surfe sur l’engouement pour les médecines naturelles, aux véritables gourous, avec emprise mentale, financière et parfois sexuelle 
», continue le responsable.
Serge Blisko relève que « dans les cas les moins graves, le préjudice est uniquement financier et les produits inoffensifs, comme cette infusion aux vertus miracles, en fait du simple thé vert à 150 € la boîte… Mais on trouve aussi des substances dangereuses, ou qui rentrent en conflit avec un traitement classique ».
Le médecin ajoute que les victimes sont « souvent, mais pas exclusivement, des personnes malades. 60% des personnes atteintes d’un cancer font appel à des méthodes complémentaires : il peut s’agir de traitements d’appoint comme l’acupuncture, mais aussi de choses délirantes, comme l’ingestion d’huile essentielle de lin ou même d’urine… ».
Serge Blisko souligne qu’« il y a danger lorsque ces méthodes remplacent les traitements éprouvés. Il existe ainsi tout un courant qui prétend guérir le cancer par la psychologie et exclut tout recours à la médecine conventionnelle. L’un de ses tenants, Claude Sabbah, vient d’être condamné à 2 ans de prison et 30.000 € d’amende après la mort d’un adepte ».
Le responsable remarque ainsi qu’« il y a aujourd’hui en France entre 10 et 15 millions de personnes qui souffrent d’une affection de longue durée et qui doivent prendre un traitement, parfois à vie. Cela nourrit une angoisse permanente qui, ajoutée à la froideur technicienne de la médecine conventionnelle et à l’effondrement du maillage des médecins de famille, fait d’eux des proies potentielles. C’est particulièrement vrai avec le cancer, une pathologie très déstabilisante ».
Serge Blisko appelle à « une vigilance de tous, car les victimes appartiennent à toutes les classes sociales, leur seul point commun étant d’être vulnérables à un moment de leur vie. On a par exemple vu surgir, après les attentats, des thérapeutes sans diplôme se proposant - moyennent finances - d’aider les familles… ».
 
 
Date de publication : 10 Fév. 2016
Repost 0
Published by HYPNOTHERAPEUTE - dans actualité

Présentation

  • : HYPNOSE ERICKSONIENNE et coaching de vie Le Havre Honfleur Deauville Fécamp Yvetôt
  • HYPNOSE ERICKSONIENNE et coaching de vie Le Havre Honfleur Deauville Fécamp Yvetôt
  • : Hypnose éricksonienne, PNL (Programmation Neuro Linguistique ), EMDR et psychothérapie hypnotique sur Le Havre / Fecamp / Honfleur / Deauville / Pont Audemer / Jumièges / Yvetot...soutien téléphonique tarifé également.Programme " joueur", alcoolisme, drogue, victime, de pervers (e) narcissique ... (à votre service depuis 1995)
  • Contact

Profil

  • HYPNOTHERAPEUTE
  • Hypnothérapeute, Praticien Programmation Neuro Linguistique (Coaching). Diplômé de l'IFHE en Hypnose Ericksonienne, Nouvelle Hypnose et Hypnose Humaniste, PNL. A votre domicile et à votre service depuis 1995. LE HAVRE HONFLEUR DEAUVILLE FECAMP YVETOT 0617553269. (autres villes dans le secteur)
  • Hypnothérapeute, Praticien Programmation Neuro Linguistique (Coaching). Diplômé de l'IFHE en Hypnose Ericksonienne, Nouvelle Hypnose et Hypnose Humaniste, PNL. A votre domicile et à votre service depuis 1995. LE HAVRE HONFLEUR DEAUVILLE FECAMP YVETOT 0617553269. (autres villes dans le secteur)

Recherche