Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 octobre 2011 1 17 /10 /octobre /2011 12:41

Le Figaro 


Le Figaro, qui inaugure aujourd’hui son site Internet « Le Figaro santé », consacre un dossier aux « nouvelles alternatives à la chirurgie » dans le traitement de l’arthrose. 
Le quotidien rappelle notamment que « si l’âge est bien un facteur de risque de l’arthrose, elle peut cependant se développer très tôt et mettre de nombreuses années avant de présenter des symptômes cliniques visibles ».
« À l’heure actuelle, cette maladie se retrouve ainsi chez 16% des personnes de plus de 55 ans et atteint 70% des plus de 65 ans, un chiffre en augmentation régulière depuis une vingtaine d’années. En 2030, l’arthrose pourrait toucher 22% de la population française », 
note Le Figaro.
Le journal indique qu’« il n’existe pas, à l’heure actuelle, de traitement curatif de l’arthrose », et explique que « les traitements combinent la lutte contre la douleur et contre le handicap ».
Le Pr Francis Berenbaum, responsable du service de rhumatologie à l’hôpital Saint-Antoine (Paris), précise que « le premier traitement envisagé est médical, et non simplement médicamenteux. Même si le cartilage est entièrement détruit, la chirurgie n’est pas nécessairement la meilleure option ».
Le Figaro note entre autres que « pour l’arthrose du genou et du poignet, le premier facteur de risque est le surpoids. Quelques kilos en moins suffisent souvent à soulager les symptômes, notamment au niveau des genoux. […] La kinésithérapie, qui mobilise les articulations, a démontré son efficacité. Les orthèses, qui permettent de corriger un défaut d’orientation dans l’articulation, sont particulièrement efficaces sur l’arthrose du pouce mais également du genou ».
« À ces approches mécaniques s’ajoute souvent, dès le départ, un traitement médicamenteux de la douleur par du paracétamol, qui reste le traitement de référence. Des anti-inflammatoires non stéroïdiens sont également prescrits avec une efficacité sur la douleur similaire au paracétamol mais plus d’effets secondaires »,
continue le journal.
Le quotidien relève que « si ces traitements ne suffisent pas, le médecin peut prescrire des dérivés codéinés ou du tramadol, dont les effets secondaires et la mauvaise tolérance chez de nombreux patients nécessitent un suivi très serré ».
Le Figaro observe en outre que « les symptômes sont d’autant mieux pris en charge que la maladie est détectée tôt, avec une réduction plus évidente du handicap. La recherche, qui progresse lentement, en partie faute de financement et d’intérêt de la part des autorités, s’attache donc à développer également des outils de diagnostic précoce ».

MS

Pour la gestion de la douleur par l' hypnose, contactez moi pour une consultation à domicile ou au téléphone,  :


au 06 17 55 32 69 ou

par mail à hypnobulan@gmail.com

Dimitri BULAN

 hypnobulan.fr

Repost 0
Published by hypnotherapeute 76 - dans Douleur
17 octobre 2011 1 17 /10 /octobre /2011 12:39

L’Humanité 


C’est ce que titre L’Humanité, qui consacre près de deux pages au sujet. Le journal observe que « parmi les facteurs de sous-déclaration des maladies du travail, le manque de formation des médecins joue un rôle important ».
« La santé au travail étant très peu abordée au cours des études, la plupart méconnaissent les enjeux de la déclaration et sa procédure complexe », 
poursuit le quotidien.
L’Humanité observe ainsi que « de rapport en rapport, l’évaluation du coût pour l’assurance-maladie des soins et prestations qui auraient dû être pris en charge par la branche accidents du travail et maladies professionnelles de la Sécurité sociale ne cesse d’enfler ».
« Au fil des rapports, les causes pointées sont les mêmes : camouflage des accidents du travail par certains employeurs, ignorance de la victime du lien possible entre son affection et le travail, ignorance de ses droits, découragement devant une procédure complexe, crainte pour l’emploi », 
souligne le quotidien.
Le journal précise que le dernier rapport en date, le rapport Diricq, dévoilé cet été, met aussi en avant « l’absence de formation et d’information adéquate des médecins », leur « difficulté à faire le lien entre la pathologie et le travail ».
L’Humanité évoque ainsi une « formation initiale qui fait quasiment l’impasse sur la santé au travail. […] Autre frein à la déclaration, la crainte des conséquences sur l’emploi du malade, licenciable si l’inaptitude au poste est constatée. […] Enfin, le médecin du travail, dont l’indépendance par rapport à l’employeur est relative, est souvent réticent par crainte pour son propre emploi… ».
Le quotidien ajoute que « la recherche d’une exposition à un cancérogène dans la carrière du malade reste complexe, coûteuse en temps. La réticence est encore renforcée par le fait que beaucoup de médecins croient devoir certifier le lien entre maladie et travail, alors que leur rôle est seulement d’attester d’une maladie […] qui pourra être reconnue selon le «principe d’imputabilité», après enquête de la Sécurité sociale ».
L’Humanité se penche en outre sur la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, où « l’observatoire régional de la santé propose un outil original pour guider les médecins », un site Internet qui « propose des fiches très pratiques indiquant les questions à poser et à se poser face à une maladie ou un risque, donne des conseils pour remplir le certificat initial de maladie professionnelle et explique les conséquences pour le patient en termes de prise en charge et d’indemnisation ».(www.sistepaca.org)

 

MS

Pour un soutien psychologique actif, contactez moi pour une consultation à domicile ou au téléphone,  :


au 06 17 55 32 69 ou

par mail à hypnobulan@gmail.com

Dimitri BULAN

 hypnobulan.fr

Repost 0
Published by hypnotherapeute 76 - dans Risques psychosociaux
17 octobre 2011 1 17 /10 /octobre /2011 12:37

Pour la Science, octobre 2011 


C’est ce qu’explique Pour la Science, qui indique que « l'orexine, l'hormone de l'appétit et de l'éveil, serait en cause : en cas d'inflammation ou d'infection, elle n'est plus assez libérée dans le cerveau – on perd l'appétit et l'entrain nécessaire pour se lever de son lit ».
Le magazine explique que « cette découverte a été réalisée par Aaron Grossberg et ses collègues de l'Université de l'Oregon », et relatée dans le Journal of Neuroscience « Ils ont constaté que des neurones de l'hypothalamus, utilisant de l'orexine pour maintenir leur activité, devenaient inactifs ».
Pour la Science note ainsi que « la trop faible concentration d'orexine quand on est souffrant serait responsable à la fois de la perte d'appétit et de l'état de léthargie où l'on se trouve. L'organisme économiserait ses forces pour lutter contre l'infection, évitant les dépenses d'énergie liées aux activités physiques inutiles et prélevant des calories sur les réserves lipidiques du corps, plutôt que d'investir des efforts dans les mécanismes de la digestion ».
Pour la Science précise que les chercheurs « ont injecté de l'orexine dans l'hypothalamus de rats malades et ont constaté qu'ils recommençaient à vaquer à leurs occupations. Bien entendu, cela ralentit leur convalescence ».
« Toutefois, chez un être humain traité de façon efficace pour une infection bactérienne par exemple, des traitements à base d'orexine permettraient de conserver de l'allant pendant que l'antibiotique ferait son œuvre », 
poursuit le magazine.

MS

Pour votre bien être, mieux être et gestion de vos états ; contactez moi pour une consultation à domicile ou au téléphone,  :


au 06 17 55 32 69 ou

par mail à hypnobulan@gmail.com

Dimitri BULAN

 hypnobulan.fr

Repost 0
Published by hypnotherapeute 76 - dans Troubles du comportement
16 octobre 2011 7 16 /10 /octobre /2011 12:07

 La guerre est déclarée entre les mutuelles et le gouvernement 

 

Les Echos, La Tribune, L’Humanité

 

C’est ce que titre Les Echos, qui observe que « c’est désormais officiel, les mutuelles ne parapheront pas l'accord avec l'assurance-maladie et les syndicats de médecins visant à limiter les dépassements de tarifs des praticiens ». 

Etienne Caniard, président de la Mutualité française, a ainsi déclaré hier : « Les conditions ne sont pas réunies. […] Le secteur optionnel n'apporte en rien une amélioration dans l'accès aux soins ».

Les Echos rappelle que « le texte de l'accord prévoit la mise en place d'un secteur d'exercice dit «optionnel» pour les médecins. […] Les praticiens qui rejoindraient ce secteur s'engageraient à faire au moins 30% de leur activité au tarif de la Sécurité sociale, et à limiter les dépassements sur les autres actes à 50% de ce tarif. En échange, les complémentaires s'engageraient à rembourser ces dépassements à leurs clients ».

Le journal observe qu’Etienne Caniard « redoute un effet d'aubaine, certains médecins risquant de rejoindre le secteur optionnel pour y faire plus de dépassements qu'aujourd'hui. Il demande aussi une revalorisation pour les professionnels qui pratiquent les tarifs conventionnels ».

Le quotidien relève qu’« en refusant de signer l'accord, les mutuelles savent qu'elles déclenchent la guerre avec l'exécutif. […] «La Mutualité est dans une logique d'escalade incompréhensible pour les patients», a réagi Xavier Bertrand. Le ministre de la Santé annonce qu'il va «prendre contact» avec les deux autres familles de complémentaires ».

Les Echos ajoute qu’« en l'absence d'accord, le gouvernement mettra en œuvre le secteur optionnel par le biais d'un amendement au projet de budget de la Sécurité sociale, examiné à l'Assemblée d'ici à la fin du mois ».

Le journal note qu’« au sein de la majorité, l'attitude des mutuelles passe mal. On les accuse même de jouer la montre en misant sur une victoire de la gauche en 2012. En rétorsion, la députée UMP Valérie Rosso-Debord a préparé un amendement pour taxer les réserves des mutuelles au-delà d'un certain seuil : 10% lorsqu'elles représentent plus de 3,5 fois leurs engagements réglementés, 20% quand ce ratio est supérieur à 6 ».

Les Echos indique par ailleurs que « les mutuelles ont présenté hier leurs propositions pour 2012, au premier rang desquelles figure un meilleur accès aux complémentaires santé ».

La Tribune parle aussi de « guerre » et constate que « la création du secteur optionnel [est] interrompue ».

Et L’Humanité note que « déjà braquées contre la taxation dont elles font l’objet dans le budget de l’Etat, les mutuelles ont annoncé refuser de signer le projet de créer un nouveau secteur tarifaire qui les obligerait à prendre en charge certains dépassements d’honoraires de médecins de blocs opératoires ».

 

___________________________________________________________________________________

 

Le tarif des mutuelles pourrait augmenter de 4,7% » 

 

Le Parisien, Les Echos 

 

Le Parisien fait savoir que « l'alourdissement de la taxation par le gouvernement des contrats de santé des mutuelles va pousser ces dernières à augmenter en moyenne leurs tarifs de 4,7% en 2012 », selon la Mutualité française.

Le président de la Mutualité, Etienne Caniard, a déclaré hier que « l'augmentation aujourd'hui prévisible - évidemment c'est une augmentation moyenne -, est de 4,7% dont 3,2% de répercussion de la taxe et 1,5% résultant de l'augmentation des dépenses de santé ».

Le journal rappelle en effet que « le gouvernement a décidé dans le cadre de son plan de rigueur de doubler de 3,5% à 7% la taxe sur les contrats de santé «solidaires et responsables» des complémentaires santé. Cette recette nouvelle va rapporter 1,1 milliard en 2012 à la Sécurité sociale ».

Le Parisien note que « selon les explications données par M. Caniard, la taxe sera répercutée sur les cotisations des mutualistes à hauteur de 3,2% calculés sur le chiffre d'affaires hors taxes des mutuelles. Il faudra encore y ajouter 1,5% correspondant à «l'évolution tendancielle des dépenses de santé» et à une «extrapolation des économies» décidées dans le cadre du budget de la Sécu, notamment des déremboursements de certains médicaments ».

Le quotidien remarque que « la Mutualité a entrepris une intense campagne pour combattre cette taxe qu'elle qualifie d'«impôt sur la santé». Mais pour le gouvernement les mutuelles ne sont pas obligées de la répercuter sur les cotisations. […] Des députés UMP considèrent que compte tenu de leurs importantes réserves, les mutuelles peuvent faire un effort financier dans le cadre du plan de rigueur ».

Les Echos évoque également une « hausse probable de 4,7% des cotisations en 2012 ».

MS
Hypnothérapie : contactez moi pour une consultation à domicile ou au téléphone, 

au 06 17 55 32 69 ou

par mail à hypnobulan@gmail.com

Dimitri BULAN

 hypnobulan.fr

Repost 0
Published by hypnotherapeute 76 - dans actualité
12 octobre 2011 3 12 /10 /octobre /2011 15:58
Dialogue du masculin et du féminin

Est ce que je peux te dire ce que je veux te dire ?

Peut être l'écrire.

Est ce que tu peux me dire ce que tu veux me dire ?

Peut être m'écrire.


Ecouteras tu, entendras tu ?

Ecouterai je, entendrai je ?

Si je t'aime pour ce que tu es,
M'aime tu pour ce que je suis ?


Aimer ce qui est...le chérir et le protéger.

Vouloir transformer, c'est modifier...autre qui n'est pas moi...


Ma valeur m'appartient, respecte moi...

Ta valeur t'appartient, respecte toi...


Le rêve se tisse à deux.

Dimitri BULAN

Pour une thérapie de couple, contactez moi en consultation à domicile ou au téléphone  :

au 06 17 55 32 69 ou

par mail à hypnobulan@gmail.com

Dimitri BULAN
DSCF1899.JPG
Repost 0
Published by hypnotherapeute 76 - dans Couple
12 octobre 2011 3 12 /10 /octobre /2011 09:53

Les Echos 


Les Echos remarque qu’« un vaste ouvrage nourri de contributions de médecins, chercheurs, scientifiques et philosophes s'intéresse à l'évolution de la médecine ».(« Aux origines de la médecine », sous la direction de Didier Sicard, professeur de médecine, et Georges Vagarello, directeur de recherche à l'Ecole des hautes études en sciences sociales. Editions Fayard).
Le journal note ainsi que « la médecine a existé de tout temps. Aux temps préhistoriques, on savait déjà, comme l'attestent des squelettes retrouvés, réduire des fractures voire trépaner des crânes. Mais était-ce de la magie ou "le plus antique des actes chirurgicaux" ? En tout cas, "la survie n'était pas l'exception" ».
« Il y a eu ensuite la "naissance d'un art", avec Hippocrate qui nous a laissé son serment, fondement de l'éthique de la profession médicale, les grandes épidémies du Moyen-Age, auxquelles il a fallu faire face, l'inventivité de la Renaissance, de l'époque classique et des Lumières, et la naissance au XIXe siècle de la médecine moderne
... », continue Les Echos.
Le quotidien note que « le médecin devient peu à peu un notable, on invente l'hygiène, on calcule l'espérance de vie (qui a plus que doublé en 200 ans), on arrive au XXe siècle et à sa "révolution scientifico-technique", avec les échographies, scanners ou IRM, les greffes et la chirurgie par robot interposé ».
Les Echos indique que « le livre raconte la médecine d'aujourd'hui, s'intéressant aussi aux inégalités sociales de santé devant une médecine de plus en plus coûteuse et à la santé psychique, la "médecine de l'être" ».
Quant à « la médecine de demain », le journal retient que « les laboratoires de biologie classique disparaîtront au profit de "lecteurs-puces" portables, un des grands enjeux sera "la médecine du grand âge", "totalement à inventer". Le réchauffement climatique entraînera de nouvelles infections dans les pays du nord ».
« Pour les auteurs, "penser que l'humanité puise être débarrassée du cancer est d'une extrême naïveté" »,
 ajoute le quotidien.

MS

En soutien psychologique contactez moi pour une consultation à domicile ou au téléphone  :

au 06 17 55 32 69 ou

par mail à hypnobulan@gmail.com

Dimitri BULAN


Repost 0
Published by hypnotherapeute 76 - dans actualité
12 octobre 2011 3 12 /10 /octobre /2011 09:33

Wired for Success

How to fulfill your potential

How analyzing your problems may be counterproductive

How analyzing your problems may be counterproductive

When you're upset or depressed, should you analyze your feelings to figure out what's wrong? Or should you just forget about it and move on? New research and theories suggests if you do want to think about your problems, do so from a detached perspective, rather than reliving the experience.

This answer is related to a psychological paradox: Processing emotions is supposed to help you facilitate coping, but attempts to understand painful feelings often backfire and perpetuate or strengthen negative moods and emotions. The solution seems to be neither denial or distraction, according to research conducted by University of Michigan psychologist Ethan Kross, who says the best way to move forward emotionally is to examine one's feelings from a distance or detached perspective.

Kross, along with University of California colleague Ozelm Ayduk, conducted a series of studies that provide the first experimental evidence of the benefits of taking a detached perspective on your problems. Kross says, "reviewing our mistakes over and over, re-experiencing the same negative emotions we felt the first time, tends to keep us stuck in negativity." Their study, published in the July, 2008 issue of Personality and Social Psychology, described how they randomly assigned 141 participants to groups that required them to focus (or not to focus) on their feelings using different strategies in a guided imagery exercise that led them to recall an experience that made them feel overwhelmed by sadness or depression. In the immersed-analysis condition, participants were told to go back to the time and place of the experience and relive it as if it were happening to them over again, and try to understand the emotions they felt, along with the underlying causes. In the detached-analysis condition, the subjects were told to go back the time and place of the experience, take a few steps back and move away from the experience, and watch it unfold as though it was happening to them from a distance, and try to understand what they felt and the reasons for the feelings-- what lessons are to be learned.

The results of the experiment? Immediately after the exercise the distanced-analysis approach subjects reported lower levels of anxiety, depression and sadness compared to those subjects who used the immersed-analysis strategy. One week later the participants were questioned. Those that had used the distanced-analysis strategy continued to show lower levels of depression, anxiety and sadness. In a related study, Ayduk and Kross showed that participants who adopted a self-distanced perspective while thinking about their problems related toanger, showed reductions in blood pressure.

Kross' and Ayduk's research supports the work done by psychotherapist Dr. Steven Hayes. Traditional cognitive psychotherapy may not be the best intervention according to Dr. Steven Hayes, a renowned psychotherapist, and author of Getting Out of Your Mind and Into Your Life. Hayes has been setting the world of psychotherapy on its ear by advocating a totally different approach.

Hayes and researchers Marsha Linehan and Robert Kohlenberg at the University of Washington, and Zindel Segal at the University of Toronto, what we could call "Third Wave Psychologists" are focusing less on how to manipulate the content of our thoughts (a focus on cognitive psychotherapy) and more on how to change their context--to modify the way we see thoughts and feelings so they can't control our behavior. Whereas cognitive therapists speak of "cognitive errors" and "distorted interpretation," Hayes and his colleagues encourage mindfulness, the meditation-inspired practice of observing thoughts without getting entangled by them--imagine the thoughts being a leaf or canoe floating down the stream.

These Third Wave Psychologists would argue that trying to correct negative thoughts can paradoxically actually intensify them. As NLP trained coaches would say, telling someone to "not think about a blue tree," actually focuses their mind on a blue tree. The Third Wave Psychologists methodology is called ACT (Acceptance and Commitment Therapy), which says that we should acknowledge that negative thoughts recur throughout our life and instead of challenging or fighting with them, we should concentrate on identifying and committing to our values in life. Hayes would argue that once we are willing to feel our negative emotions, we'll find it easier to commit ourselves to what we want in life.

This approach may come as a surprise to many, because the traditional cognitive model permeates our culture and the media as reflected in the Dr. Phil show. The essence of the conflict between traditional cognitive psychologists and psychotherapists is to engage in a process of analyzing your way out your problems, or the Third Wave approach which says, accept that you have negative beliefs, thinking and problems and focus on what you want. Third Wave psychologists acknowledge that we have pain, but rather than trying to push it away, they say trying to push it away or deny it just gives it more energy and strength.

Third Wave Psychologists focus on acceptance and commitment comes with a variety of strategies to help people including such things as writing your epitaph (what's going to be your legacy), clarifying your values and committing your behavior to them.

It's interesting that that The Third Wave Psychologists approach comes along at a time when more and more people are looking for answer outside of the traditional medical model (which psychiatry and traditional psychotherapy represent). Just look at a 2002 study in Prevention and Treatment, which found that 80% people tested who took the six most popular antidepressants of the 1990's got the same results when they took a sugar pill placebo.

The Third Wave Psychologists approaches are very consistent with much of the training and approach that many life coaches receive, inclusive of Neuro-Linguistic Programming (NLP), and many spiritual approaches tobehavioral changes reflected in ancient Buddhist teachings and the more modern version exemplified by Eckhart Tolle (The Power of Now and A New Earth). The focus of those approaches reinforces the concepts of acceptance of negative emotions and thoughts, and rather than giving them energy and fighting with them, focus on mindfulness, and a commitment to an alignment of values and behavior.

What's fascinating is how brain science and psychological research is supporting ancient spiritual practices. Perhaps now the East and the West, science and spirituality, are coming together

Repost 0
Published by hypnotherapeute 76 - dans English hypnotherapy
11 octobre 2011 2 11 /10 /octobre /2011 16:15

Relaxation au travail

Un Coach de vie peut s'avérer judicieux dans la vie des entreprises modernes.

Ce dernier est le seul capable de proposer des techniques afin de lutter efficacement contre le stress, d'apprendre aux salariés à gérer une situation problèmatique source de stress pathogène.

L'apprentissage également de la mise en place d'une communication non violente (par l'utilisation de certaines tournures de langage plutôt que d'autres qui sont problèmatiques)

Le coaching de vie permet de mieux appréhender le concept de vie de groupe (team / open space...) et par la même de connaitre ses limites en communication afin de dynamiser le groupe (éviter de le dynamiter)

Face à un stress individuel, un stress d'équipe... il est important que chacun puisse à son niveau le gérer individuellement puis l'évacuer.

 

Pour avoir plus d'informations contactez moi pour une consultation ou au téléphone  

au 06 17 55 32 69 ou

par mail à hypnobulan@gmail.com

Dimitri BULAN


 

Repost 0
Published by hypnotherapeute 76 - dans Risques psychosociaux
11 octobre 2011 2 11 /10 /octobre /2011 16:00

Quand l'extraordinaire s'immisce 
dans le processus de deuil

Depuis plusieurs années, le psychiatre Christophe Fauré se consacre à l’accompagnement des personnes en fin de vie et des personnes en deuil. Il a découvert que des expériences inattendues, comme celles de contact avec des proches décédés, pouvaient s'immiscer dans notre processus de deuil. Comment décrypter ces expériences extraordinaires associées au deuil ?
© Restless
Voilà 17 ans que je me consacre, en tant que psychiatre, à l’accompagnement des personnes en fin de vie et des personnes en deuil – notamment après un décès traumatique comme le suicide (1). Au fil des années, je constate que des expériences « étranges » émaillent parfois le récit de certaines personnes en deuil, sans que je puisse en comprendre le sens. 

Alors qu’elles prennent d’infinies précautions pour m’affirmer combien elles s’estiment rationnelles et cartésiennes, des personnes en fin de vie ou en deuil n’en rapportent pas moins des expériences qui échappent à leur compréhension : elles déclarent avoir eu un « contact » avec une personne proche récemment décédée. La plupart font part d’une expérience de « présence indéniable » de la personne disparue les « enveloppant » d’un amour ou d’une sérénité en rupture complète avec la douleur de la perte dans laquelle elles étaient plongées à ce moment là. Plus rarement, un certain nombre de personnes parlent d’un contact visuel (voir devant eux la personne disparue), d’un contact tactile (sentir un contact physique immédiatement attribué à la personne disparue) et/ou d’un contact auditif (entendre distinctement la voix de cette personne). L’expérience laisse une empreinte sereine et durable chez la personne qui la vit. 

Il est important de souligner que ces récits sont peu fréquents. Peut être parce que ces expériences ne surviennent que rarement ou encore parce que les personnes sont réticentes à en faire part... Mais ils comportent des caractéristiques relativement constantes que des études plus poussées devraient préciser. Par exemple : ces expériences sont toujours spontanées (ce qui exclue les « contacts » via un médium ou toute autre forme de recherche volontaire de communication avec un défunt) ; elles surviennent le plus souvent dans les premiers jours ou les premières semaines après le décès et toujours de façon inopinée, au cours de la journée, dans des circonstances où il n’y a pas de modification de la conscience ; elles sont d’autre part très brèves (de l’ordre de quelques secondes à quelques minutes), très souvent uniques (ou se reproduisant seulement deux à trois fois) et n’entraînent que très rarement le désir de les reproduire, en consultant un médium par exemple. L’expérience, aussi ponctuelle et furtive soit-elle, semble se suffire à elle même. Enfin, l’expérience a souvent (mais pas toujours) un impact positif sur le vécu du deuil. 

Je sais depuis peu que ces expériences portent un nom : VSCD – Vécu Subjectif de Contact avec un Défunt. Cette dénomination est appropriée car elle souligne la dimension subjective de l’expérience, sans affirmerni infirmer qu’il s’agisse d’un contact effectif avec un défunt. Les hypothèses pour expliquer ces expériences sont multiples et toutes sont valides, jusqu’à preuve du contraire. 

En tant que médecin et psychiatre, mon intérêt pour l’INREES réside dans l’exigence d’une approche scientifique dans le décryptage des expériences extraordinaires. Ainsi, dans l’étude des VSCD, il serait intéressant de reproduire la démarche du Dr Moody qui, à la fin des années 80, s’est intéressé aux NDE (Near Death Experiences ou Expériences de Mort Imminente (2)), en partant des récits récurrents de personnes ayant vécu une NDE. Les millions de témoignages recueillis à ce jour attestent désormais de la réalité de cette expérience, sans pour autant apporter de réponses définitives sur ses causes. 

Pour les VSCD, il en va de même. Nous en sommes aux balbutiements de la « recherche fondamentale » dans ce domaine : à ce jour, il n’existe, dans le monde, aucune équipe de chercheurs qui répertorient, de façon systématique, les récits de VSCD, en écartant ce qui est de l’ordre du psychiatrique (hallucinations, délires d’interprétations… etc.) pour ne s’en tenir qu’à des faits tangibles. Les voies d’investigation sont désormais ouvertes… 

(1) : « Vivre le deuil au jour le jour » et « Après le suicide d’un proche » Christophe Fauré (Editions Albin Michel)
(2) : « La Vie après la Vie » Dr Moody
source : INREES

L'auteur de l'article

Psychiatre

 

 

______________________________________________________________________________________________________

Contactez votre moi pour une consultation à votre domicile ou au téléphone

hypnobulan.fr

Dimitri BULAN / 06 17 55 32 69

hypnobulan@gmail.com

Repost 0
Published by hypnotherapeute 76 - dans Deuil et rupture
10 octobre 2011 1 10 /10 /octobre /2011 14:53

Le Figaro, Libération 


Le Figaro constate en effet que selon une enquête de la direction générale de la santé et de la Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (DREES), « la proportion des naissances chez les femmes âgées de 35 ans et plus est passée en France de 15,9% en 2003 à 19,2% en 2010, tandis que la part des futures mères en surcharge pondérale a également augmenté sensiblement ».
Le journal ajoute que « l'âge moyen des mères s'élève à 29,7 ans. L'âge au premier enfant est stable depuis 2003 (27,5 ans), mais l'âge moyen à la naissance des suivants continue à augmenter. Le report des naissances vers un âge maternel plus avancé a une influence négative sur la fertilité et la santé de la mère et de l'enfant ».
« Autre évolution jugée "préoccupante", 17,3% des femmes étaient en surpoids avant la grossesse et 9,9% souffraient d'obésité en 2010 (contre 15,4% et 7,4% en 2003) », 
observe Le Figaro. Béatrice Blondel (Inserm), coordinatrice de l’enquête, remarque que « pour l'enfant, ça a un impact fort en termes d'anomalies de croissance in utero, de mortalité fœtale, mais aussi de troubles à très long terme : risque de surpoids, de troubles du métabolisme ». Tandis que « pendant la grossesse, les femmes ont plus de risques de développer des pathologies graves (pré-éclampsie, diabète...) », ajoute le journal.
Le quotidien précise que « la prématurité est sensiblement stable : 6,6% en 2010 contre 6,3% en 2003 », puis note que « la consommation de tabac est en diminution, avec 17,1% des femmes fumant au 3e trimestre de la grossesse contre 20,8% en 2003. Concernant l'accouchement, le nombre des césariennes, qui augmentait régulièrement, tend à se stabiliser (21%) ».
De son côté, Eric Favereau évoque dans Libération une autre étude de la DREES sur « Les maternités en France », pour retenir que « malgré la fermeture de petits établissements, les femmes ne mettent pas plus de temps pour rejoindre un hôpital où accoucher ».
La DREES indique entre autres que « la moitié des accouchements par voie basse sont réalisés à moins de 17 minutes du domicile de la patiente, et un quart à plus de 29 minutes ». Eric Favereau ajoute que « lorsque l’on interroge les femmes, elles estiment, elles, le temps moyen pour rejoindre la maternité à 19 minutes ».

 

MS

 

Pour un accompagnement psychologique contactez moi pour une consultation à domicile ou au téléphone  :


au 06 17 55 32 69 ou

par mail à hypnobulan@gmail.com

Dimitri BULAN

 hypnobulan.fr 

Repost 0
Published by hypnotherapeute 76 - dans Grossesse

Présentation

  • : HYPNOSE ERICKSONIENNE et coaching de vie Le Havre Honfleur Deauville Fécamp Yvetôt
  • HYPNOSE ERICKSONIENNE et coaching de vie Le Havre Honfleur Deauville Fécamp Yvetôt
  • : Hypnose éricksonienne, PNL (Programmation Neuro Linguistique ), EMDR et psychothérapie hypnotique sur Le Havre / Fecamp / Honfleur / Deauville / Pont Audemer / Jumièges / Yvetot...soutien téléphonique tarifé également.Programme " joueur", alcoolisme, drogue, victime, de pervers (e) narcissique ... (à votre service depuis 1995)
  • Contact

Profil

  • HYPNOTHERAPEUTE
  • Hypnothérapeute, Praticien Programmation Neuro Linguistique (Coaching). Diplômé de l'IFHE en Hypnose Ericksonienne, Nouvelle Hypnose et Hypnose Humaniste, PNL. A votre domicile et à votre service depuis 1995. LE HAVRE HONFLEUR DEAUVILLE FECAMP YVETOT 0617553269. (autres villes dans le secteur)
  • Hypnothérapeute, Praticien Programmation Neuro Linguistique (Coaching). Diplômé de l'IFHE en Hypnose Ericksonienne, Nouvelle Hypnose et Hypnose Humaniste, PNL. A votre domicile et à votre service depuis 1995. LE HAVRE HONFLEUR DEAUVILLE FECAMP YVETOT 0617553269. (autres villes dans le secteur)

Recherche