Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 septembre 2010 1 27 /09 /septembre /2010 13:39

« Muscler son cerveau pour ne pas perdre la mémoire »


Le Monde


Le Monde explique que « des activités intellectuelles variées permettraient de retarder l'apparition des symptômes d'Alzheimer ».
Le journal se penche d’abord sur « les programmes d’entraînement cérébral sur ordinateur ou sur console, de plus en plus nombreux. […] Dans une étude à paraître dans la Revue européenne de psychologie appliquée, Alain Lieury, professeur de psychologie cognitive à l’université Rennes-II, montre que le programme « Dr Kawashima » n’a pas plus d’effet sur l’attention des enfants du même âge qu’un simple jeu comme Super Mario. Tout juste améliore-t-il la dextérité de la main droite… ou gauche ».
Le Monde aborde d’autres études « controversées » et note que « les chercheurs sont d’accord sur un point : les exercices pour entraîner sa mémoire dans un domaine ne sont pas transposables dans un autre. S’exercer au Scrabble améliorera la mémoire lexicale mais pas celle des chiffres ».
Le quotidien observe notamment que « conserver une bonne mémoire se travaille dès la naissance. La meilleure façon est d’accumuler les connaissances. […] Mais tout n’est pas perdu si l’on n’a pas fait de longues études. Car, plus on a une vie stimulante intellectuellement, plus le cerveau reste performant ».

 

Pour une consultation ou un soutien psychologique,

contactez-moi au 06 17 55 32 69

ou par mail à hypnobulan@gmail.com

http://www.hypnobulan.fr

 

Repost 0
Published by hypnobulan.fr - dans Développement personnel
24 septembre 2010 5 24 /09 /septembre /2010 13:27

Ce à quoi vous pensez influe sur votre compréhension.

 

lisez cette petite histoire et vous comprendrez

 

  

Un jour, le petit Thomas, élève d'une classe élémentaire, demanda à sa maîtresse s'il pouvait lui parler après les cours.

Elle accepte.

Le moment venu :

La Maîtresse : Alors, que veux-tu me dire, Thomas ?

Thomas : Je pense être trop intelligent que pour rester dans cette classe, je m'embête ! Je voudrais passer directement au lycée.

 

Sur ce, le directeur de l'école informé, demande à Thomas s'il veut bien passer des tests pour prouver sa capacité.

Thomas accepta sans hésiter et le directeur commence le test.


 

Le Directeur : Voyons voir Thomas, combien font 3 X 4 ?

Thomas : Douze, Monsieur le Directeur ! 

Le Directeur : Et 6 X 6 ?

Thomas : Trente six, Monsieur !

Le Directeur : Quelle est la Capitale du Japon ?

Thomas : Tokyo , Monsieur !

Le test continue pendant une demi-heure, Thomas ne commet aucune erreur

Le directeur satisfait, décida alors d'arrêter le test.

 

Mais la maîtresse demanda si à son tour, elle pouvait aussi poser quelques questions à Thomas.

Tous deux acceptent, et elle commença.


 

La Maîtresse : Bien, Thomas ! dis-moi, la vache en a 4 et moi j'en ai 2 de quoi s'agit-il ?

Thomas : Les jambes, Madame !


 

La Maîtresse : Correct ! dit la maîtresse. Et... qu'est-ce qu'on trouve dans tes pantalons et pas dans les miens ?

Le directeur s'étonne de la question...

Thomas : Les poches, Madame !


 

La Maîtresse : Bien, Thomas ! Qu'est-ce que les hommes et les femmes ont en plein milieu et qui es en double ?

Le directeur se prépare à intervenir lorsque Thomas répond :

Thomas : Les deux "M", Madame !


 

La Maîtresse : Où est-ce que les femmes ont les poils les plus frisés ?

Thomas : En Afrique, Madame ! répond le gamin sans hésiter.

 

La Maîtresse : Qu'est-ce qui est mou mais qui, entre les mains d'une femme, devient dur

Le directeur ouvre grands les yeux - au même moment, Thomas répondit :

Thomas : Le vernis à ongles, Madame !


 

La Maîtresse : Qu'est-ce que vous les hommes et nous les femmes, avons au milieu des jambes ?

Thomas : Les genoux, Madame !


 

 La Maîtresse : Bien. Et qu'est-ce qu'une femme mariée a de plus large qu'une femme célibataire ? 

Le directeur n'en croit pas ses oreilles ! 

Thomas : Le lit, Madame.


 

La Maîtresse : Quelle est la partie de mon corps qui est souvent la plus humide ?

Thomas : Votre langue, Madame !


 

La Maîtresse : Quel mot commençant par la lettre "c" , désigne quelque chose qui peut être humide ou sec et que les hommes aiment regarder ?

Thomas : Le ciel ! Affirme Thomas.


 

Le directeur soufflant, transpirant comme un sauvage, décida de mettre fin au test et s'exclama : " Ce n'est pas au lycée que je vais t'envoyer, mais directement à l'université ! Même moi, j'aurais complètement raté ce test... "   

Morale de l'histoire : C'est avec l'âge que l'on devient pervers ! ! !

 

Et vous avez vous réussit le test

Repost 0
Published by hypnobulan.fr - dans Troubles du comportement
22 septembre 2010 3 22 /09 /septembre /2010 08:08

ECOLE

Nos enfants sont-ils malheureux à l’école ?

Oui, pour près de 36% d’entre eux, selon une enquête réalisée par l’Association de la fondation étudiante pour la ville (Afev) à l’occasion de la 3ème Journée du refus de l’échec scolaire, dévoilée ce mercredi par Le Parisien.

Près de 36% d'élèves français (écoliers et collégiens confondus) déclarent avoir mal au ventre chaque matin à l'idée de se rendre en classe.
Depuis 2007, l’Association de la fondation étudiante pour la ville (Afev) réalise chaque année un baromètre du rapport à l’école des enfants issus de quartiers populaires. L’édition 2010 s’intéresse aux « souffrances à l’école ». Elle est présentée ce mercredi dans le cadre de la 3ème Journée du refus de l’échec scolaire.
Il en ressort qu’un tiers des élèves (sur 760 enfants interrogés, scolarisés en primaire et collège) à la boule au ventre avant d’aller en cours. Ils étaient 2% de moins, soit 28%, en 2009. L’enquête révèle également que 39% ont de « temps en temps », voire « très souvent » du mal à s’endormir le soir parce qu’ils anticipent la journée d’école du lendemain ; tandis que 23,7% des élèves s’ennuient « souvent », voire « tout le temps » en classe.
Parmi les causes invoquées : 53% d’écoliers et collégiens déclarent avoir déjà été victimes de moqueries, d’insultes, de violences physiques, de vols ou de rackets dans l’enceinte de leur établissement. 54,9% déclarent y avoir déjà été punis. Et 68,9% ne comprennent « certaines fois » pas ce qu’on leur demande de faire.
Des résultats pas si étonnants au regard du classement établi par l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques) sur la qualité de vie en classe. Sur 25 pays, la France se situe ainsi au 22ème rang. Toujours selon ce classement, en termes de stress scolaire, les écoliers Français sont vice-champions du monde, derrière les Japonais.
« Le système éducatif français confond effort et souffrance »
Eunice Mangado-Lunetta, déléguée nationale à l’éducation à l’Afev, interprète ces résultats pour RMC : « Nous trouvons cela très inquiétant… Il y a à peu près consensus pour dire que l’échec scolaire fait souffrir mais nous… nous pensons que la souffrance est un élément déclencheur de l’échec voire du décrochage. Quand on est en situation de stress, d’isolement, de dévalorisation, d’incompréhension des attendus de l’école, cela crée un contexte où l’enfant ne va pas rentrer sereinement dans les apprentissages… Selon la Convention internationale des droits de l’enfant, l’école devrait être un lieu d’épanouissement. On a un peu tendance dans le système éducatif français, à confondre la notion d’effort et celle de souffrance. Il est normal qu’à l’école, il y ait une forme de stress, du bon stress, de l’émulation, mais notre modèle éducatif a toujours été assez autoritaire par rapport à d’autres modèles dans d’autres pays en Europe. »
L’Afev préconise entre autres de repenser l’évaluation scolaire (en primaire) : qu’elle soit« intelligente » et non pas « quelque chose de l’ordre de l’humiliation, du classement, qui est fragilisant ».

Pour une consultation enfant ou un soutien

psychologique, contactez-moi au 06 17 55 32 69

ou par mail à hypnobulan@gmail.com

http://www.hypnobulan.fr

 

Repost 0
Published by hypnobulan.fr - dans Enfants
21 septembre 2010 2 21 /09 /septembre /2010 13:59

Les troubles obsessionnels compulsifs sont des perturbations psychologiques et se distinguent en deux modèles opératoires :


les obsessions et les compulsions.


Les obsessions :

elle regroupent des pensées ou des images qui agissent de façon inattendue avec une persistance chronique et non stop en gardant un côté anxiogène. La personne  va par exemple avoir peur de serrer la main à son entourage, des germes et de la contamination, peur des catastrophes ou que quelque chose de terrible arrive à ses parents.


Les compulsions:

elles regroupent plutôt des actes répétitifs, comme toucher plusieurs fois sa clé ou se laver sans arrêt les mains ou encore compter les marches et réciter la même phrase de façon précise et ritualisée.

Ces compulsions ont pour but de diminuer l'angoisse générée par les obsessions.

Le cerveau associe un effet bénéfique  avec ce comportement .

 

Seule l'hypnose ericksonienne peut arriver par un recadrage à freiner la fréquence de la gène puis à l'évacuer définitivement en quelques séances.

Pour une consultation ou un soutien psychologique,

contactez-moi au 06 17 55 32 69

ou par mail à hypnobulan@gmail.com

http://www.hypnobulan.fr

 

Repost 0
Published by hypnobulan.fr - dans Troubles du comportement
21 septembre 2010 2 21 /09 /septembre /2010 13:36

« Crohn : quand les intestins s’enflamment »


Le Figaro


Martine Lochouarn aborde dans Le Figaro la maladie de Crohn, notant que « cette maladie gagne du terrain, mais reste pour l’essentiel mal comprise ».
La journaliste relève ainsi que cette pathologie « frappe, rien qu’en France, près de 100 000 personnes », et fait savoir qu’« une Journée nationale d’information leur est consacrée le 9 octobre prochain »
Martine Lochouarn revient sur l’apparition de cette « maladie surprenante, surgie de nulle part au début du XXème siècle », puis rappelle que ses « symptômes sont assez hétérogènes. […] Le diagnostic est confirmé par endoscopie-biopsie, les lésions précisées par scanner ou IRM ».
La journaliste cite notamment le Pr Jean-François Colombel, gastro-entérologue au CHU de Lille, qui explique que « chaque poussée accroît les dommages causés à l’intestin, qui perd sa souplesse, ses capacités fonctionnelles, jusqu’à rendre nécessaire l’intervention chirurgicale. Mais l’aggravation n’est pas inéluctable et 40% des cas restent assez bénins ».
Martine Lochouarn remarque que « la maladie de Crohn fait l’objet d’intenses recherches pour tenter d’élucider ses mystères. On est sûr désormais que l’immunité innée, qui permet à l’organisme de reconnaître la présence de bactéries dans le milieu et d’initier la réaction inflammatoire de défense, est impliquée ».
La journaliste se penche en outre sur les « gènes de susceptibilité à la maladie », puis note que « l’alimentation, partout modifiée en quelques décennies, reste très suspectée, tout comme un possible effet pervers de l’hygiène et des antibiotiques ».

MS

Pour une consultation ou un soutien psychologique,

contactez-moi au 06 17 55 32 69

ou par mail à hypnobulan@gmail.com

http://www.hypnobulan.fr

 

Repost 0
Published by hypnobulan.fr - dans Nervosité
21 septembre 2010 2 21 /09 /septembre /2010 13:32

De la « difficulté à diagnostiquer la dépression »


Le Monde


Martine Laronche observe dans Le Monde qu’« on dit de moins en moins "Je suis triste", mais "Je suis déprimé". Une rupture sentimentale, un problème professionnel, et l'on risque la prescription d'antidépresseurs ».
La journaliste note ainsi que « la dépression n’ayant plus de limites bien définies, personne, y compris les médecins, ne s’y retrouve. Des gens très déprimés, qui devraient être traités, ne se reconnaissent pas comme malades et ne consultent pas ; d’autres, tristes ou fatigués, se retrouvent sous traitement ».
Martine Laronche ajoute que « confrontés à la demande des patients, et surtout à une maladie aux contours flous, médecins généralistes et psychiatres auraient tendance à prescrire trop vite ». La journaliste aborde « la nécessité d’être toujours performant et en forme », et cite notamment le philosophe André Comte-Sponville, qui note : « On ne prend plus seulement un antidépresseur parce qu’on est déprimé, on le prend parce qu’on a envie d’améliorer son humeur. Cela ne relève plus d’un traitement, mais du dopage ».

MS

Pour une consultation ou un soutien psychologique,

contactez-moi au 06 17 55 32 69

ou par mail à hypnobulan@gmail.com

http://www.hypnobulan.fr

 

 


Repost 0
Published by hypnobulan.fr - dans Dépression
15 septembre 2010 3 15 /09 /septembre /2010 10:00

ETUDE

Concentration au travail : 12 minutes maximum !

SMS, mails, réseaux sociaux... De plus en plus sollicité, le travailleur français peine à se concentrer sur son travail, comme le montre une étude. Et vous, comment faites-vous ?

La Rédaction, avec Charles Magnien |  RMC.fr  |  14/09/2010
20
réactions
SMS, mails, réseaux sociaux... les Français sont de plus en plus sollicités pendant leurs heures de travail© DRSMS, mails, réseaux sociaux... les Français sont de plus en plus sollicités pendant leurs heures de travail
12 minutes. A en croire une étude de la société Sciforma, c’est le temps maximum durant lequel les Français sont concentrés au travail. Entre les sms, les appels téléphoniques et les mails, il est très compliqué de se consacrer uniquement à une tâche pendant plus d’une dizaine de minutes sans être interrompu. Et vous, êtes-vous régulièrement dérangés par des mails ou des SMS ? Dans le forum ci-dessous, dites-nous si vous avez le sentiment de pouvoir vous concentrer au travail !

Un message toutes les 12 minutes

Selon les auteurs de l’étude, les travailleurs interrogés reçoivent en moyenne 40 messages par mail ou sms durant leur journée de travail, dont un tiers à caractère personnel. Soit une sollicitation toutes les 12 minutes, sur une journée de 8 heures.
Au-delà de ces mails et sms, 7 sondés sur 10 déclarent qu’ils s’occupent de leurs affaires personnelles au travail : la banque, les impôts, les factures, etc. Avec le net, les distractions sont encore plus nombreuses : plus de 50% des travailleurs interrogés déclarent se connecter à des réseaux sociaux comme Facebook ou Twitter durant leurs heures de travail et un tiers d’entre eux expliquent qu’ils se servent de leur ordinateur au travail pour se cultiver…

Moins de pauses clopes et plus de tâches pro

Des chiffres qui ne vont pas rassurer les employeurs. Pour les consoler : 4 sondés sur 5 déclarent ne jamais sortir fumer une cigarette. Et ils sont 90% à avoir une liste des tâches professionnelles à effectuer. Mais la tentation est partout puisque deux tiers des salariés interrogés expliquent profiter parfois des couloirs de leur entreprise pour y discuter…

« L’entreprise favorise et exige cette interactivité »

Et le PDG de Sciforma, Jérôme Anrès, de conclure : « l’entreprise est de moins en moins un lieu de production au sens classique du terme. Le travail devient une interaction, un échange, un dialogue permanent. L’entreprise favorise et exige cette interactivité dont elle fournit les outils. Cette évolution est profonde et pourrait bien changer fondamentalement notre relation au travail, son organisation et ses valeurs ». Car malgré « la fréquence des interruptions, les Français au travail gardent le cap et leurs objectifs ». De quoi rassurer les patrons…

Pour une consultation ou un soutien psychologique,

contactez-moi au 06 17 55 32 69

ou par mail à hypnobulan@gmail.com

http://www.hypnobulan.fr

 

Repost 0
Published by hypnobulan.fr - dans Risques psychosociaux
10 septembre 2010 5 10 /09 /septembre /2010 10:22
Diabète et dépression, deux facteurs de risque de démence modifiables
L’élimination du diabète et de la dépression, ainsi que l’amélioration des capacités intellectuelles et l'augmentation de la consommation de fruits et légumes, sont des mesures susceptibles d’avoir le plus d’impact sur la réduction de l'incidence des démences. Ces résultats parus dans le BMJ suggèrent des priorités pour les interventions futures en santé publique.

Plusieurs facteurs de risque de démence ont déjà été identifiés. Certains d’entre eux sont modifiables. Il s’agit notamment des facteurs de risques cardiovasculaires (pathologies cardiaques, accident vasculaire cérébral, hypertension, obésité, diabète, taux de cholestérol élevé), les antécédents de dépression, le régime alimentaire, la consommation d’alcool et le niveau d’éducation. 

Une équipe a cherché à estimer lesquels de ces facteurs pouvaient avoir le plus d’impact sur l’apparition de la démence. Pour cela, ils ont suivi 1 433 personnes en bonne santé, âgées de plus de 65 ans, habitant à Montpellier et enregistré les nouveaux cas de déficit cognitif ou de démence diagnostiqués pendant les sept ans suivant l’inclusion. 
L’analyse des données montre que la suppression de la dépression et du diabète et une augmentation de la consommation de fruits et légumes conduiraient à une réduction globale de 21% des nouveaux cas de démences ou de déficits cognitifs modérés, la dépression ayant la plus forte contribution (10%). En outre, l'amélioration des capacités intellectuelles conduirait à une réduction de 18% du nombre de nouveaux cas parmi la population générale sur 7 ans. 
Enfin, les chercheurs estiment que l’élimination du principal facteur de risque génétique connu (l’allèle 4 du gène de l'apolipoprotéine E) réduirait seulement de 7% le nombre de nouveaux cas. 

Marie Lestelle (Paris)

Référence :
K Ritchie, I Carrière, CWRitchie, C Berr, S Artero, M-L Ancelin
Designing prevention programmes to reduce incidence of dementia: prospective cohort study of modifiable risk factors 

Pour une consultation ou un soutien psychologique,

contactez-moi au 06 17 55 32 69

ou par mail à hypnobulan@gmail.com

http://www.hypnobulan.fr

 

Repost 0
Published by hypnobulan.fr - dans Dépression
10 septembre 2010 5 10 /09 /septembre /2010 10:14

« Anxiolytiques et somnifères : gare aux risques de chute »

Libération 


Libération note que « les effets secondaires des somnifères et anxiolytiques ne sont pas à prendre à la légère ». Le journal se penche sur une étude de chercheurs canadiens, parue dans le Canadian Journal of Psychiatry, selon laquelle « les risques de mortalité par chute et autres accidents liés à la prise de ce type de médicaments seraient augmentés de 36% ».
Le journal précise qu’est en cause l’« inhibition du système nerveux central, donc une forte baisse de l’attention, de la coordination et du temps de réaction… ».
Le quotidien souligne que les chercheurs « attirent l’attention sur les personnes âgées, fragiles et sujettes aux accidents domestiques. Or, elles sont 20% à consommer ce type de médicaments ».
Libération conclut par un « autre fait inquiétant : les somnifères et les anxiolytiques pourraient également favoriser les suicides et les apnées du sommeil ».

MS

Pour un meilleur sommeil,

contactez-moi au 06 17 55 32 69

ou par mail à hypnobulan@gmail.com

http://www.hypnobulan.fr

 

Repost 0
Published by hypnobulan.fr - dans Dépression
7 septembre 2010 2 07 /09 /septembre /2010 11:26

« Cessons de gaver les femmes enceintes » 


Libération 


C’est ce que titre Libération, qui note dans un court article que « selon une étude américaine, trop manger pendant la grossesse serait néfaste pour le bébé ».
Le journal relaie ainsi ce travail paru dans le Lancet, expliquant que « les Drs David Ludwig, de l’hôpital des enfants de Boston, et Janet Currie, de l’université de Columbia, ont analysé les données de toutes les naissances survenues dans le Michigan et le New Jersey entre le 1er janvier 1989 et le 31 décembre 2003. Soit plus d’un million de naissances pour 500 000 femmes ».
Libération retient qu’« il existe une «association cohérente» entre le gain de poids pendant la grossesse et le poids de naissance du nouveau-né. Chaque kilo pris par la mère augmenterait le poids du bambin d’environ 7 grammes ».
« Autre constat : prendre plus de 24 kilos multiplie par 2 la probabilité de donner naissance à un enfant de 4 kilos ou plus », 
ajoute le quotidien.
Les auteurs de l’étude écrivent que, « parce qu’un poids élevé de naissance présage du futur indice de masse corporelle, ces résultats suggèrent qu’un gain de poids excessif pendant la grossesse peut augmenter à long terme le risque de maladies liées à l’obésité chez l’enfant ».
Libération ajoute que « ces nouveau-nés seraient également plus susceptibles de développer d’autres maladies comme l’asthme, des allergies et n’en jetez plus, un cancer… ».

Pour une grossesse agréable ou un soutien psychologique,

contactez-moi au 06 17 55 32 69

ou par mail à hypnobulan@gmail.com

http://www.hypnobulan.fr

 

Repost 0
Published by hypnobulan.fr - dans Grossesse

Présentation

  • : HYPNOSE ERICKSONIENNE et coaching de vie Le Havre Honfleur Deauville Fécamp Yvetôt
  • HYPNOSE ERICKSONIENNE et coaching de vie Le Havre Honfleur Deauville Fécamp Yvetôt
  • : Hypnose éricksonienne, PNL (Programmation Neuro Linguistique ), EMDR et psychothérapie hypnotique sur Le Havre / Fecamp / Honfleur / Deauville / Pont Audemer / Jumièges / Yvetot...soutien téléphonique tarifé également.Programme " joueur", alcoolisme, drogue, victime, de pervers (e) narcissique ... (à votre service depuis 1995)
  • Contact

Profil

  • HYPNOTHERAPEUTE
  • Hypnothérapeute, Praticien Programmation Neuro Linguistique (Coaching). Diplômé de l'IFHE en Hypnose Ericksonienne, Nouvelle Hypnose et Hypnose Humaniste, PNL. A votre domicile et à votre service depuis 1995. LE HAVRE HONFLEUR DEAUVILLE FECAMP YVETOT 0617553269. (autres villes dans le secteur)
  • Hypnothérapeute, Praticien Programmation Neuro Linguistique (Coaching). Diplômé de l'IFHE en Hypnose Ericksonienne, Nouvelle Hypnose et Hypnose Humaniste, PNL. A votre domicile et à votre service depuis 1995. LE HAVRE HONFLEUR DEAUVILLE FECAMP YVETOT 0617553269. (autres villes dans le secteur)

Recherche