Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 juillet 2017 1 24 /07 /juillet /2017 14:12

Dimitri BULAN est votre hypnothérapeute sur

Le Havre (06 17 55 32 69 ) et sa région

Automutilation : des adolescents plus vulnérables à l'âge adulte

Par Mme Aude Rambaud (Boulogne)

Les adolescents qui s’automutilent présentent plus souvent des problèmes mentaux et sociaux à l’âge adulte. Néanmoins après de multiples ajustements sur les risques accrus associés à cette période de la vie, seul le risque de consommation hebdomadaire de cannabis à l’âge de 35 ans est resté significativement associé. Ces travaux sont parus dans The Lancet Child and Adolescent Health.
 
Les adolescents qui pratiquent l’automutilation sont plus exposés à des problèmes psychosociaux à l’âge adulte mais après de nombreux ajustements, seul le risque de consommation hebdomadaire de cannabis à l’âge de 35 ans est resté significativement associé à l’automutilation à l’adolescence.
Ces risques psychosociaux accrus sont donc davantage corrélés aux risques de maladies mentales et de comportements à risque accrus à l’adolescence. C’est ce que montre une étude parue dans The Lancet Child and Adolescent Health et qui apporte de précieuses informations sur le devenir de ces patients à priori vulnérables.
Ces travaux ont été menés à l’aide de la cohorte Victorian Adolescent Health : 1802 adolescents issus de 44 établissements scolaires dans la ville de Victoria en Australie ont été interrogés sur une éventuelle pratique d’automutilation, et cela à plusieurs reprises au cours de l’adolescence. L’étude a démarré en 1992 et s’est achevée en 2014 par une évaluation des comportements psychiques et sociaux de ces jeunes devenus adultes.
Les résultats montrent que 8% des participants s’étaient automutilés au moins une fois au cours de l’adolescence et qu’ils souffraient davantage de problèmes sociaux, mentaux et addictifs à l’âge adulte que ceux qui ne s’étaient pas adonnés à cette pratique à l‘adolescence.
Le risque relatif de chômage était augmenté de 34%, celui de problèmes financiers de 88%, celui de dépression de 61%, celui d’anxiété de 92%, celui d’usage de drogue de type amphétamines ou encore cannabis de 36% à 39%, le risque de consommation quotidienne de tabac était doublé et celui de dépendance tabagique augmenté de 72%. Quant au risque de dépendance au cannabis, il était presque triplé.
Néanmoins, après ajustement sur les troubles mentaux associés à l’adolescence ou encore sur le risque de pratiques à risque augmenté à cet âge, les associations précédentes s’étaient toutes atténuées. Seul le risque de consommation hebdomadaire de cannabis à 35 ans est resté significativement associé à l’automutilation à l’adolescence.

source mediscoop

Vous souhaitez vivre mieux votre vie,

contactez moi au 06 17 55 32 69

 

ensemble nous avons la solution

 

SITE : http://www.hypnobulan.fr

 

LIRE AUSSI : les 21 jours du cerveau

Repost 0
22 juin 2017 4 22 /06 /juin /2017 11:36

Dimitri BULAN est votre hypnothérapeute sur

Le Havre (06 17 55 32 69 ) et sa région

« La nouvelle drogue NBOMe fait un premier décès en France »

Le Parisien 12 juin 2017
C’est ce qu’indique Le Parisien, qui constate que « présentée comme une alternative au LSD ou à la mescaline, cette nouvelle substance psychoactive a fait une première victime, une jeune Britannique morte au mois de mai à Paris 11 jours après son overdose ».
Le journal précise que la jeune femme « est décédée à l'hôpital Lariboisière [en mai dernier]. Elle pensait prendre de la cocaïne, elle a en fait ingéré une substance de la famille des NBOMe, en plein boum actuellement ».
Le Parisien souligne que « plusieurs dizaines de cas mortels ont déjà été recensés à travers le monde, dont au moins 4 en Europe (Belgique, Royaume-Uni et Pologne). Mais cette nouvelle substance psychoactive (NSP), difficilement détectable, n'avait pas encore fait officiellement de victimes en France ».
Le quotidien observe que « selon l'Observatoire européen des drogues et des toxicomanies, qui a publié le 6 juin un rapport alarmant sur l'augmentation depuis 3 ans des cas de surdose en Europe, la production de NSP serait en train de s'implanter sur le continent ».
Il explique que « découverte en 2003 et classée comme stupéfiant depuis novembre 2015, il s'agit d'«un ersatz de LSD aux effets hallucinogènes», [selon] Grégory Pfau, pharmacien au sein de l'équipe de liaison et de soins en addictologie (Elsa) de la Pitié-Salpêtrière. Il existe encore très peu d'informations claires et précises sur ce produit, vendu à très bas prix et consommé généralement dans des milieux aisés ».
« «Active dès le microgramme et donc impossible à doser soi-même», cette drogue peut en tout cas avoir des effets dévastateurs : «tachycardie», «hypertension», «convulsions», «maux de tête», ou encore la paranoïa à plus ou moins long-terme », poursuit l’article.
Le Parisien évoque d’autres « possibles complications établies par le Dr Yves Edel, coordinateur de l'Elsa : «Défaillance multi-viscérale par syndrome sérotoninergique, insuffisance rénale aiguë, coagulation intravasculaire disséminée, bruxisme, œdème cérébral, complications neurologiques, arrêt cardio-vasculaire…» ».

Vous souhaitez vivre mieux votre vie,

contactez moi au 06 17 55 32 69

 

ensemble nous avons la solution

 

SITE : http://www.hypnobulan.fr

 

LIRE AUSSI : les 21 jours du cerveau

Repost 0
Published by HYPNOTHERAPEUTE - dans Dimitri BULAN Hypnose actualité Addiction drogue Adolescents
7 décembre 2015 1 07 /12 /décembre /2015 11:05

Dimitri BULAN est votre hypnothérapeute sur

Le Havre (06 17 55 32 69 ) et sa région.

 
Trouble bipolaire
   
 
Troubles du comportement
alimentaire
   
 
Anxiété
   
 
Phobies
   
 
Insomnie
   
 
Hyperactivité
   
 
Dépression
   
 
Anorexie
   
 
Boulimie
   
 
Dyslexie
   
 
Stress
   
 
Maltraitance
   
 
Personnes âgées
   
 
Personnes handicapées
   
 
TOC
   
 
Agressions
   
 
Divorce
   
 
Deuil
   
 
Adoption
   
Psychothérapie
 
 
Thérapie brève
   
 
EMDR
   
 
PNL
   
 
Thérapie couple
   
 
Hypnose ericksonienne
   
 
Thérapie familiale
   
 
Hypnose
   
Approches psychologiques
 
 
Psychologie comportementale
   
 
Psychologie en ligne
   
 
Psychologie à domicile
   
 
Victimologie
   
Psychologie enfant
 
 
Phobie scolaire
   
 
Hyperactivité enfant
   
 
Insomnie enfant
   
Psychologie travail
 
 
Burn-out
   
 
Coaching entreprise
   
 
Harcèlement travail
   
Addictions
 
 
Alcoolisme
   
 
Tabagisme
   
 
Toxicomanie
   
 
Achat compulsif
   
 
Addiction au sexe
   
 
Addiction aux jeux
   
Sexualité
 
 
Vaginisme
   
 
Impuissance
   
 
Éjaculation précoce
   
 
Homosexualité
   
 
Bisexualité
   
 
Anorgasmie
   
 
Panne sexuelle
   
 
Troubles sexuels
   
 
Sexologie
 

Vous souhaitez vivre mieux votre vie,

contactez moi au 06 17 55 32 69

 

ensemble nous avons la solution

 

SITE : http://www.hypnobulan.fr

 

LIRE AUSSI : les 21 jours du cerveau

Repost 0
9 novembre 2015 1 09 /11 /novembre /2015 11:40

Dimitri BULAN est votre hypnothérapeute sur

Le Havre (06 17 55 32 69 ) et sa région.

« L’inquiétant développement de la consommation de drogue en France »

La Croix Le Monde
Pierre Bienvault note dans La Croix que « selon un rapport rendu public [hier par la Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives (Mildeca)], le marché du cannabis est évalué à 1,117 milliard d’euros par an. Bien plus dosée en principe actif, cette drogue a connu une hausse de prix de 25% entre 2005 et 2010. Ce rapport confirme aussi la «démocratisation» de la consommation de cocaïne en France ».
Le journaliste souligne ainsi que « le cannabis vendu aujourd’hui en France, est bien plus dosé en principe actif. Et donc potentiellement plus dangereux pour la santé. […] Les consommateurs se procurent désormais du «cannabis plus cher et plus dosé» en THC, c’est-à-dire en tétrahydrocannabinol, son principe actif dont l’action sur le système nerveux modifie les sensations, les perceptions et le comportement de l’usager ».
Pierre Bienvault précise que « commandé par le premier ministre, ce rapport a été rédigé par trois chercheurs de l’université de Lille 2 et de l’Institut national des hautes études de la sécurité et de la justice (INHESJ). Son objectif est d’évaluer l’ampleur du trafic des drogues illicites en France ».
Le rapport observe notamment que « le cannabis reste en volume et en valeur le premier marché des drogues illicites en France ». David Weinberg, chercheur à l’INHESJ, souligne qu’« il y a un affrontement entre la filière productrice de résine de cannabis au Maroc et celle qui produit de l’herbe en Europe. Et pour séduire les consommateurs, les trafiquants ont choisi de doser davantage leur produit en le rendant ainsi plus attractif ».
Pierre Bienvault note ainsi que « dans les années 1980 et 1990, la concentration en THC de la résine de cannabis était d’environ 8%. Mais ces dernières années, des échantillons saisis en provenance du Maroc ont fait apparaître des chiffres plus élevés : 10% en 2007, 12% en 2011, 16% en 2012 et plus de 17% en 2013 ». François Beck, directeur de l’OFDT, ajoute qu’« aujourd’hui la teneur moyenne est de 21% pour la résine et de 13% pour l’herbe ».
De son côté, le Dr Laurent Karila, psychiatre à l’hôpital Paul Brousse de Villejuif et président de l’association SOS addictions, souligne que « plus un produit est dosé, plus les risques sont grands en particulier chez les adolescents et les personnes présentant une vulnérabilité psychiatrique. Les ados sont particulièrement à risque car leur cerveau est dans une phase de maturation qui dure jusqu’à 20-25 ans. Et un produit très dosé majore les risques de troubles de la mémoire, de l’attention mais aussi de dépression et d’envies suicidaires ».
Pierre Bienvault observe par ailleurs que « le prix de la cocaïne [a été] divisé par 3 en 10 ans. Cette baisse des prix a entraîné une hausse du nombre de consommateurs et leur diversification ». Le Dr Karila relève ainsi que « la cocaïne n’est plus réservée aux milieux festifs et branchés. Aujourd’hui, on voit tous les profils dans nos consultations : des artistes, des PDG, des chômeurs, des commerçants, des mères au foyer… ».
Le Monde rend également compte de ce rapport, et relève qu’« une des données marquantes de cette étude réside dans la place qu’occupe la cocaïne sur le marché français. […] Malgré un nombre de consommateurs infiniment plus faible (2,2 millions de Français l’ont expérimenté au moins une fois), la cocaïne talonne le cannabis en termes de chiffre d’affaires et s’installe comme le produit le plus rentable du paysage ».
Le quotidien souligne de plus que « l’étude propose la première évaluation du marché français des drogues de synthèse (MDMA et amphétamines). Avec un chiffre d’affaires estimé à 55 millions d’euros, elles arrivent en quatrième position, loin derrière le cannabis (1,1 milliard d’euros), la cocaïne (900 millions) et l’héroïne (266 millions), dont la consommation semble repartir à la hausse ».
« Contrairement au succès qu’elles rencontrent dans d’autres pays européens, […] les drogues de synthèse semblent donc constituer en France un marché encore relativement marginal 
», conclut le journal.
 
 
Date de publication : 04-11-2015

Vous souhaitez vivre mieux votre vie,

contactez moi au 06 17 55 32 69

ensemble nous avons la solution

SITE : http://www.hypnobulan.fr

LIRE AUSSI : les 21 jours du cerveau

Repost 0
1 octobre 2015 4 01 /10 /octobre /2015 11:46

Dimitri BULAN est votre hypnothérapeute sur

Le Havre (06 17 55 32 69 ) et sa région.

Vous souhaitez vivre mieux votre vie,

contactez moi au 06 17 55 32 69

 

ensemble nous avons la solution

 

SITE : http://www.hypnobulan.fr

 

LIRE AUSSI : les 21 jours du cerveau

Repost 0
9 septembre 2015 3 09 /09 /septembre /2015 17:32

Dimitri BULAN est votre hypnothérapeute sur

Le Havre (06 17 55 32 69 ) et sa région.

Dimitri Bulan est Hypnothérapeute diplômé de l'IFHE et membre de l'AFNH et également Praticien en Programmation Neuro Linguistique. Il solutionne vos problématiques par les techniques de l'hypnose éricksonienne et de la programmation neuro-linguistique.

Toutes les consultations se font au domicile du patient, permettant ainsi un maximum de confort dans l'environnement du changement.

Les pathologies traitées sont :

  • les addictions (alcool, drogues, jeux, sexe, tabac, etc.)
  • les adultes (thérapie de couple, grossesse et suivi psychologique, problèmes de couples, sexologie : anorgasmie, troubles de l'érection, de l'éjaculation, impuissance, nymphomanie, pudeur)
  • les comportements (avec l'alimentation, anorexie, boulimies; les phobies, la prise de poids, les troubles obsessionnels compulsifs ou TOC)
  • les délires et les hallucinations
  • le deuil et la rupture
  • la douleur (fibromyalgie, migraines,troubles-musculo-squelettique ou TMS)
  • les enfants (apprentissages, dyslexie, éducation des enfants, examens, hyperactivité, vie scolaire)
  • la nervosité (anxiété, insomnie, ulcères, bégaiement, difficultés de communication, mutisme, dépression, tendances suicidaires, maladies de peaux, stress lié à un accident, stress lié à une agression, stress professionnel, suites d'un viol)

 L'hypnose éricksonienne solutionne des problématiques comme les addictions, dépendances, insomnies, dépressions, etc.

Le couple (quel qu'il soit) est également abordé en thérapie de couple.

L'hypnose éricksonienne convient à toutes et à tous, y compris les enfants.

 

Toutes les consultations se font au domicile du patient, permettant ainsi un maximum de confort dans l'environnement du changement.

- en rendez-vous à VOTRE domicile durant 1h30 à 2h. Le rendez vous se réalise en conversation active (PNL) puis en hypnose éricksonienne. Cela afin de travailler le conscient puis l'inconscient.

- ou en consultations téléphonique (en fonction de la pathologie)  qui durent 60 minutes en moyenne.

 

  • Aide psychologique
    • Trouble bipolaire
    • Troubles du comportement alimentaire
    • Anxiété
    • Phobies
    • Insomnie
    • Hyperactivité
    • Dépression
    • Anorexie
    • Boulimie
    • Addiction
    • Dyslexie
    • Stress
    • Maltraitance
    • Personnes âgées
    • Personnes handicapées
    • TOC
    • Agressions
    • Deuil
  • Psychothérapie
    • Sexologue
    • Thérapie familiale
    • Psychologie en ligne
    • Psychologue à domicile
    • Victimologie
  • Psychologie enfant
    • Phobie scolaire
    • Hyperactivité enfant
    • Insomnie enfant
  • Psychologie travail
    • Burn-out
    • Coaching entreprise
    • Harcèlement travail
  •  

Vous souhaitez vivre mieux votre vie,

contactez moi au 06 17 55 32 69

 

ensemble nous avons la solution

 

SITE : http://www.hypnobulan.fr

 

LIRE AUSSI : les 21 jours du cerveau

hypnothérapeute Cabourg, hypnothérapeute Deauville, Hypnothérapeute Le Havre, hypnothérapeute Honfleur

hypnothérapeute Cabourg, hypnothérapeute Deauville, Hypnothérapeute Le Havre, hypnothérapeute Honfleur

hypnothérapeute Cabourg, hypnothérapeute Deauville, hypnothérapeute Honfleur, Hypnothérapeute Le Havre

Repost 0
4 mars 2015 3 04 /03 /mars /2015 11:50

Dimitri BULAN est votre hypnothérapeute sur

Le Havre (06 17 55 32 69 ) et sa région.

 

Le sucre est souvent accusé d’avoir l’effet d’une drogue sur notre cerveau. Eh bien c’est désormais prouvé comme le démontre une récente étude sur le sujet ! En neuroscience cela se nomme d’ailleurs « récompense naturelle » et cela peut à terme créer une sensation de manque si l’envie n’est pas rassasiée. Le magazine numérique SooCurious vous dit tout sur l’addiction qu’a notre cerveau pour cette substance savoureuse.

L’étude en question se nomme « le cerveau addict au sucre » du doctorant Jordan Gaines Lewis (du Penn State College of Medicine aux USA). Celle-ci nous explique ce qui nous arrive quand on arrête ou diminue la consommation de sucre. Pour faire simple notre cerveau assimile le sucre à une récompense qui se nomme « récompense naturelle ». L’absorption du sucre dans notre organisme engendre la libération de dopamine, qui stimule notre cerveau (même si ce n’est pas sa seule action). Notre cerveau enregistre donc l’information et permet de nous rappeler encore plus facilement du produit consommé. En bref, cela signifie que l’accès répété au sucre conduit à une diffusion prolongée de dopamine et donc à l’excitation de la zone de récompenses naturelles du cerveau.

Mais d’où vient cet amour pour le sucre ? Selon le docteur Lewis cela vient de nos ancêtres du temps des premiers hommes, pendant le Paléolithique. Le goût acide et aigre signifiait par exemple des fruits non comestibles, alors que le sucre permettait de savoir si la cueillette était bonne. Tout ceci est donc resté dans nos gènes avec le temps, c’est aussi pour cette raison que beaucoup de personnes ont un dégoût viscéral pour l’aigreur.

Le problème de notre époque moderne est le sucre ajouté. De nos jours il est très difficile de passer à côté de celui-ci que l’on retrouve dans les plats préparés censés être uniquement salés. L’effet de ces sucres est particulièrement fourbe : ils nous rendent vraiment accro. C’est donc un véritable cercle vicieux car plus on en prend plus on a du mal à s’en passer. Notre cerveau est donc condamné à envoyer des signaux de « manque » à note organisme ce qui provoque des effets secondaires pas toujours faciles à supporter.

 

Des expériences réalisées sur des rats ont d’ailleurs montré qu’une diminution de sucre pouvait conduire à de l’anxiété et de la dépression. Le manque de sucre aurait tendance à rendre les rats plus agressifs, comme un homme le serait sans sa dose quotidienne de drogue. Certains rats ont même été plongés dans de l’eau sucrée et ceux-ci présentaient des comportements similaires au manque comme avec la cocaïne et la morphine. Un rat dans de l’eau sucrée ne cherche même pas à fuir tant la substance l’attire. Autre expérience frappante : dans certaines cages les rats avaient accès à une pipette d’eau sucrée. Pendant 30 jours les scientifiques les ont privés de cette pipette et lorsqu’ils l’ont remise les rats se sont jetés dessus comme la misère sur le pauvre monde.

Même en sachant cela, à la rédaction on ne dirait pas non à de délicieux bonbons ou à un succulent cookie. On a beau savoir que le sucre a l’effet d’une drogue sur notre cerveau, la tentation est bien trop forte ! Pourriez-vous vous passer de votre dose quotidienne de sucre ?

 

Vous souhaitez vivre mieux votre vie,

contactez moi au 06 17 55 32 69

 

ensemble nous avons la solution

 

SITE : http://www.hypnobulan.fr

 

LIRE AUSSI : les 21 jours du cerveau

Repost 0
Published by Hypnothérapeute Le Havre / Deauville / Yvetôt - dans Addiction drogue Troubles alimentaires Hypnose
18 novembre 2014 2 18 /11 /novembre /2014 09:42

Dimitri BULAN est votre hypnothérapeute sur

Le Havre (06 17 55 32 69 ) et sa région.

 

 

CANNABIS: Il crée son réseau dans le cerveau


Actualité publiée santélog

PNAS

Le THC, principal ingrédient du cannabis aurait parmi ses effets, 2 particulièrement remarquables : A la fois rétrécir et recâbler certaines zones du cerveau. C’est, du moins, la conclusion de cette étude qui a comparé la structure et les connexions du cerveau chez des usagers de cannabis et des non-usagers. L’étude, présentée dans les Actes de l’Académie des Sciences américaine (PNAS) identifie ici les effets d’une neuroadaptation dans la zone du cerveau impliquée dans le circuit de la récompense, le cortex orbitofrontal.

 

Ces différences dans le cerveau des usagers vs non-usagers ne sont pas « nouvelles ». Une étude récente dans le Journal of Neuroscience a confirmé que le cannabis n’est pas sans effet sur la structure même de certaines régions du cerveau. Cette étude montre ainsi son empreinte sur la forme et le volume du noyau accumbens et de l’amygdale, 2 zones impliquées dans la récompense, le plaisir et les émotions, mais également dans la mémoire, l'apprentissage et la prise de décision. Une autre étude, présentée en 2013 dans le Schizophrenia Bulletin montre que les grands usagers de cannabis, à l’adolescence, ont une structure cérébrale anormale et une mauvaise mémoire, avec des modifications cérébrales comparables à celles déjà identifiées dans la schizophrénie...Enfin, si des différences cérébrales ont été identifiées, les chercheurs ont toujours été prudents sur le lien de cause à effet avec la consommation de cannabis.

 

Cette nouvelle étude transversale des universités du Texas et du Nouveau-Mexique a comparé, par IRM, la structure et les connexions cérébrales chez 48 participants usagers de cannabis et chez 62 non-utilisateurs. Les participants ont également été évalués par questionnaire sur d’éventuels troubles socio-psychologiques liés à l’usage du cannabis.

Les chercheurs identifient donc les différences suivantes, dans le cortex orbitofrontal, impliqué dans le circuit de récompense du cerveau via les récepteurs cannabinoïdes 1 (CB1) qui se lient au THC :

·         Cette région est plus petite chez les usagers de cannabis,

·         mais elle présente plus de connectivité.

Ces différences cérébrales semblent bien corrélées avec la consommation de cannabis, précisent les auteurs, d’autant qu’elles varient avec l'âge de l’utilisateur et la durée d’utilisation.  

 

Les chercheurs suggèrent en conclusion qu’un usage chronique du cannabis entraine des processus complexes neuroadaptatifs dont cette connectivité accrue dans cette zone du cerveau.  

 

Source: PNAS 10 November 2014 DOI: doi/10.1073/pnas.1415297111 Long-term effects of marijuana use on the brain

 

Vous souhaitez vivre mieux votre vie,

contactez moi au 06 17 55 32 69

 

ensemble nous avons la solution

 

SITE : http://www.hypnobulan.fr

 

LIRE AUSSI : les 21 jours du cerveau

 

 
Repost 0
Published by Hypnothérapeute Le Havre / Deauville - dans cannabis Addiction drogue
22 septembre 2014 1 22 /09 /septembre /2014 08:55

Dimitri BULAN est votre hypnothérapeute sur

Le Havre (06 17 55 32 69 ) et sa région.

 

 

CANNABIS: En consommer pour se sentir mieux, fait se sentir pire après


Actualité publiée SANTELOG

JSAD

Les consommateurs de marijuana qui fument pour se sentir mieux, vont souvent se sentir pire après, puis connaître une période d’humeur négative avant chaque épisode d’utilisation suivant etc…Un cycle d’humeurs négatives et un contexte de consommation qui affectent le contrôle de la consommation, conclut cette étude de la Rutgers University (New Jersey). Des conclusions qui désignent aussi, dans le Journal of Studies on Alcohol and Drugs, un groupe de consommateurs à risque plus élevé de dépendance.

 

Certains des adolescents et des jeunes adultes fument pour tenter de mieux gérer des humeurs négatives. Selon le Pr Lydia A. Shrier, du département Médecine de l'adolescent à l'Hôpital pour enfants de Boston, ce type d’usage est associé à une plus grande difficulté de cesser ensuite l’usage du cannabis.

 

« La « marijuana » les aide à se sentir mieux, mais ils peuvent se sentir pire après », explique l’auteur. L’étude, menée auprès de 40 participants jeunes, âgés de 15 à 24 ans, consommateurs au moins 2 fois par semaine, et, en moyenne 9,7 fois par semaine, a suivi durant 2 semaines, par le biais  d’un ordinateur avec rappel chaque 3 heures, l’humeur et la sociabilité des participants ainsi que leur consommation de cannabis. L'étude a pu ainsi recueillir en temps réel des données permettant d’évaluer l'humeur avant et après l’usage de cannabis et de rapprocher les épisodes de consommation des sentiments et de l’humeur de l’usager. Au total, les participants ont complété plus de 3.600 rapports via ces ordinateurs portables.

L’analyse des données constate que,

·         l’humeur négative augmente de manière significative au cours des 24 heures qui précèdent l’usage de cannabis, ce qui n’est pas le cas de « l'affect » positif qui ne varie pas dans la période précédant la consommation.

·         La disponibilité du cannabis ou encore la présence d'amis ne modifient en rien la probabilité de consommation, après une période d’humeur négative.

 

Surmonter autrement ses périodes de « spleen » pourrait permettre aux usagers, selon ces conclusions, de réduire leur consommation et surtout de ne pas s’enfermer dans ce « cercle vicieux ». Les auteurs suggèrent donc des stratégies alternatives pour réguler l’humeur et remplacer cet usage contextuel du cannabis.

 

Vous souhaitez vivre mieux votre vie,

contactez moi au 06 17 55 32 69

( REGION LE HAVRE )

ensemble nous avons la solution

 

SITE : http://www.hypnobulan.fr

 

LIRE AUSSI : les 21 jours du cerveau

 

Source: Journal of Studies on Alcohol and Drugs September 2014 Momentary positive and negative affect preceding marijuana use events in youth 

Repost 0
Published by Hypnothérapeute Le Havre / Deauville - dans Addiction drogue Dépression Hypnose
12 juin 2014 4 12 /06 /juin /2014 13:31

Dimitri BULAN est votre hypnothérapeute sur

Le Havre (06 17 55 32 69 ) et sa région.

 

 

CANNABIS: Il altère la structure du centre de récompense du cerveau


Actualité publiée le 17-04-2014

The Journal of Neuroscience

Cette petite étude américaine confirme les données de précédentes études, le cannabis n’est pas sans effet sur la structure même de certaines régions du cerveau. Ici les chercheurs montrent son empreinte sur la forme et le volume du noyau accumbens et de l’amygdale, 2 zones impliquées dans la récompense, le plaisir et les émotions, mais également dans la mémoire, l'apprentissage et la prise de décision. Ces travaux viennent d’être publiés dans le Journal of Neuroscience.

 

De précédentes études ont déjà montré, chez l’Homme comme chez l’animal, que l'exposition au Δ-9-tétrahydrocannabinol (THC), le principal composé psychoactif du cannabis, conduit à des modifications cérébrales. En particulier du noyau accumbens qui joue un rôle central dans le centre de récompense du cerveau.

 

Il s’agit ici d’une étude par IRM du cerveau de 2 groupes de 20 jeunes adultes, âgés de 18 à 25 ans, usagers et non-usagers de cannabis. Les usagers consommaient du cannabis au moins une fois par semaine, mais n’étaient pas considérés comme dépendants. Les chercheurs de l'Hôpital général du Massachusetts, de Harvard et de l'Université Northwestern (Feinberg School of Medicine) ont comparé la structure de leurs cerveaux, en se concentrant sur le volume, la forme et la densité de la matière grise des régions déjà connues pour être impliquées dans la dépendance.

 

Les chercheurs identifient des différences notables entre usagers et non-usagers, à la fois dans la forme et le volume du noyau accumbens et de l’amygdale : Ils constatent que la matière grise des usagers de cannabis est plus dense dans le noyau accumbens gauche (voir visuel ci-contre), et dans d'autres régions du cerveau dont l'amygdale.

En particulier, le volume du noyau accumbens gauche était également plus important chez les usagers de cannabis et cette association dose-dépendante avec la consommation de cannabis.

Même après ajustement avec les autres facteurs de confusion (âge, sexe, alcool et tabagisme), ces différences subsistent.

 

Les chercheurs concluent que la consommation récréative de cannabis chez les jeunes est associée à des altérations de la structure des zones du cerveau impliquées dans le système de récompense.

Mais notons, qu’il n’existe à ce jour, aucune évaluation des effets possibles des changements détectés sur les processus de pensée, de prise de décision ou de comportement. Cependant, l’usage chronique du cannabis a déjà été associé à un risque accru de troubles mentaux, comme la schizophrénie par exemple.

 

 

Vous souhaitez vivre mieux votre vie,

contactez moi au 06 17 55 32 69

( REGION LE HAVRE )

ensemble nous avons la solution

 

SITE : http://www.hypnobulan.fr

 

LIRE AUSSI : les 21 jours du cerveau

Repost 0
Published by Hypnothérapeute Le Havre / Paris - dans Addiction drogue Hypnose

Présentation

  • : HYPNOSE ERICKSONIENNE et coaching de vie Le Havre Honfleur Deauville Fécamp Yvetôt
  • HYPNOSE ERICKSONIENNE et coaching de vie Le Havre Honfleur Deauville Fécamp Yvetôt
  • : Hypnose éricksonienne, PNL (Programmation Neuro Linguistique ), EMDR et psychothérapie hypnotique sur Le Havre / Fecamp / Honfleur / Deauville / Pont Audemer / Jumièges / Yvetot...soutien téléphonique tarifé également.Programme " joueur", alcoolisme, drogue, victime, de pervers (e) narcissique ... (à votre service depuis 1995)
  • Contact

Profil

  • HYPNOTHERAPEUTE
  • Hypnothérapeute, Praticien Programmation Neuro Linguistique (Coaching). Diplômé de l'IFHE en Hypnose Ericksonienne, Nouvelle Hypnose et Hypnose Humaniste, PNL. A votre domicile et à votre service depuis 1995. LE HAVRE HONFLEUR DEAUVILLE FECAMP YVETOT 0617553269. (autres villes dans le secteur)
  • Hypnothérapeute, Praticien Programmation Neuro Linguistique (Coaching). Diplômé de l'IFHE en Hypnose Ericksonienne, Nouvelle Hypnose et Hypnose Humaniste, PNL. A votre domicile et à votre service depuis 1995. LE HAVRE HONFLEUR DEAUVILLE FECAMP YVETOT 0617553269. (autres villes dans le secteur)

Recherche