Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 avril 2014 1 07 /04 /avril /2014 10:49

Dimitri BULAN est votre hypnothérapeute sur

Le Havre (0617553269) et sa région.

 

Basée sur des mouvements oculaires rapides, l’EMDR est une thérapie qui permet d’évacuer bon nombre de traumatismes. Elle a été découverte en 1987 par la psychologue américaine Francine Shapiro, membre du Mental Research Institute de Palo Alto. Annick Lugot-Duquesne, Psychologue-psychothérapeute reconnue par l’association EMDR France-EMDR Europe, répond aux questions de Quintonic.

- Que signifie « EMDR » ?

« Le sigle « EMDR » signifie en américain « Eye Movement Desensitization and Reprocessing » et a été traduit en français par Intégration neuro-émotionnelle par les mouvements oculaires. La thérapie permet de travailler sur le traitement des informations par le cerveau, dans les cas de stress post-traumatique. Elle a pour but de rééquilibrer les émotions du patient, de faire accepter certains souvenirs douloureux sans les effacer pour autant, et plus généralement de restaurer l’estime de soi. »

- Concrètement, comment se déroule une séance d’EMDR ?

« La thérapie commence par un premier entretien d’évaluation qui permet d’identifier les difficultés rencontrées par la personne et les souvenirs traumatiques créant ces difficultés. Lors de cette première séance, une évaluation des ressources de la personne est également effectuée, afin d’estimer sa capacité à supporter cette thérapie, qui peut bousculer. »

- Sur quels types de maux la technique de l’EMDR est-elle efficace ?

« Sur tous les traumatismes, ceux dont on garde des images traumatisantes nettes, comme ceux plus enfouis, qui peuvent ressurgir au fil des séances. Cette technique peut être employée à la suite d’événements liés au deuil (fausses couches et IVG comprises), après l’annonce d’une maladie ou un accident de voiture, lors de difficultés professionnelles, pour traiter des violences physiques ou psychiques de l’enfance, pour évacuer des traumatismes dus à des catastrophes naturelles, etc. »

- Combien de séances sont généralement nécessaires pour obtenir un résultat ?

« Le nombre de séances peut varier selon le ou les traumatismes à traiter, et selon les ressources de la personne. Il faut être doté d’une bonne tolérance psychique, ne pas être trop fragile, pour pouvoir se lancer dans cette thérapie, qui est une thérapie brève. En général, il faut compter, pour un événement relativement peu traumatisant, entre 5 à 10 séances d’une heure. »

- Est-ce une technique à laquelle n’importe qui peut avoir recours ou y a-t-il des contre-indications ?

« Les adultes mais aussi les enfants et adolescents peuvent la pratiquer, certaines mamans viennent même avec leur bébé. Seuls les femmes enceintes, très sensibles, et les épileptiques doivent éviter l’EMDR. »

Vous souhaitez vivre mieux votre vie,

contactez moi au 06 17 55 32 69 ( LE HAVRE)

ensemble nous avons la solution.

SITE : http://www.hypnobulan.fr

 

LIRE AUSSI : les 21 jours du cerveau

Repost 0
Published by Hypnothérapeute Le Havre / Paris - dans EMDR Hypnose
27 mai 2013 1 27 /05 /mai /2013 13:57

 

Dimitri BULAN est votre hypnothérapeute sur PARIS (0613263992)

                   et Le Havre (0617553269) et sa région.


« L’Eye Movement Desensitization & Reprocessing », « désensibilisation et reprogrammation par le mouvement des yeux » est une psychothérapie qui a été popularisée en France par David Servan-Schreiber en 2003 avec son fameux livre « Guérir ».


L’EMDR est si efficace qu’en quelques années elle a été validée et reconnue par l’American Psychiatric Association, par le Département de la Défense et l’association des vétérans américains et depuis l’an dernier par l’OMS. Outre-Atlantique, elle est employée jusque dans les hôpitaux. En France, son utilisation est recommandée par la Haute Autorité de Santé (HAS).

 


Que se passe-t-il pendant une séance d’EMDR ?
 
Le thérapeute vous fait d’abord parler de façon à rassembler le maximum d’informations sur votre mal-être. Puis au bout d’un moment, il va faire appel à ce que l’on appelle des stimulations bilatérales. 
La technique initiale consistait à stimuler latéralement les yeux, d’où le nom de la méthode.

Cette simple stimulation bilatérale permet au cerveau de « digérer » l’événement traumatisant et ses différentes composantes. Dès que la séance est terminée, et voilà le plus extraordinaire avec cette méthode, vous pouvez repenser à l’événement sur lequel vous avez travaillé sans que des émotions négatives n’apparaissent ou sans pleurer. Vous êtes émotionnellement guéri(e) et durablement.



Une psychologue l’a inventée par hasard en tombant malade...


L’EMDR est un outil de traitement des traumatismes qui a été créé à la fin des années 80 par une psychologue américaine, Francine Shapiro, du célèbre institut californien de Palo Alto.

Cette femme avait à l’époque beaucoup de problèmes psychologiques. Physiquement, cela l’affectait au point que ses yeux se mettaient à bouger horizontalement de manière incontrôlée.

A force, elle avait remarqué qu’à chaque fois que cela se produisait, ses angoisses s’atténuaient dans les minutes qui suivaient. Naturellement intriguée, elle a consulté ses copines psychologues qui n’y ont rien compris non plus. Toutefois, en essayant de reproduire ce phénomène avec elles, en leur demandant de faire bouger rapidement leurs yeux latéralement en pensant à un problème particulier, Francine Shapiro s’est aperçue que cela leur faisait le même effet.

Du coup, cette psychologue a commencé à faire des recherches sur ce drôle de phénomène et elle a fini par en faire un protocole de soins en intégrant des éléments de la TCC, de la PNL (Programmation neurolinguistique) et d’autres approches dont elle s’est inspirée.

Premiers succès sur les vétérans du Vietnam et sur des femmes violées

Les premières personnes avec lesquelles Francine Shapiro a utilisé sa méthode sont surtout des vétérans du Vietnam mais aussi des femmes qui avaient subi des violences ou des agressions sexuelles. Le succès a été immédiat, à tel point que l’EMDR a rapidement intéressé les scientifiques. Il y a maintenant des centaines d’études cliniques publiées sur le sujet.

Ces études se sont principalement focalisées sur le traitement des traumatismes, un domaine où il n’existait quasiment rien, et elles concluent plus ou moins toutes à l’efficacité de la méthode. On observe presque toujours une importante diminution des symptômes et cela sur une courte durée, ce qui en fait une méthode spectaculaire. Il suffit de quelques séances pour traiter un violent traumatisme et soulager définitivement les patients.

Le taux de réussite de l’EMDR est au minimum de 70%. Dans le documentaire que je vous ai indiqué, David Servan Schreiber cite une étude démontrant un taux de réussite de 80% après 3 séances seulement. 80%, c’est le taux d’efficacité des antibiotiques dans la pneumonie. Pour une psychothérapie, avouons que c’est impressionnant.



En France, cette méthode a débarqué de façon très confidentielle au milieu des années 90. 

La psychothérapeute Christiane Girelli, à Toulouse, fut l’une des premières en France à pratiquer cette thérapie, peu avant les années 2000. Elle a vite eu l’occasion d’éprouver l’efficacité de la méthode puisqu’elle a pris en charge des victimes de l’explosion de l’usine AZF fin 2001. Aujourd’hui encore, elle reçoit des personnes souffrant de troubles remontant à cet accident.
 

 cette méthode fait en 3 ou 4 séances d’une heure ce que dix ans d’analyse ne parviennent pas toujours à faire. 


Comme la psychanalyse est une thérapie basée sur la parole, ses effets ne se manifestent que dans le cortex, notre cerveau analytique, le plus évolué, celui dont nous nous servons tous les jours pour penser. On retrace son histoire, on raconte, on radote... Or on sait aujourd’hui que tout ce qui est traumatisme ne se situe pas dans le cortex mais dans le cerveau limbique, primitif, là où se forment et résident les émotions. 

Notre cerveau primitif : le cœur de nos émotions


Le cerveau limbique ou reptilien est celui qui contrôle nos comportements les plus primaires : c’est de lui que partent des émotions comme la peur, l’agressivité ou le plaisir, c’est en lui que se forme la mémoire.

Ce système limbique se compose principalement de l’hippocampe, de l’amygdale et de l’hypothalamus. Tous les blocages émotionnels qui se sont créés au moment du traumatisme se situent à ce niveau.

Et tant que l’on n’établit pas de connexion entre cerveau limbique et cortex, le problème reste intact. Un thérapeute de l’EMDR m’a ainsi raconté qu’il voyait souvent arriver des personnes souffrant de troubles psychologiques qui leur disaient : « Cela fait 5 ans que je vois un psychanalyste. J’ai tout compris à mon problème, je peux vous en parler pendant des heures, mais rien n’a changé ! ». 
Pire : souvent, à force de parler de ses problèmes et de répéter et répéter, cela ne fait que renforcer ceux-ci. On s’obnubile, on finit par avoir des pensées obsessionnelles et par ressasser. Et cela ne fait qu’entretenir l’anxiété et l’angoisse liées aux problèmes en question.

Nous ne pouvons pas comprendre rationnellement nos traumatismes

Lorsqu’il y a traumatisme, les différents éléments de ce traumatisme sont stockés à différents endroits du cerveau mais pas dans le cortex, d’où l’impossibilité de comprendre (qui signifie étymologiquement « saisir par l’intelligence »). Vous avez une image, une odeur, une cognition c’est-à-dire des pensées du type « Je suis nul(le) » ou « Je ne suis pas à la hauteur », des sensations physiques, etc. Il n’y a pas de liens entre ces différentes zones de stockage des éléments du traumatisme dans le cerveau. Ce qui fait qu’ils persistent.

A chaque fois qu’une personne va par exemple sentir une odeur qui lui rappelle l’événement traumatisant, elle va déclencher une crise d’angoisse et sans forcément faire le lien avec celui-ci. Et comme le cerveau fonctionne par associations, il s’ensuit des chaînes de réaction psychosomatiques.

Autre exemple : une personne qui a été séquestrée va avoir du mal dans les situations où elle se sentira coincée, à l’étroit, jusqu’à parfois ne plus pouvoir sortir de chez elle de peur de la foule, etc. Tout s’enchaîne ainsi tant que le cerveau n’a pas trouvé la manière d’évacuer ce stress post-traumatique.

L’EMDR fait ce que votre cerveau devrait faire lorsque vous rêvez 

Au quotidien, nous rencontrons tous de petites difficultés, des contrariétés, des situations déplaisantes. Les études sur le sommeil ont maintenant prouvé que ces événements sont « digérés » par le cerveau pendant que nous dormons. 

Tout se passe pendant la phase de sommeil paradoxal, soit au dernier stade du cycle du sommeil, dans la phase où nous rêvons. Cette phase, curieusement – et vous allez tout de suite comprendre le lien avec l’EMDR – se traduit entre autres par ce que les chercheurs appellent le REM, Rapid Eye Movement : vos yeux bougent dans tous les sens.

Le sommeil paradoxal jouerait un rôle fondamental dans le transfert des éléments accumulés dans la journée dans le cerveau limbique vers le néocortex, nous permettant ainsi de digérer nos émotions en nettoyant notre cerveau limbique.

Lorsque vous rêvez, vous ne faites que nettoyer votre cerveau des stress de la journée et pendant ce temps, vos yeux bougent latéralement. Pour l’instant, on ne comprend pas en quoi ce mouvement peut permettre de favoriser ces connexions neuronales ou comment il y est lié mais ce dont on est sûr, c’est que le phénomène est extraordinairement efficace.

C’est le même processus qui s’opère dans l’EMDR : une reconstruction de la mémoire profonde du même ordre que celle qui se produit dans le sommeil paradoxal.

Si votre cerveau a du mal à faire ce travail la nuit, si vous êtes angoissé, déprimé et sous médication (hypnotiques, neuroleptiques, etc.), ce qui entraîne un mauvais sommeil paradoxal, des symptômes intrusifs vont apparaître : vous ferez de mauvais rêves à répétition, des cauchemars, avec en prime des « flashbacks » dans la journée, exactement ce que l’on observe chez les personnes qui ont vécu un fort traumatisme. Chez les traumatisés s’ajoutent dans la journée des symptômes dits d’évitement : on fait (inconsciemment) tout pour éviter ce qui pourrait nous rappeler ce qui s’est passé.

Une psychothérapie aussi valable pour le mal-être et la dépression

Rien ne vaut donc l’EMDR pour traiter les grands traumatismes : accidents de voiture, victimes de faits de guerre, de viol, d’agression, mort brutale d’un proche, etc. Mais la méthode, forte de ses 30 ans d’expérience, va plus loin aujourd’hui : on s’en sert aussi pour les petits traumatismes, des traumatismes de la vie moderne certes minimes mais qui, en s’additionnant, finissent par provoquer des dépressions ou des états anxieux sévères. Les thérapeutes parlent aussi dans ce cas de « syndrome post-traumatique ».

Outre le syndrome post-traumatique, il existe aussi le "stress post-traumatique" qui se traduit par des problèmes d'addiction, de dépression, de phobie. Pour ces cas, le praticien tente toujours de remonter aux traumatismes précédents et il s'avère que 8 fois sur 10 selon les thérapeutes que j'ai interrogés, il y a effectivement des traumatismes à l'origine de ces problèmes. On appelle cela un "ESPT complexe".

L’EMDR sait aussi remonter aux sources de notre mal-être dans l’enfance. Ces petits traumatismes commencent dans l’enfance, dans cette période de la vie où notre cerveau est encore très malléable et où nous n’avons pas le recul nécessaire pour comprendre ce qui nous arrive. Ce peut être de simples paroles : « T’es nul ! », « Tu n’arriveras à rien », « Tu es feignant » ou ceci ou cela. Tous ces micro-événements de l’enfance s’ancrent en nous, au plus profond de notre cerveau limbique et contribuent à la construction du futur adulte.

Cela se traduira plus tard par un manque de confiance en soi, une mauvaise image de soi, une fragilité émotionnelle, un complexe ou n’importe quel autre travers psychologique.

C’est comme un programme informatique qui tourne dans votre tête et influence votre vision du monde et toutes vos actions. Cela peut déjà en soi devenir problématique mais si en plus des événements tels que licenciement, divorce, perte d’un proche ou harcèlement au travail vous tombent dessus adulte, il en résulte un syndrome post-traumatique.

Ce qui ne devrait être que souvenir reste bien dans le présent, comme une grande cicatrice émotionnelle dans votre cerveau. Cela entraîne des symptômes proches de ceux de la dépression et qui se manifestent d’ailleurs comme une dépression. Dans certains cas, les symptômes sont dits « bruyants » : délires, hallucinations... Il ne s’agit pas là d’une maladie mentale mais bien de l’expression d’un traumatisme.

Dans ce cas aussi, le travail du thérapeute en EMDR sera donc de « reprogrammer » votre cerveau et d’évacuer les mauvaises émotions en utilisant les mêmes techniques que pour les grands traumatismes.


Combien ça dure et combien ça coûte ?

Pour un traumatisme grave, récent et unique, cette thérapie nécessite entre 5 et 10 séances.

Pour le syndrome post-traumatique issu d’évènements répétés jour après jour, les prises en charge sont plus longues car il est nécessaire de remonter à tous les micro-traumatismes impliqués, ce dont les victimes ne se souviennent pas forcément ou n’ont pas conscience, à la différence d’un événement violent. Parfois cela peut demander jusqu’à 25 séances. L’un de mes proches a cependant guéri d’une très longue dépression en 5 séances.

source Alternative Santé N47 auteur

Dominique Vialard

Vous souhaitez vivre mieux votre vie, 


contactez moi au 06 17 55 32 69 ( région Havraise )

ou au 06 13 26 39 92 ( PARIS)

ensemble nous avons la solution.

SITE : http://www.hypnobulan.fr

 

LIRE AUSSI : les 21 jours du cerveau

Repost 0
Published by Hypnothérapeute Le Havre / Paris - dans EMDR
6 mai 2013 1 06 /05 /mai /2013 12:42

 

Dimitri BULAN est votre hypnothérapeute sur PARIS (0613263992)

                   et Le Havre (0617553269) et sa région.
 DÉCLIN COGNITIF: Rien de mieux que les exercices cérébraux

Actualité publiée SL
 
Journal of the Canadian Medical Association


Les chercheurs ont passé en revue l’ensemble de la littérature sur le sujet, soit 5.205 études et ont sélectionné 32 essais contrôlés randomisés pertinents portant sur différents traitements, médicamenteux, suppléments naturels, activité physique et exercices cognitifs, testés dans la prévention du déclin cognitif.

Stimuler la matière grise par des exercices cérébraux plus efficace qu’une supplémentation en omega-3 ou de ginkgo biloba ? S’ils n'empêcheront pas le déclin cognitif, les exercices d'entraînement cérébral pourraient bien le retarder, selon cette méta-analyse de l’Université of Toronto, publiée dans le Journal of the Canadian Medical Association.

·         3 études sur les  traitements pharmacologiques (inhibiteurs de la cholinestérase et les antagonistes des récepteurs NMDA, anti-inflammatoires et médicaments cardiaques) mais n'ont trouvé aucune preuve d'un effet global sur la mémoire ou alors contradictoires.

·         13 études sur différentes thérapies hormonales (combinaison d'œstrogène, DHEA) (une version synthétique d'une hormone naturelle produite par les glandes surrénales). Les conclusions sont contradictoires.

·         2 études sur le ginkgo mais ces études n'ont fourni aucune preuve d'un quelconque effet sur la mémoire.

·         4 études sur les vitamines et acides gras, à nouveau aucune preuve d'un quelconque effet sur la mémoire.

·         3 études sur l'activité physique, mais les preuves sont contradictoires.

·         3 études sur l'entraînement cognitif par exercices mentaux, qui montrent, elles des améliorations significatives dans le traitement de l'information orale et l'attention.

La première conclusion est l’absence de preuve solide d’efficacité des traitements pharmacologiques comme les inhibiteurs de la cholinestérase ou même de certaines vitamines pour prévenir le déclin cognitif. Certaines thérapies hormonales pourraient même aggraver la mémoire. Ensuite, les résultats sont contradictoires sur les bienfaits de l'activité physique pour prévenir les problèmes cognitifs. Seuls les exercices d'entraînement du cerveau montrent un intérêt dans le ralentissement du déclin cognitif, sur la base des résultats de 3 des études analysées. En conclusion, pas de vraie « solution » n’a été identifiée pour contrer ou prévenir le déclin cognitif.

Source: Canadian Medical Association Journal doi: 10.1503/cmaj.121448  online April 15 2013 Preventing cognitive decline in healthy older adults

Vous souhaitez vivre mieux votre vie, 


contactez moi au 06 17 55 32 69 ( région Havraise )

ou au 06 13 26 39 92 ( PARIS)

ensemble nous avons la solution.

SITE : http://www.hypnobulan.fr

 

LIRE AUSSI : les 21 jours du cerveau


Repost 0
Published by Hypnothérapeute Le Havre / Paris - dans EMDR
4 mars 2013 1 04 /03 /mars /2013 14:25

Dimitri BULAN est votre hypnothérapeute sur Nancy


(0613263992) et Le Havre (0617553269) et sa région,

 

il se déplace à votre domicile.

 

Praticien en Programmation Neuro Linguistique,

 

il est également votre coach de vie.
 DÉCLIN COGNITIF:  un coup de pouce au cerveau

Actualité publiée SL
 
International Neuropsychological Society


Janelle Wohltmann, étudiante diplômée en psychologie à l'Université de l’Arizona a regardé si apprendre aux personnes âgées à utiliser les réseaux sociaux pouvait contribuer à améliorer leurs performances cognitives et à favoriser leurs relations sociales. Ses conclusions montrent que les personnes âgées, après avoir appris à utiliser Facebook, montrent une amélioration de 25% sur les tâches destinées à mesurer leur capacité cognitive et en particulier la mémoire de travail, une fonction de mise à jour des informations.

Pour les personnes âgées qui souhaitent entretenir leurs capacités mentales, est-il temps de se connecter à Facebook? C’est en tous cas ce que suggère cette recherche de l'Université de l’Arizona, présentée à la réunion annuelle de l’International Neuropsychological Society Annual Meeting, qui montre qu’apprendre à utiliser Facebook peut contribuer au maintien cognitif des adultes âgés de plus de 65 ans.

3 groupes ont été inclus dans l’étude :

·         Premier groupe : C’est en formant 14 personnes âgées qui n'avaient jamais utilisé le site ou ne 
l’utilisaient moins d’une fois par mois et qui se sont mutuellement acceptées pour amis sur Facebook puis ont été invitées à poster sur le site au moins une fois par jour, que Janelle a pu conduire son étude.

·         Un second groupe de participants âgés, non utilisateurs de Facebook a appris à utiliser un site permettant de tenir son  journal en ligne, mais en toute confidentialité,Penzu.com, devait publier au moins une entrée par jour, de 3 à 5 phrases afin d’imiter les messages postés habituellement par les utilisateurs de Facebook.

·         Un troisième groupe de 14 participants a été mis sur liste d'attente pour une formation à Facebook, qui n'a jamais été effectuée.

Au départ de l’étude, les participants âgés de 68 à 91 ans ont complété une série de questionnaires et passé des tests neuropsychologiques afin d’évaluer leurs capacités cognitives et leurs connexions sociales. Les mêmes évaluations ont effectuées à nouveau en fin d’étude, 8 semaines plus tard.

Le premier groupe, qui avait appris à utiliser Facebook améliore son score de capacités cognitivesde 25% alors que les 2 autres groupes ne montrent aucun changement significatif dans leurs performances. Les auteurs suggèrent 3 explications :

·         l’apprentissage de nouvelles compétences et, en particulier, la nature complexe de l'interface Facebook, par rapport au site de journal intime en ligne, serait en grande partie responsable de la performance améliorée du groupe utilisateur de Facebook.

·         Le renforcement de l'appartenance sociale pourrait aussi favoriser la performance cognitive. Reste à vérifier, si plusieurs mois après cette expérience, les participants ont conservé plusieurs de leurs nouveaux liens sociaux et si l’aspect social de Facebook contribue toujours au maintien des performances cognitives.

·         Enfin, la mémoire de travail pourrait être stimulée par la nouveauté et le renouvellement des informations apportées via Facebook, des informations qu’il s’agit de « traiter », tout en se « débarrassant » des anciennes données, ce qui favorise une mise à jour constante de la mémoire.

 

Alors, qu’aux Etats-Unis du moins, une personne âgée sur 3 utilise un site de réseau social comme Facebook, on n’en sait encore peu sur les effets possibles sur l'acuité mentale et le maintien des relations sociales et familiales. On a peu mesuré les risques non plus, liés à une mauvaise sécurisation des profils de ces personnes âgées.

Source: International Neuropsychological Society Annual Meeting via Eurekalert (AAAS)

 

Vous souhaitez vivre mieux votre vie,


contactez moi au 06 17 55 32 69 ( région Havraise )

ou au 06 13 26 39 92 ( NANCY)

ensemble nous avons la solution.

SITE : http://www.hypnobulan.fr

 

LIRE AUSSI : les 21 jours du cerveau en sevrage

Repost 0
Published by Hypnothérapeute Le Havre / Nancy - dans EMDR
4 mars 2013 1 04 /03 /mars /2013 13:46

Dimitri BULAN est votre hypnothérapeute sur Nancy


(0613263992) et Le Havre (0617553269) et sa région,

 

il se déplace à votre domicile.

 

Praticien en Programmation Neuro Linguistique,

 

il est également votre coach de vie.

 NEURO: Cligner de l’œil, un signe de repos du cerveau?



La recherche expérimentale sur 20 adultes en bonne santé étudiait le rapport entre clignotement de l’œil et activité cérébrale.

Rappelons cette précédente étude publiée dans The Lancet Neurology et les Archives of Neurology qui, grâce à un « eye scan » de 5 minutes parvenait à évaluer les lésions cérébrales causées par la sclérose en plaques (SEP). Ici, c’est en scannant les cerveaux par IRM fonctionnelle (IRMf) et en étudiant activité dans les zones du cerveau liées à l'attention pendant ces épisodes de clignotement, que les chercheurs constatent que lorsque les sujets clignent des yeux en regardant un clip de "Mr Bean", il y a :

 
Mr Bean, vous connaissez ? C’est sur des vidéos de Mr Bean que s’appuie cette recherche de l’Université d’Osaka et de L’institut national japonais des Nouvelles Technologies, publiée dans les Actes de l’Académie des Sciences américaine (PNAS) qui montre que le nombre de clignotements de l’œil pourrait être associé à l’attention et à la concentration.

·         En moyenne, 17 clignotement par minute avec vidéo vs 15-20 fois par minute en « temps normal »,

·         réduction de l'activité dans les zones du cerveau impliquées dans une attention aux stimuli externes.

·         et augmentation simultanée de l'activité dans certaines régions du cerveau qui participent au réseau de mode par défaut, un réseau qui s’active quand nos pensées se tournent vers l'intérieur et nous ne concentrons plus notre attention sur une tâche externe.

 

Cligner des yeux pourrait donc indiquer que notre cerveau coupe brièvement son attention en activant son mode par défaut. Les chercheurs suggèrent que lorsqu’on se met à clignoter des yeux plus souvent que la moyenne, nous montrons un besoin de libérer ou « reposer » notre attention.

 

La désensibilisation par les mouvements occulaires (EMDR) permet ce type de résultat.

L'hypnose éricksonienne orienté vers le niveau de "méditation zéro" agit de façon similaire sur le cerveau.

La programmation neuro linguistique (PNL) orienté sur la neutralisation du corps calleux (entre les deux hémisphères du cerveau) libère votre attention.

 

L'EMDR, la PNL et l'Hypnose éricksonienne vous permettent d'agir efficacement dans votre cerveau de la façon la plus simple (pour vous) et la plus naturelle afin d'obtenir l'effet recherché.

 

Vous souhaitez vivre mieux votre vie,


contactez moi au 06 17 55 32 69 ( région Havraise )

ou au 06 13 26 39 92 ( NANCY)

ensemble nous avons la solution.

SITE : http://www.hypnobulan.fr

 

LIRE AUSSI : les 21 jours du cerveau en sevrage

Source: SL et PNAS  doi: 10.1073/pnas.1214804110 Blink-related momentary activation of the default mode network while viewing videos

Repost 0
Published by Hypnothérapeute Le Havre / Nancy - dans EMDR
16 janvier 2013 3 16 /01 /janvier /2013 13:46

Dimitri BULAN, Hypnothérapeute, travaille en consultation à votre domicile sur Nancy, Le Havre, Octeville sur Mer, Etretat, Fécamp, Cany Barville, Yvetot, Duclair, Vatteville La Rue, Lillebonne, Notre dame de Gravenchon, Pont Audemer, Pont Lévêque, Deauville, Trouville sur Mer, Villerville, Honfleur...

« J'ai la mémoire qui flanche »
Que Choisir Santé, décembre 2012
Que Choisir Santé observe que « la mémoire est un formidable ordinateur. Mais, l'âge venant, elle connaît parfois des ratés. Elle peut aussi subir des altérations dues à d'autres facteurs. On s'inquiète alors, croyant voir se profiler à l'horizon le spectre de la maladie d'Alzheimer ». La revue note qu’« avant de paniquer, il vaut mieux faire un point ».
Que Choisir Santé remarque ainsi : « Oublier, telle est notre hantise la plus terrifiante. Le malaise est si grand que les consultations mémoire des hôpitaux sont désormais aussi bien fréquentées par de jeunes cadres dynamiques, la cinquantaine à peine passée, que par des personnes plus âgées, dont l'inquiétude semblerait plus légitime. Tous se plaignent d'une mémoire défaillante et réclament un traitement préventif. Mais préventif de quoi ? ».
Le Dr Bénédicte Défontaines, neurologue à Paris et fondatrice du Réseau mémoire Aloïs, constate qu’« il règne une grande confusion entre la plainte de mémoire banale et la maladie d'Alzheimer. Le vieillissement cérébral entraîne naturellement une diminution des ressources attentionnelles ou un ralentissement de la vitesse de traitement de l'information. Mais quelques absences occasionnelles, voire certains oublis, même répétés, ne sont pas forcément le symptôme de la maladie d'Alzheimer ! ».
Que Choisir Santé relève ainsi : « Vous constatez que vous avez oublié le gâteau dans le four tandis que vous étiez au téléphone. Plus grave : vous avez raté l'heure d'aller chercher votre petite-fille à son cours de danse et elle doit attendre, en pleurs, sur le trottoir. Alors vous décampez à toute allure pour arriver devant l'école de danse en constatant que vous êtes en chaussons dans la rue. […] Ne vous en prenez pas à votre mémoire ! Il est plus facile de mener plusieurs tâches de front à 20 ans qu'à 50 ou 60 ans. […] Plutôt que de vous rebeller contre l'inéluctable, acceptez de composer avec le  temps qui passe. Organisez-vous différemment. Par exemple, imposez-vous de ne pas prendre d'appels téléphoniques ou de ne pas consulter vos e-mails durant la préparation d'un plat ».
Le mensuel continue : « Vous ne retrouvez pas le nom de la personne, mais vous la reconnaissez tout à fait ! De même, vous regardiez un film hier soir et vous êtes dans l'incapacité de vous souvenir du nom de l'acteur principal que vous avez vu des centaines de fois à l'écran. […] Dédramatisez ! Les difficultés d'accès aux noms propres sont liées à l'âge et n'évoluent pas vers une maladie d'Alzheimer. En effet, il est fréquent qu'une personne se plaigne à son médecin d'avoir des problèmes de mémoire alors que l'interrogatoire effectué par celui-ci ne mettra en évidence «que» des difficultés d'accès aux noms propres. Utilisez des techniques de compensation qui ont fait leurs preuves : ne vous contentez pas de lire, mais faites des fiches, prenez des notes, énoncez des textes à voix haute ».

Vous souhaitez travailler votre mémoire par une technique de bien et mieux être (EMDR : désensibilisation par mouvement occulaire, HypnoseEricksonienne) ou mieux vivre au quotidien, contactez moi au 06 17 55 32 69 pour une consultation.

SITE : http://www.hypnobulan.fr

Repost 0
Published by hypnotherapeute 76 et 14 - dans EMDR
3 janvier 2012 2 03 /01 /janvier /2012 18:53
Dimitri BULAN, Hypnothérapeute diplômé, travaille en consultation à votre domicile sur Le Havre, Fécamp, Yvetot, Pont Audemer, Jumièges, Cabourg, Deauville, Honfleur, Paris, Chelles, Lagny sur Marne, Melun...Suivi et soutien psychologique en rdv téléphonique pour toute la France.
EMDR

Le sigle  EMDR provient de l'expression Eye Movement Desensitization and Reprocessing, que l'on pourrait traduire littéralement par "désensibilisation et retraitement par les mouvements occulaires".
En france nous parlons plus simplement "d'intégration neuro-émotionnelle par les mouvements occulaires". Cette technique existe déjà depuis longtemps dans la pratique de Milton H. E Erickson. Elle est également reprise par la PNL de Bandler et Grinder.
 
Le thérapeute va mener son patient lors de l'échange verbal de l'objet de la consultation, à forcer le déplacement occulaire.
En effet, lorsque vous parlez vos yeux se déplacent pour aller chercher l'information mémorisée. Cela permet de savoir quel est votre canal d'encodage d'information et pour pouvoir agir en conversation et divers recardages vers une autre zone.
 
L'EMDR est utilisé aussi dans le traitement des personnes ayant subi de très graves traumatismes et souffrant du syndrome de stress post-traumatique (SSPT), appelé aussi état de stress post traumatique (ESPT).
 
Les souvenirs traumatisants et toxiques perdent leur charge affective négative, ce qui met fin à la souffrance et aux réactions néfastes (crises de panique, peurs incontrôlées, anxiété, compensations de toutes sortes, ect...).
Grâce à ces simples procédés, les images, les perceptions et les souvenirs qui étaient codés négativemant dans le cerveau émotionnel sont littéralement "recodés" et perdent de leur intensité. Comme si, graduellement, les éléments néfastes étaient"délestés" du système pour être remplacés par des éléments bienveillants.
 
Globalement, l'EMDR vise à engendrer des sentiments positifs, à faciliter la prise de conscience et à faire évoluer les valeurs et les opinions.

 

 

                                                                                                              Accueil

 

 

contactez-moi au 06 17 55 32 69
ou par mail à hypnobulan@gmail.com
Repost 0
Published by hypnotherapeute 76 - dans EMDR
14 avril 2010 3 14 /04 /avril /2010 10:36

« Le pouvoir des yeux contre les traumatismes » 


Le Figaro 


Le Figaro note en effet : 
« Basée sur les mouvements oculaires, cette thérapie baptisée «EMDR» (Eye Movement Desensitization and Retroprocessing) attire de plus en plus de psys et de patients.

Révolutionnaire ? ».


Le journal observe que la technique « a été utilisée partout dans le monde, pour des vétérans du Vietnam ou des réfugiés des camps palestiniens. Et aujourd'hui, pour tous ceux qui souffrent de crises d'anxiété, d'images obsédantes ou de sursauts émotionnels inappropriés à leur présent ».


Le Figaro publie un entretien avec le Dr Antoine Bioy (université de Bourgogne, CHU Bicêtre), qui rappelle que l’EMDR « repose sur des techniques que nous utilisons depuis longtemps dans le champ de l’hypnose : plongée du patient dans un état de relaxation, revécu du traumatisme du point de vue affectif… ».


Le spécialiste remarque toutefois que « depuis 3 ou 4 ans, on voit surgir la tentation d’utiliser l’EMDR pour une profusion d’indications. Par exemple, je travaille dans une unité de prise en charge des douleurs et des soins palliatifs, et j’observe que certains soignants veulent l’appliquer dans le traitement de la douleur. Or toutes les douleurs ne sont pas d’origine traumatique. Pour certaines, les antalgiques suffiront… ».

MS

 

Pour une consultation en EMDR,

contactez-moi au 06 17 55 32 69

ou par mail à hypnobulan@gmail.com

http://hypnobulan.fr

en savoir plus

Repost 0
Published by hypnobulan.sante.officelive.com - dans EMDR
1 février 2010 1 01 /02 /février /2010 15:05

Le sigle EMDR provient de l'expression Eye Movement Desensitization and Reprocessing, que l'on pourrait traduire littéralement par « désensibilisation et retraitement par les mouvements oculaires ». En France nous parlons plus simplement d' " intégration neuro-émotionnelle par les mouvements oculaires ".

Cette technique existe déjà depuis longtemps dans la pratique de l'Hypnose du Professeur Milton H Erickson.

Egalement reprise par la PNL de Bandler et Grinder, le thérapeute va amener son patient lors de l'échange verbal de l'objet de la consultation, à forcer le déplacement oculaire.

En effet, lors que vous parlez vos yeux se déplacent pour aller chercher l'information mémorisée. Cela permet de savoir quel est votre canal d'encodage d'information, et d'agir en conversation et divers recadrages vers une autre zone.


Exemple :

Un vieux Monsieur vient en consultation et se plaint de ne plus pouvoir faire ceci et cela...alors qu'il y a vingt ans il était ceci et faisait cela. Finalement la conversation ne se tourne que vers le passé et se fige dans le "je ne peux plus faire ci ou cela".

Ses yeux passent leur temps à m'indiquer "passé" et si je parle de futur, il le place en passé !

Toute la difficulté de l'exercice se passe par la reprise et la transformation des idées et des mots pour les réajuster en positif et futur constructif.Et pendant cela je vais l'amener à parler d'idées visuelles, auditives, gustatives, olfactives et kinesthésiques...l'amenant physiquement à changer ses yeux de positions.


Le tout agrémenté de recadrages verbaux.

Le Monsieur est venu faire son heure de séance une fois par semaine pendant deux mois et tout est rentré dans l'ordre. Il prend le temps de voir le bon côté de l'existence... à 90 ans c'est peut dire..


Cela est utilisé aussi dans le traitement des personnes ayant subi de très graves traumatismes et souffrant du syndrome de stress post-traumatique (SSPT), appelé aussi état de stress post-traumatique (ESPT).

Les souvenirs traumatisants et toxiques perdent leur charge affective négative, ce qui met fin à la souffrance et aux réactions néfastes (crises de panique, peurs incontrôlées, anxiété, compensations de toutes sortes, etc.). 

Grace à ces simples procédés, les images, les perceptions et les souvenirs qui étaient codés négativement dans le cerveau émotionnel sont littéralement « recodés » et perdent de leur intensité. Comme si, graduellement, les éléments néfastes étaient « délestés » du système pour être remplacés par des éléments bienveillants.

Globalement, l’EMDR vise à engendrer des sentiments positifs, à faciliter la prise de conscience et à modifier les croyances et les comportements.

Pour une consultation en EMDR,

contactez-moi au 06 17 55 32 69

ou par mail à hypnobulan@gmail.com

http://hypnobulan.fr

Repost 0
Published by hypnobulan.sante.officelive.com - dans EMDR

Présentation

  • : HYPNOSE ERICKSONIENNE et coaching de vie Le Havre Honfleur Deauville Fécamp Yvetôt
  • HYPNOSE ERICKSONIENNE et coaching de vie Le Havre Honfleur Deauville Fécamp Yvetôt
  • : Hypnose éricksonienne, PNL (Programmation Neuro Linguistique ), EMDR et psychothérapie hypnotique sur Le Havre / Fecamp / Honfleur / Deauville / Pont Audemer / Jumièges / Yvetot...soutien téléphonique tarifé également.Programme " joueur", alcoolisme, drogue, victime, de pervers (e) narcissique ... (à votre service depuis 1995)
  • Contact

Profil

  • HYPNOTHERAPEUTE
  • Hypnothérapeute, Praticien Programmation Neuro Linguistique (Coaching). Diplômé de l'IFHE en Hypnose Ericksonienne, Nouvelle Hypnose et Hypnose Humaniste, PNL. A votre domicile et à votre service depuis 1995. LE HAVRE HONFLEUR DEAUVILLE FECAMP YVETOT 0617553269. (autres villes dans le secteur)
  • Hypnothérapeute, Praticien Programmation Neuro Linguistique (Coaching). Diplômé de l'IFHE en Hypnose Ericksonienne, Nouvelle Hypnose et Hypnose Humaniste, PNL. A votre domicile et à votre service depuis 1995. LE HAVRE HONFLEUR DEAUVILLE FECAMP YVETOT 0617553269. (autres villes dans le secteur)

Recherche