Dimitri BULAN est votre hypnothérapeute sur

Le Havre (06 17 55 32 69 ) et sa région

Il n’est jamais facile d’aborder la mort avec un enfant. Par crainte de le blesser ou de le choquer, c’est souvent le silence qui est de mise. Selon les spécialistes, c’est une erreur qui ne fait qu’accentuer son malaise.

Utiliser des mots simples

Pour qu’un enfant puisse accepter la mort de manière générale ou la perte d’un être cher, il faut d’abord accepter d’en parler. Protéger les enfants de tout ce qui est triste n’est pas forcément une bonne idée car cela peut les inquiéter davantage.

Dans des termes simples, il faut expliquer à l’enfant que la mort fait partie de la vie et avoir un discours aussi vrai que possible tout en tenant compte de son âge et de sa sensibilité.

L’aider à exprimer ce qu’il ressent

Si l’enfant a du mal verbaliser, lui demander de faire un dessin, d’écrire un poème, de composer un bouquet de fleurs ou toute autre activité qui lui permettra de matérialiser son chagrin pourra l’aider.

Cela lui permet, au même titre que l’adulte, d’entamer un processus de deuil. Les jeux et les livres sont également de bons outils pour l'aider à verbaliser ses émotions.

Si l’enfant le souhaite, il peut être emmené sur la tombe du défunt à condition d’être bien entouré.

Le rassurer

Un enfant qui vient de subir une perte a besoin de se sentir aimé et soutenu, surtout s’il s’agit d’une perte d’un proche (mère, père, sœur, frère).

Le grand sentiment de solitude qui va s’emparer de lui doit être anticipé et vécu le mieux possible grâce à l’entourage. Lui dire qu’il peut compter sur nous et qu’on est là pour lui est sans doute une évidence mais il est nécessaire de la verbaliser.

Répondre à ses questions

Il est difficile pour l’enfant endeuillé de poser une question et de n’avoir aucune réponse précise en retour. Un enfant ne doit pas rester seul face à ses questionnements.

Si vraiment, la réponse est jugée trop brutale, on peut lui retourner la question pour essayer de réfléchir ensemble et de proposer un dialogue constructif : « Et toi, tu crois qu’on va où/qu’on devient quoi quand on meurt ? »

Vous souhaitez vivre mieux votre vie,

contactez moi au 06 17 55 32 69

 

ensemble nous avons la solution

L'hypnose et l'hypnothérapie ne se substituent en aucun cas et en aucune façon à un avis ou traitement médical.

SITE : http://www.hypnobulan.fr

 

LIRE AUSSI : les 21 jours du cerveau

Retour à l'accueil